L’UNEP, Programme des Nations Unies pour l’Environnement en français, aura 50 ans en 2022. Le pôle UNEP de GEM ONU vous propose un retour sur la construction, les missions et l’avenir de l’UNEP ainsi qu’un éclairage sur les projets du pôle au sein de l’association GEM ONU. 

La fondation de l’UNEP

L’UNEP est fondé en juin 1972 lors de la conférence des Nations Unies sur l’environnement humain à Stockholm. Ce programme a été créé à l’initiative de différents diplomates au moment où une prise de conscience mondiale des dommages de l’Homme sur la Terre débute. Plusieurs pays sont réticents quant à la mise en place d’un tel programme. Par exemple, ce fut le cas du Royaume-Uni qui estimait que les problématiques de pollution environnementale relevaient de la responsabilité de chaque pays et non pas des Nations Unies. En revanche, d’autres États y étaient favorables comme l’Inde. En effet, la première ministre de l’époque, Indira Gandhi, pensait que ce programme pourrait aider le développement industriel des pays tout en ayant une industrie plus responsable et respectueuse. 

Le rôle de l’UNEP est avant tout d’informer les différents organismes ou gouvernements de la situation environnementale mondiale et de les accompagner dans leur transition vers des activités plus durables. Pour ce faire, l’UNEP publie des études tous les deux ans ainsi que des manuels de recommandations donnant des clefs aux États afin de respecter les objectifs de développement durable. Les domaines d’actions de l’UNEP sont vastes, cela va de la sauvegarde des écosystèmes marins à la biosécurité.

Les succès de l’UNEP : une influence grandissante ?

L’UNEP a connu, depuis sa formation, de nombreux succès et avancées pour l’environnement dans plusieurs domaines. D’un point de vue juridique, l’UNEP a fortement contribué à l’élaboration du protocole de Montréal en 1987, un accord bilatéral qui visait la suppression progressive de substances réduisant la couche d’ozone. En 1988, l’UNEP a cofondé le GEIC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) avec l’Organisation météorologique mondiale afin qu’il produise des évaluations scientifiques sur le climat. En outre, un des succès les plus importants de l’UNEP est la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (Sommet de la Terre) de Rio de Janeiro en 1992. Elle a notamment permis l’adoption de principes pour la conservation de la biodiversité, la sauvegarde du climat et la lutte contre la désertification. De plus, l’UNEP a exercé une influence notable quant à la création de ministères de l’environnement au sein des gouvernements du monde entier, augmentant ainsi ses succès. Les ministres de l’environnement font partie du conseil d’administration de ce programme. En 2012, l’UNEP renforça sa légitimité par la création de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement. Il s’agit du plus haut organe décisionnel mondial en matière d’environnement. Cette création est survenue, lorsque des dirigeants mondiaux ont énoncé la nécessité que l’UNEP continue d’accroître son influence pour mieux protéger l’environnement. Enfin, un des projets auxquels l’UNEP a pris part récemment est l’élaboration de 6 des 17 SDG (Sustainable Development Goals, i.e. objectifs de développement durable) qui sont utilisés à la fois par les gouvernements et le secteur privé comme le 6ème Clean Water and Sanitation (Eau propre et assainissement) qui a pour objectif d’assurer l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène de manière durable à tous. L’UNEP est aujourd’hui responsable de la gestion de la progression de 25 indicateurs au sein des SDG.

Les limites de l’UNEP : quel est son avenir ?

Cependant, nous pouvons noter que l’influence mondiale de l’UNEP reste secondaire par rapport à d’autres organes plus importants des Nations Unies telles que l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Cette influence restreinte de l’UNEP provient de plusieurs facteurs. Tout d’abord, la localisation du siège de l’UNEP à Nairobi (capitale du Kenya) en est un. En effet, l’UNEP est le premier organisme des Nations Unies à se situer dans un pays du Sud. Ce choix de lieu a permis, pour un temps, de calmer les tensions entre les pays du Nord et les pays du Sud. Mais, cette localisation est devenue un désavantage pour l’UNEP en se trouvant isolé des autres organismes importants de l’ONU. Le difficile financement que peut connaître l’UNEP est aussi un facteur réduisant son influence. De fait, le financement de l’UNEP relève principalement de contributions volontaires des États membres de l’ONU, ce qui prive le programme d’une certaine liberté et stabilité. Enfin, la constitution même de l’UNEP en tant que programme et non pas comme organisation explique ses limites. Cette différence de statut fait que cet organisme possède peu d’autorité sur les États membres. 

Or, ce manque de pouvoirs devrait être comblé au vu de la crise climatique que nous connaissons. Ainsi, beaucoup plaide en faveur d’une réforme de l’UNEP afin qu’il devienne l’ONUE (Organisation des Nations Unies pour l’Environnement). Ce fut par exemple le cas en février 2007 lors du discours « Paris Appel à l’action » prononcé par Jacques Chirac. Il défendait l’idée de remplacer l’UNEP par une organisation plus puissante. 52 pays ont soutenu cette idée sauf les cinq pays émettant le plus de gaz à effets de serre (les États-Unis, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine). Ceci s’explique par le fait que l’UNEP deviendrait une organisation avec une efficacité d’action bien plus conséquente quant à la mise en place de mesures, d’où la réticence de certains États à cette idée. En effet, une des lacunes actuelles de l’UNEP est son impossibilité de contrôles, d’incitations ou de sanctions sur l’application des objectifs de développement durable par les États membres. Sans ce pouvoir, il apparaît donc difficile d’imaginer des changements significatifs de la part des États membres pour assurer la défense de l’environnement, sujet pourtant essentiel de notre époque.

Le pôle UNEP au sein de GEM ONU

Le pôle UNEP a été créé en 2021 et remplace le pôle RSE de l’association. Ce pôle a été créé afin de poursuivre et d’augmenter l’engagement de l’association dans les causes environnementales. En effet, la protection de l’environnement est l’un des enjeux majeurs de notre époque, d’où la nécessité d’agir encore plus. Au vu de la place de l’environnement dans les débats actuels, des problématiques géopolitiques en découlent, ce qui fait écho à l’identité de GEM ONU. 

Nous sommes actuellement trois dans ce pôle et avons différents objectifs comme réduire l’empreinte carbone de l’association, publier deux articles par mois sur des problématiques liant environnement et géopolitique ou encore créer une fiche bilan RSE que l’on s’assurera d’avoir respectée lors des différents événements de l’association. Nous participerons aux diverses réunions des autres pôles de l’association pour aider à ce que tous les projets de l’association respectent un maximum de normes RSE. Nous avons également comme projet de créer un jeu de piste dans Grenoble autour de la géopolitique et de l’environnement dans le but de sensibiliser les participants autour de la pollution que peut engendrer les déchets.

Sources:

The UN Environment Programme needs new powers (nature.com)

At 50, the UN Environment Programme must lead again (nature.com)

Une ONU de l’environnement ? | Cairn.info

Organisation des Nations unies pour l’environnement — Wikipédia (wikipedia.org)

Site Web | Plus de publications