Auteurs: Eugénie Chatelais et Lucas Baude
Traducteurs: Eugénie Chatelais, Lucas Baude, Ilyas Alami
English version below

L’Ever Given : le navire qui a paralysé le commerce mondial entre l’Europe et l’Asie pendant une semaine fin mars 2021 

Long d’environ 200km, le canal de Suez s’étire de Port-Saïd à la ville de Suez. Il est d’une importance stratégique et économique pour l’Egypte comme pour le commerce mondial. Or, cela fait maintenant plusieurs semaines que la région tourne au ralenti. En effet, entre le 24 et le 31 mars, l’Ever Given, un porte-conteneur de plus de 219 000 tonnes s’est coincé en travers du canal et y bloque le trafic. Plus de 400 navires se sont ainsi retrouvés bloqués pendant plusieurs jours dans le canal de Suez. 

Le canal a-t- il déjà été au cœur de ce type de problématique  ?  

La compagnie du canal de Suez avait obtenu une concession de 99 ans qui devait expirer en novembre 1968, or dans sa politique d’affirmation du Tiers Monde, le colonel Nasser décide de nationaliser cette route stratégique. Pour cela, les Egyptiens bloquent tout passage en coulant une quarantaine de navires. Toutefois, cette décision froisse la France et le Royaume-Uni et ce sont les Nations Unies qui durent se charger de la remise en état du canal en 1957. Au même moment, l’Egypte a adressé au secrétaire général de l’ONU une déclaration dans laquelle elle s’engageait à accepter l’arbitrage de la Cour internationale de La Haye en cas de conflit. D’un autre côté, les actionnaires de la compagnie du canal se sont partagés une indemnisation de 28 millions de livres égyptiennes. Ainsi, depuis 1957, l’Egypte est maitresse de la gestion du canal.  

L’importance stratégique du canal de Suez 

Trait d’union entre l’Europe et l’Asie, le canal de Suez est situé à une position extrêmement stratégique entre la Méditerranée et la mer Rouge (qui ouvre sur l’Océan indien via le détroit de Bab-el-Mandeb). Chaque jour, le canal est sillonné par les porte-conteneurs en transit entre l’Europe et l’Asie orientale ainsi que des pétroliers et des méthaniers venus du golfe Persique. En temps normal, il est ainsi traversé quotidiennement par plus de 50 navires soit 10% du commerce maritime mondial. 

En effet, l’ouverture du canal a modifié profondément la géographie mondiale du transport. Avant celle-ci, pour rejoindre l’Europe, les marchandises embarquées en Asie, devaient traverser tout l’Océan indien jusqu’au cap de Bonne-Espérance et contourner ensuite l’Afrique du Sud pour remonter vers Londres. Le canal de Suez permet ainsi de diviser par deux le temps de transport entre Bombay et Londres. 

Ainsi, le canal de Suez forme un segment névralgique de la route eurasiatique et représente un des axes maritimes les plus fréquentés du monde. Sa fermeture, ne serait-ce que pendant une semaine, comme ce fut le cas fin mars, a des répercussions sur l’intégralité du commerce mondial.

Des conséquences à long terme sur le commerce mondial 

Si le porte-conteneur qui bloquait l’entrée du canal a pu être libéré et le commerce a repris le 31 mars, la supply chain (les étapes d’approvisionnement du processus productif et de la distribution de marchandises) risque d’être affectée durant de longs mois. 

La logistique des grands ports mondiaux est millimétrée et le moindre retard entraîne des effets en cascade. Avec la fermeture du canal, de nombreux navires ont dû patienter jusqu’à la réouverture ou bien être réorientés vers le Cap de Bonne-Espérance, ce qui rallonge leur trajet d’au moins une semaine avec d’importants coûts liés aux carburants. 

Ce constant est avant tout révélateur des limites du commerce mondial à flux tendus que nous connaissons actuellement. Pour limiter les coûts, les logisticiens préconisent aux firmes d’avoir de moins en moins de coûts, ce qui rend les chaînes d’approvisionnement de plus en plus fragiles et donnent au transport une importance clé. 

Une erreur à ne pas reproduire 

Selon l’assureur Allianz, le coût porté à l’économie mondiale par cette interruption du trafic dans le canal de Suez s’élève à une somme entre 6 et 10 milliards de dollars par jour. 

Le coût de la fermeture est également très important pour l’Égypte. Pour le pays, le coût quotidien de la fermeture est estimé à 12 à 15 millions de dollars. Ainsi, dès la réouverture, le Président Al-Sissi a assuré que l’Égypte ferait tout son possible pour empêcher qu’un tel événement ne se reproduise. 

What consequences for world trade of Suez canal’s Blockage?

The Suez Canal is about 200 km long and stretches from Port Said to the city of Suez. It is of strategic and economic importance for Egypt as well as for world trade. However, for several weeks now, the region has been slowing down. Indeed, between March 24 and 31, the Ever Given, a container ship weighing more than 219,000 tons got stuck across the canal, blocking the traffic in it. More than 400 ships were thus blocked for several days in the Suez Canal.

The canal has already faced such a blocking situation

The Suez Canal Company had obtained a 99-year concession that was to expire in November 1968, but in his policy of affirming the Third World, Colonel Nasser decided to nationalize this strategic route. To do this, the Egyptians blocked all passage by sinking around forty ships. However, this decision offended France and the United Kingdom and it was the United Nations that had to take charge of the restoration of the canal in 1957. At the same time, Egypt sent a declaration to the UN Secretary General in which it undertook to accept the arbitration of the International Court of the Hague in case of conflict. On the other hand, the shareholders of the canal company shared a compensation of 28 million Egyptian pounds. Thus, since 1957, Egypt manages the canal. 

The strategic importance of the Suez Canal

As a liaison between Europe and Asia, the Suez Canal is located in an extremely strategic position between the Mediterranean and the Red Sea (which opens onto the Indian Ocean via the Bab-el-Mandeb Strait). Every day, the canal is crossed by container ships in transit between Europe and East Asia as well as oil tankers and LNG carriers from the Persian Gulf. In normal times, more than 50 ships pass through the canal every day, representing 10% of world maritime trade.

Indeed, the opening of the canal has profoundly changed the geography of world transport. Before the opening of the canal, in order to reach Europe, goods shipped from Asia had to cross the Indian Ocean as far as the Cape of Good Hope and then go around South Africa to reach London. The Suez Canal thus made it possible to halve the transport time between Bombay and London.

Thus, the Suez Canal forms a key segment of the Eurasian route and is one of the busiest shipping routes in the world. Its closure, even if only for a week, as was the case at the end of March, has repercussions on all world trade.

 Long-term consequences for world trade

Although the container ship that was blocking the entrance to the canal was freed and trade resumed on March 31, the supply chain (the supply stages of the production process and the distribution of goods) may be affected for many months.

The logistics of the world’s major ports are meticulous and the slightest delay will have a cascading effect. With the closure of the canal, many ships have had to wait until it reopens or have been redirected to the Cape of Good Hope, extending their journey by at least a week with significant fuel costs.

This assessment is above all indicative of the limits of the just-in-time global trade that we are currently experiencing. In order to limit costs, logisticians recommend that companies have fewer and fewer costs, which makes supply chains increasingly fragile and gives transport a key importance.

A mistake not to be repeated

According to the insurer Allianz, the cost to the world economy of this interruption of traffic in the Suez Canal is between 6 and 10 billion dollars per day.

The cost of the closure is also very significant for Egypt. For the country, the daily cost of the closure is estimated at 12 to 15 million dollars. Thus, upon reopening, President Al-Sissi assured that Egypt would do everything possible to prevent such an event from happening again.

Eugénie Chatelais
Co-responsable Tribune | Plus de publications

Passionnée de géopolitique avec une appétence particulière pour les thématiques russes et asiatiques.

Lucas Baude
Plus de publications
Ilyas Alami
Plus de publications

Voici la bio de Illyas