Tokyo 2020 : La flamme ne s’allumera pas cette année

Auteur et traducteur: Jeanne Guillaume

English version below                

     La nouvelle est tombée ce mardi 24 mars 2020 : Les Jeux Olympiques qui devaient se tenir au Japon du 24 juillet au 9 août sont reportés d’un an. En effet, au vu de la crise sanitaire que traverse le monde actuellement, le premier ministre japonais Shinzo Abe, en accord avec le Comité international olympique  (CIO) a annoncé qu’il était nécessaire de « protéger la santé des athlètes et de contribuer à endiguer le virus de la COVID-19 ». Cependant, si la flamme n’embrasera pas le pays du soleil levant cette année elle sera tout de même ravivée le 23 juillet 2021 et signera « la défaite du virus ».

Tokyo, un investissement de taille 

Le 7 septembre 2013, Tokyo est élue ville hôte des Jeux Olympiques 2020 au détriment des candidatures de Madrid et Istanbul. Cinquante-six ans après avoir organisé les Jeux Olympiques de 1964, le Japon accueillera donc une nouvelle fois cet évènement sportif international : une réelle consécration pour le pays. À partir de 2013 le Japon commence les préparatifs et ne lésine pas sur les moyens employés pour faire de ces Jeux un évènement mémorable. En effet, en l’espace d’un an, plus de la moitié des infrastructures sont réhabilitées ou construites telles que le centre de tir à l’arc du parc Yumenoshima ou le nouveau bassin d’aviron. Ces Jeux Olympiques devaient être sous le signe de « l’innovation et de l’écologie ». Le Japon avait effectivement pour projet d’utiliser la reconnaissance faciale, les robots mais aussi des médailles à partir de produits recyclés pour faire de ces Jeux un exemple à suivre pour les futurs comités olympiques. En somme, ces Jeux Olympiques représentaient de réels enjeux et l’investissement personnel et financier du Japon étaient de taille. En effet, il faut savoir que le fait même d’être candidat à l’organisation des Jeux Olympiques représente une somme colossale. Le Japon a dépensé 62 millions d’euros avant même d’être choisi par le Comité international olympique et l’organisation des Jeux lui aura couté environ 12 milliards d’euros.

 

Un contexte historique pour une décision historique 

Depuis quelques mois maintenant, l’organisation des Jeux Olympiques fait face à une menace inquiétante : la propagation du virus COVID-19 en Asie et dans le monde entier. Dès lors, en réponse à une situation en constante évolution, un groupe de travail, composé entre autres du CIO, de l’OMS et des autorités japonaises avait été créé dès mi-février. Si au début il était question de réduire le nombre de spectateurs et de procéder à des contrôles réguliers sur les athlètes et la population, la propagation du virus à l’échelle mondiale a finalement eu raison des organisateurs. C’est ainsi que le rêve olympique s’est éteint ce mardi 24 mars à l’annonce du Président du CIO Thomas Bach. En effet, dans une lettre adressée aux membres de l’organisation, Thomas Bach annonce le report des Jeux Olympiques et les raisons qui l’ont poussé, avec le groupe de travail, à prendre cette décision. Selon lui, celle-ci a été prise pour le bien des athlètes, des parties prenantes et pour endiguer le virus. En effet, le virus est une réelle menace pour un évènement d’une telle ampleur qui réunit environ 11 000 athlètes venus de plus de 200 pays différents et près de 600 000 spectateurs. Cette décision est historique puisqu’ il s’agit du premier report des Jeux Olympiques de l’ère moderne en temps de paix. Seuls les deux conflits mondiaux du XXe siècle avaient entraîné le report technique puis l’annulation d’olympiades. En 2016, le virus Zika avait déjà laissé planer une menace au-dessus des Jeux Olympiques de Rio mais ceux-là avaient finis par avoir lieu.

 

Tokyo 2

Shinzo Abe annonçant le report officiel des Jeux Olympiques de Tokyo

 

Des conséquences économiques à prendre en compte… 

Tout d’abord, d’un point de vue économique, il est certain que ce report ne laissera pas le pays indemne. En effet, l’organisation des Jeux Olympiques s’élève à un montant d’environ 12 milliards d’euros mais en réalité l’implication financière de l’État japonais a été dix fois plus importante. De plus, les entreprises japonaises ont aussi sponsorisé l’évènement à hauteur de 3 milliards d’euros, un record dans l’histoire des olympiades. Le report des Jeux Olympiques implique aussi une baisse considérable de l’activité touristique au Japon alors même que le pays se retrouve déjà privé de touristes Coréen et Chinois à cause du virus COVID-19. Dès lors, le Japon perdrait 2 milliards d’euros de recettes dues aux spectateurs étrangers. En somme, le PIB du Japon pourrait chuter de près de 1,5% cette année à cause du report des Jeux Olympiques. De plus, ce report impacte largement le marché de l’assurance-annulation et notamment de grosses entreprises qui couvrent l’évènement telles que Tokio Marine, l’assureur principal de ces Jeux. En effet, même si l’évènement n’est pas annulé, la prise en charge des assureurs est loin d’être acquise et le report des Jeux Olympiques risque d’avoir de grosses conséquences sur le long terme.

…et un rayonnement géopolitique reporté d’un an 

Outre les retombées économiques qui découlent de ce report, c’est avant tout le rayonnement du Japon qui est impacté. L’organisation des Jeux Olympiques représente une vitrine mondiale pour un pays et un enjeu géopolitique de taille. Accueillir les Jeux Olympiques en 2020 permet au Japon de montrer ses talents en termes d’innovation et de protection de l’environnement puisque le pays a fait le choix de Jeux Olympiques « verts ». Cet évènement est aussi un moyen de montrer que le Japon a définitivement tourné la page de l’isolationnisme auquel il est historiquement associé. En choisissant le Japon comme pays hôte, le CIO veut donc délivrer un message d’espoir à ce pays qui se relève juste du drame de Fukushima et qui s’ouvre progressivement au tourisme et au monde.

Quels retours vis-à-vis de cette décision historique? 

Tokyo 3

Post Instagram du sportif Kevin Mayer en réaction au report des Jeux Olympiques

 

Suite à l’annonce du CIO et de Shinzo Abe, beaucoup de personnes se sont exprimées. La majorité des comités et conseils olympiques ont appuyé la décision. Le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) par exemple a salué la décision du CIO et du gouvernement japonais soulignant que le plus important était de protéger la santé des athlètes et du public et de permettre aux athlètes de s’entrainer dans des conditions acceptables. Les sportifs olympiques ont eux aussi fait entendre leur voix à la suite du communiqué. Nombre d’entre eux ont utilisé les réseaux sociaux afin de s’exprimer. Par exemple, le médaillé d’argent du décathlon aux JO 2016 de Rio et recordman du monde de la discipline, Kevin Mayer a lui-même déclaré sur Instagram : « Pas de problème, on peut attendre. #Tokyo2021. Restez prudent tout le monde. ». Teddy Riner, double champion olympique de judo, a lui aussi déclaré « Tokyo, on se voit en 2021. Nous avons un combat plus important à gagner avant. »

 En somme, si les Jeux Olympiques de Tokyo sont reportés d’un an, la flamme olympique qui anime les athlètes semblent être restée intacte. Selon Abe, les Jeux Olympiques de 2021 seront finalement « le témoignage de la défaite du virus » face à l’humanité. Des Jeux Olympiques qui risquent donc d’être très prometteurs…

 

Tokyo 2020: The flame will not light this year

            The news was just in on Tuesday, 24th. The Olympic Games which should have taken place in Japan from July 24 to August 9 have been postponed for one year. Indeed, given the current health crisis in the world, Japanese Prime Minister Shinzo Abe, in agreement with the International olympic committee (IOC), has announced that it was necessary to “protect the health of athletes and help contain the COVID-19 virus”. However, even if the flame will not set the country of the rising sun alight this year, it will still be rekindled on July 23, 2021 and will mean “the defeat of the virus”.

Tokyo 2020, a serious challenge 

On September 7, 2013 Tokyo was elected host city of the 2020 Olympic Games at the expense of Madrid and Istanbul’s applications. Fifty-six years after organizing the 1964 Olympic Games, Japan will once again host this international sporting event: a real recognition for the country. Since 2013 Japan started the preparations and did not spare no expense to make these Games a memorable event. In fact, in a matter of a year, more than half of the infrastructures have been rehabilitated or built, such as the archery center in Yumenoshima Park or the new rowing basin. These Olympic Games were to be under the sign of “innovation and ecology”. Japan had indeed planned to use facial recognition, robots but also medals from recycled products to set an example for future Olympic committees. In short, these Olympic Games represented real challenges and Japan’s national and financial investment were considerable. Indeed, you have to know that the very fact of being a candidate for the organization of the Olympic Games represents a huge amount of money. Before being chosen by the International Olympic Committee Japan spent 62 million euros and the organization of the Games has cost about 12 billion euros for Japan.

An historic context for an historical decision 

For several months now, the organization of the Olympic Games has been facing a worrying threat: the spread of the COVID-19 virus in Asia and around the world. Since then, in response to a constantly evolving situation, a working group, composed among others of the IOC, the WHO and the Japanese authorities, had been created in mid-February. If at the beginning the decision was to reduce the number of spectators and carry out regular checks on the athletes and the population, the spread of the virus on a world scale finally got the better of the organizers. This is how the Olympic dream died out on Tuesday,March 24 at the announcement of the IOC President, Thomas Bach. In fact, in a letter for the attention of the organization members, Thomas Bach announced the adjournment of the Olympic Games and the reasons that pushed him and the working group, to make this decision. According to him, it was made for the good of the athletes, stakeholders and to contain the virus. Indeed, the virus is a real threat for an event of this magnitude that gathers approximately 11,000 athletes from more than 200 different countries and nearly 600,000 spectators. This decision is historic since it is the first Olympic Games adjournment of the modern era. Only the World Wars had led to the technical adjournment and then to the cancellation of the Olympiad. In 2016, the Zika virus had already allowed a lingering threat over the Rio Olympics, but these had taken place after all.

Tokyo 2

Shinzo Abe announcing the official adjournment of Tokyo Olympic Games

Economic consequences that have to be taken into account…

First of all, from an economic point of view, it is certain that this adjournment will not leave the country unscathed. Indeed, the organization of the Olympic Games comes to about 12 billion euros but in reality, the financial implication of the Japanese state was ten times greater. In addition, several Japanese companies have also sponsored the event of up to 3 billion euros, a record in the history of the Olympiads. The deferment of the Olympic Games also implies a considerable drop in Japan’s tourist activity, all the more so as the country is already deprived of Korean and Chinese tourists because of the COVID-19 virus. As a result, Japan would lose 2 billion euros in revenue due to foreign spectators. In short, Japan’s GDP could drop by almost 1.5% this year because of the Olympic Games adjournment. In addition, this deferment has a large impact on the cancellation insurance market and particularly on large companies which cover the event such as Tokio Marine, the main insurer of these Games. Indeed, even though the event is not canceled, the assumption of responsibility for insurers is far from being acquired and the adjournment of the Olympic Games is likely to have major consequences in the long term.

…and a geopolitical influence postponed by a year 

         In addition to the economic repercussions that result from this adjournment, it is above all the influence of Japan that is impacted. The organization of the Olympic Games represents a global showcase for a country and a major geopolitical issue. Hosting the Olympic Games in 2020 allows Japan to show its talents in terms of innovation and environmental protection since the country has chosen to rely on “green” Olympic Games. This event is also a mean to show that Japan has definitely drawn a line under the isolationism it used to be associated with. By choosing Japan as host country, the IOC therefore wants to deliver a message of hope to this country which is just recovering from Fukushima drama and which is gradually opening up to tourism and to the world.

What feedback regarding this historic decision?

Tokyo 3

Athlete Kevin Mayer’s Instagram post in reaction to the Olympic Games adjournment

After the announcement by the IOC and Shinzo Abe, many people have made their voices heard. The majority of the Olympic committees and councils backed the decision. The Belgian Olympic and Interfederal Committee (COIB) for example, welcomed the decision of the IOC and the Japanese government, emphasizing that the most important thing was to protect the athletes health and the public and to allow athletes to train in acceptable conditions. The Olympic athletes also made their voices heard following the press release. Many of them have used social media to express themselves. For instance, silver medalist in decathlon at the 2016 Rio Olympics and world record holder in the discipline, Kevin Mayer, said on Instagram: “No problem, we can wait. # Tokyo2021. Stay safe everyone. ” Teddy Riner, double Olympic judo champion, also declared “Tokyo, see you in 2021. We have a bigger fight to win before. “

In short, if Tokyo Olympic Games are postponed for a year, the Olympic flame that enlivens the athletes seems to have remained unharmed. Shinzo  Abe says the 2021 Olympics will ultimately be “a token of the defeat of the virus ” in the face of humanity. 2021 Olympic Games are likely to be very promising …

Sources: 

« Président du CIO : “Il faudra les efforts de tous pour faire de ces Jeux un symbole d’espoir.” – Olympic News ». International Olympic Committee, 27 mars 2020

https://www.olympic.org/fr/news/president-du-cio-il-faudra-les-efforts-de-tous-pour-faire-de-ces-jeux-un-symbole-d-espoir-1.

 

« Les Jeux olympiques de Tokyo reportés d’un an ». Le Monde, 24 mars 2020 https://www.lemonde.fr/sport/article/2020/03/24/les-jeux-olympiques-reportes-d-un-an_6034247_3242.html

 

« Le CIO, l’IPC, le comité d’organisation de Tokyo 2020 et le gouvernement métropolitain de Tokyo annoncent les nouvelles dates des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020 – Olympic News ». International Olympic Committee, 30 mars 2020,

https://www.olympic.org/fr/news/le-cio-l-ipc-le-comite-d-organisation-de-tokyo-2020-et-le-gouvernement-metropolitain-de-tokyo-annoncent-les-nouvelles-dates-des-jeux-olympiques-et-paralympiques-de-2020.

 

Newmedia, R. T. L. « Quel impact pour le Japon en cas d’annulation des JO de Tokyo? » RTL Info,

https://www.rtl.be/info/monde/economie/quel-impact-pour-le-japon-en-cas-d-annulation-des-jo-de-tokyo–1202970.aspx.

 

« Tokyo 2020 Olympics Will Now Take Place in July 2021, Due to Coronavirus ». CNET, https://www.cnet.com/news/tokyo-2020-olympics-will-now-take-place-in-july-2021-due-to-coronavirus/

 

« Could the Coronavirus Outbreak in China Impact the 2020 Tokyo Olympics? » USA TODAY,

https://www.usatoday.com/story/sports/olympics/2020/02/12/2020-tokyo-olympics-coronavirus-impact/4717327002/

 

« Le report des Jeux Olympiques, du jamais-vu pour les assureurs ». Les Echos, 31 mars 2020,

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/le-report-des-jeux-olympiques-du-jamais-vu-pour-les-assureurs-1190484.

 

« Réactions des parties prenantes du Mouvement olympique à la suite de la publication du communiqué commun du CIO et du comité d’organisation de Tokyo 2020 – Olympic News ». International Olympic Committee, 25 mars 2020,

https://www.olympic.org/fr/news/reactions-des-parties-prenantes-du-mouvement-olympique-a-la-suite-de-la-publication-du-communique-commun-du-cio-et-du-comite-d-organisation-de-tokyo-2020

 

« Report des Jeux olympiques. Des réactions du monde entier ». Ouest-France.fr, 24 mars 2020,

https://www.ouest-france.fr/jeux-olympiques/report-des-jeux-olympiques-des-reactions-du-monde-entier-6790586.

 

« Jeux Olympiques. Report des Jeux: « On a un combat plus important à gagner » ». Le Telegramme, 24 mars 2020,

https://www.letelegramme.fr/sports/jeux-olympiques/jeux-olympiques-report-le-monde-du-sport-reagit-24-03-2020-12531359.php.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s