Les primaires démocrates aux États-Unis : La résurrection de Joe Biden

Auteur : Jeanne Guillaume

English version below

 

Le 3 novembre prochain sera élu le 46e président des États-Unis. Alors que Donald Trump se représente comme candidat républicain avec pour nouveau slogan « Keep America great », les candidats démocrates sont eux, en quête de l’investiture de leur parti. En effet, la primaire présidentielle du parti démocrate des États-Unis a commencé depuis le 3 février et, alors que Bernie Sanders était pressenti comme favori, c’est finalement Joe Biden qui est arrivé en tête lors du « Super Tuesday » ce mardi 3 mars 2020. Un résultat qui pourrait bien bouleverser la suite de ces élections.

élections 1

De gauche à droite: Bernie Sanders, Joe Biden, Donald Trump

Des élections dans un contexte inhabituel

       Le 18 juin 2019, Trump lance officiellement sa campagne présidentielle depuis Orlando en Floride. Pourtant concurrencé par Bill Weld et John Walsh, Trump remporte les premiers scrutins sans difficulté. Cependant, celui-ci figure malgré tout parmi les présidents américains les plus impopulaires, surtout depuis la procédure d’impeachment engagée à son encontre par Nancy Pelosi en septembre 2019. En effet, en décembre dernier Trump est mis en accusation pour « abus de pouvoir » et devient alors le 4ème président des États-Unis à subir cette procédure après Johnson en 1868, Nixon en 1974 et enfin Clinton en 1998. En effet, Trump est accusé d’avoir engagé une enquête contre Hunter Biden, le fils de Joe Biden, un des candidats démocrates aux présidentielles de 2020. Ce contexte très particulier vient donc affaiblir de nouveau le président qui peine déjà à regagner la confiance et le soutien des américains. Après deux semaines de procès, mercredi 5 février, Donald Trump est finalement acquitté du chef d’accusation d’abus de pouvoir par le Sénat à 52 voix contre 48. Cet acquittement lui permet alors de se repositionner comme candidat légitime à la présidentielle.

         Concernant le parti démocrate, la campagne est plus disputée. Ils sont en effet onze candidats à confirmer leur choix lors du premier vote des primaires démocrates. Aujourd’hui, trois d’entre eux sont encore en lice : Joe Biden, Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Au début de la campagne c’est Bernie Sanders qui est vu comme favori. Déjà candidat aux primaires démocrates en 2016 celui-ci s’était fait évincé par Hillary Clinton. Ce sénateur, âgé de 78 ans, se veut socialiste démocratique et a la volonté de « réformer un système politique corrompu en créant une économie qui marche pour tous, et pas seulement pour les plus riches ». Sanders condamne le système politique aux États-Unis, le mode de financement des campagnes électorales et est partisan du système de santé universel. Cependant de nombreux détracteurs tels que Joe Biden ou Donald Trump définissent sa politique comme trop à gauche, voire « communiste ». Face à lui, c’est Joe Biden qui s’impose comme rival principal. Biden est âgé de 72 ans et fut le vice-président de Barack Obama, de 2009 à 2016. Ce candidat appartient à l’aile modérée du Parti démocrate et est déclaré comme candidat centriste. En effet, ses idées sont moins radicales que son principal concurrent Sanders et ce sont sur des thèmes tels que la fiscalité, le social ou l’environnement que les deux candidats sont les plus éloignés. Sanders défend des politiques très radicales : zéro carbone d’ici 2050, nationalisation de l’assurance santé alors que Biden, lui, se veut plus modéré.

Le « Super Tuesday », la victoire inescomptée de Biden

élections 2

        La victoire inescomptée de Biden

  Pour comprendre l’enjeu de ce mardi 3 mars 2020 il faut revenir sur la façon dont les candidats sont élus. Pour devenir le candidat démocrate ou républicain à la présidence il faut des délégués. Chaque État en dispose d’un certain nombre en fonction de la grandeur de l’État. Par exemple, la Californie, un des plus grands États américains disposent de 415 délégués ce qui en fait un État clé. En fonction du score des candidat dans chaque État, un certain nombre de délégués est alloué. Dès lors, lorsqu’un candidat obtient la voix de 1 991 délégués, ce qui en représente la majorité, alors celui-ci est élu représentant officiel de son parti. C’est alors pour cette raison que le « Super Tuesday » est un jour spécial aux États-Unis. En effet, c’est le jour où le plus d’États américains votent et où le nombre de délégués en jeu est le plus important. Ce 3 mars, 1 357 délégués sont attribués, soit environ un tiers du total. C’est donc 14 États qui procèdent au vote dont des États très importants tels que la Californie ou encore le Texas. Et, alors que Sanders était pressenti pour en sortir vainqueur, c’est Joe Biden qui, contre toute attente remporte le plus de voix. En effet, Biden remporte 10 États sur 14 dont certains États dits « swing states » comme la Virginie ou la Caroline du Nord. Biden remporte même le Texas alors que Sanders dominait les sondages depuis plusieurs semaines. Elizabeth Warren, quant à elle, ne remporte aucun État et décide de renoncer à l’investiture démocrate le 5 mars dernier. Michael Bloomberg lui aussi décide de se retirer après un échec cuisant lors de ce Super Tuesday » et manifeste désormais son soutien à Joe Biden.

       Mais comment expliquer ce revirement de situation ? Tout d’abord grâce à l’establishment démocrate qui multiplie les déclarations de soutien en faveur du candidat centriste Joe Biden dans l’espoir de stopper l’ascension de Bernie Sanders ; un candidat désigné comme trop « extrémiste » pouvant polariser le parti démocrate à l’avenir. En effet, des éléments clés de la campagne tels que Amy Klobuchar, Pete Buttigieg, Harry Reid ou encore l’ex-député du Texas Beto O’Rourke ont apporté leur soutien à Joe Biden. De plus, alors que Sanders remporte la voix des jeunes, Biden lui, remporte le vote des minorités, notamment afro-américaines, vote déterminant pour la victoire. Si ce « Super Tuesday » est surprenant aux vues des résultats, il montre aussi que les démocrates sont peut-être en train de reproduire le même scénario qu’il y a quatre ans lorsqu’ils décidèrent de jouer la sécurité en préférant les idées modérées d’Hillary Clinton à celles radicales de Bernie Sanders. Cette même stratégie qui leur avait couté la victoire face à Donald Trump en 2016. En faisant le choix de la sécurité et de la continuité, les démocrates permettent peut-être à Trump de s’imposer une nouvelle fois en Novembre prochain. 

Biden, nouveau favori face à Trump ? 

élections 3

          Tout d’abord, rien n’est encore gagné pour Joe Biden puisque le 17 mars c’est l’Arizona, la Floride et l’Illinois qui sont appelés aux urnes. Des États déterminants pour les candidats puisqu’ils représentent un grand nombre de délégués. De plus, malgré la victoire écrasante de Biden, Bernie Sanders gagne tout de même la Californie, l’État comportant le plus de délégués, ce qui pourrait être un réel atout pour le candidat. Jusqu’aux prochaines élections les enjeux et défis sont immenses pour les démocrates. D’une part, ils doivent parvenir à s’unir derrière un unique candidat s’ils souhaitent faire barrière à Trump. En effet, malgré les critiques, l’électorat de Trump reste bien présent et beaucoup imaginent une nouvelle élection de Trump en Novembre prochain. Il est vrai que celui-ci possède encore les voix de la classe populaire, une classe encore très importante aux États-Unis. De plus, Joe Biden lui, devra faire ses preuves en essayant de rallier les jeunes et les populations d’extrême gauche à sa cause. En somme, les démocrates doivent faire de leur candidat élu un candidat qui aura les épaules pour affronter la vague trumpienne. Un challenge de taille qui promet de nombreux rebondissements.

 

2020 Democratic Presidential Primaries

Joe Biden’s resurrection

 

          On November 3, will be elected the 46th President of the United States. While Donald Trump is running for the office under the slogan “Keep America great”, the Democratic candidates are seeking for the nomination of their party. Indeed, the presidential primary of the Democratic Party of the United States has begun since February 3 and even though Bernie Sanders was presumed to be the favorite, it was finally Joe Biden who came out on top during “Super Tuesday” on March, 2. A result that could very well disrupt the end of these elections.       

élections 1 Bernie Sanders, Joe Biden, Donald Trump 

An unusual context for these elections

On June 18, 2019, Trump officially launched his presidential campaign from Orlando, Florida. Yet competed by Bill Weld and John Walsh, Trump won the first elections without difficulty. However, he is still among the most unpopular American presidents, especially since the impeachment procedure initiated against him by Nancy Pelosi in September 2019. Indeed, last December, Trump was charged with “abuse of power” and became the 4th President of the United States to undergo this procedure after Johnson in 1868, Nixon in 1974 and finally Clinton in 1998. Indeed, Trump is accused of having launched an investigation against Hunter Biden, Joe Biden’s son, one of the Democratic candidates for the presidential elections of 2020. Then, this very particular context comes to further weaken the president who is already struggling to regain the confidence and support of the Americans. However, on February 5, after two weeks of trial, Donald Trump is finally acquitted of the count of abuse of power by the Senate with 52 votes against 48. This acquittal then allows him to reposition himself as the legitimate presidential candidate.

Concerning the Democratic Party, the campaign is more disputed. During the first Democratics primaries’ vote, 11 candidates were running for the election. Today, 3 of them are still struggling: Joe Biden, Bernie Sanders and Elizabeth Warren. At the beginning of the campaign, Bernie Sanders was the favorite. Sanders was already a candidate for the Democratic primaries in 2016, but he was ousted by Hillary Clinton. This 78-year-old man wants to be a democratic socialist and has the will to “reform a corrupt political system by creating an economy that works for everyone, not just the wealthy”. Sanders condemns the political system in the United States, the method of financing electoral campaigns and is a supporter of the universal health system. However, many detractors such as Joe Biden or Donald Trump define his policy as being too far to the left, even “communist”. Against him, Joe Biden is the main rival. Biden is 72 years old and was Obama’s vice-president from 2009 to 2016. This candidate belongs to the moderate wing of the Democratic Party and is declared as a centrist candidate. Indeed, his ideas are less radical than his main competitor Sanders and it is on topics such as taxation, social measures or the environment that the two candidates are most distant. Sanders advocates for very radical policies: zero carbon by 2050, nationalization of health insurance while Biden wants to be more moderate.

The “Super Tuesday” and Biden’s unexpected victory

élections 2 Biden’s unexpected victory 

So as to understand the issue of this March 3, 2020, we must bring to mind the way in which the candidates are elected. To become the Democratic or Republican presidential candidate, delegates are needed. Each state has a number depending on the size of the state. For example, California, one of the largest American states has 415 delegates, which makes it a key state. Depending on the candidate’s score in each state, a certain number of delegates is allocated. Therefore, when a candidate obtains the vote of 1,991 delegates, which represents the majority, then the latter is elected official representative of his party. That is why “Super Tuesday” is so special in the United States. Indeed, this is the day when the most American states vote and when the number of delegates at stake is the largest. On March 3, 1,357 delegates are allocated, which means a third of the total.  14 states are voting, including very important states such as California and Texas. And while Sanders was slated to win, it was Joe Biden who unexpectedly won the most number of votes. In fact, Bidden wins 10 out of 14 states, including some called “swing states” such as Virginia or North Carolina. Bidden even wins Texas where Sanders has dominated the polls for several weeks. Elizabeth Warren, meanwhile, won no state and decided to renounce the Democratic nomination on March 5. Michael Bloomberg also decided to retire after a bitter failure during this Super Tuesday “and now shows his support for Joe Biden.

But how can we explain this turnaround? First of all, thanks to the Democratic establishment which multiplies the declarations of support in favor of the centrist candidate Joe Biden so as to stop the rise of Bernie Sanders; a candidate designated as too “extremist” who may polarize the Democratic Party in the future. Indeed, key elements of the campaign such as Amy Klobuchar, Pete Buttigieg, Harry Reid and the former Texas deputy Beto O’Rourke support Joe Biden. In addition, while Sanders wins the voice of young people, Biden wins the minorities’ votes, especially African Americans, a decisive vote for victory. If this “Super Tuesday” is surprising in the view of the results, it also shows that the Democrats are perhaps reproducing the same scenario as they did, four years ago when they decided to play it safe by preferring Hillary Clinton’s moderate ideas to Bernie Sanders’ radical ones. The same strategy that cost them the victory over Donald Trump in 2016. By choosing security and continuity, the Democrats may be allowing Trump to assert himself again next November.

Biden, new favorite against Trump?

 

élections 3

First of all, nothing is won for Joe Bidden yet, since on March 17 it is Arizona, Florida and Illinois who are called to the polls. Decisive States for the candidates since they represent a large number of delegates. In addition, despite Biden’s overwhelming victory, Bernie Sanders still wins California, the state with the most  important number of delegates, which could be a real asset for the candidate. Until the next election the stakes and challenges are tremendous for the Democrats. On the one hand, they must succeed in uniting behind a single candidate if they wish to stand in the way of Trump. Indeed, despite criticism, Trump’s electorate remains strong and many are imagining another Trump election next November. It is true that he still has the voices of the working class, a class still very important in the United States. In addition, Joe Biden will have to prove himself by trying to rally young people and the far-left wing populations to his cause. In short, Democrats must make their elected candidate a candidate who will have the shoulders to face the Trump wave. A major challenge that promises major upheavals.

Sources 

« Impeachment : quelles conséquences sur les élections de 2020 ? » – L’Actualité

https://lactualite.com/monde/impeachment-quelles-consequences-sur-les-elections-de-2020/

« Primaires présidentielles du Parti démocrate américain de 2020 » – Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Primaires_pr%C3%A9sidentielles_du_Parti_d%C3%A9mocrate_am%C3%A9ricain_de_2020

« Bernie Sanders est-il socialiste? » – France culture

https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/bernie-sanders-est-il-socialiste

« Primaires démocrates : le choix entre une vision centriste et une vision “socialiste démocratique” » – France 24

https://www.youtube.com/watch?v=7Bm3z1XockA

« Primaires démocrates : quels enseignements tirer des victoires de J. Biden lors du “Super Tuesday” ? » – France 24

https://www.youtube.com/watch?v=fpXU5scWvZU

« Primaires démocrates : 14 États choisissent leur champion démocrate » – France 24

https://www.youtube.com/watch?v=P0X5_Fe09NM

« Super Tuesday : « Une résurrection miraculeuse pour Joe Biden » » – Le Monde

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/04/super-tuesday-une-resurrection-miraculeuse-pour-joe-biden_6031822_3210.html

« Primaires démocrates : Les enjeux du « Super Tuesday » aux Etats-Unis » – Villes et communes

https://www.villesetcommunes.info/actu-monde/primaires-democrates-enjeux-super-tuesday-aux-etats-unis/

« Primaires démocrates : cinq minutes pour comprendre les enjeux du «Super Tuesday» » – Le Parisien

http://www.leparisien.fr/international/primaires-democrates-cinq-minutes-pour-comprendre-les-enjeux-du-super-tuesday-03-03-2020-8271162.php

« Primaires démocrates. Grâce au ras-le-bol de Trump, Biden revient d’entre les morts » – Courrier International

https://www.courrierinternational.com/article/primaires-democrates-grace-au-ras-le-bol-de-trump-biden-revient-dentre-les-morts

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s