4 news of January

Auteurs et traducteurs : Emma Poli et Titouan Palomino

English version below

 

Iran/Etats-Unis, escalade de tensionle Moyen Orient retient son souffle

 

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2020, les Etats-Unis ont abattu à Bagdad le général iranien Qassem Soleimani, le bras droit du gouvernement de la république islamique d’Iran. Ce crime est venu confirmer deux réalités : la politique unilatéraliste exacerbée des Etats-unis de Donald Trump ainsi que l’escalade des tensions entre Téhéran et Washington. Ce bombardement vient en effet à la suite de nombreux autres faits géopolitiques extrêmement significatifs, survenus depuis 2019.

En réponse aux tentatives illégales iraniennes d’enrichissement de leur hydrogène, les Etats-Unis s’étaient retirés des accords de non-prolifération nucléaire conclus avec l’Iran, et avaient initié un embargo contre leur pétrole. Mais l’embargo a vite été contourné par l’Iran, qui a arrêté de déclarer certaines de ses transactions, notamment en Syrie. Puis, un drone états-unien a été abattu dans l’espace aérien iranien, avant qu’un drone iranien soit aperçu autour d’un pétrolier états-unien. Quelques jours plus tard, deux infrastructures pétrolières saoudiennes ont été attaquées, et les Etats-Unis accusent l’Iran. Des mois plus tard, le 27 décembre précisément, un soldat états-unien a été tué par un tir de rockets dans une base irakienne. Le Hezbollah irakien, soutenu activement par l’Iran du général Soleimani, est pointé du doigt. Alors, le 29 décembre, Donald Trump fait bombarder 5 bases du Hezbollah irakien, faisant au moins 25 victimes. Encore deux jours plus tard, le 31 décembre, c’est l’ambassade états-unienne d’Irak qui est assaillie par des milliers de manifestants pro-iraniens, et Washington accuse l’Iran d’être aux commandes de l’insurrection. Alors, le 3 janvier, le président états-unien fait exécuter Qassem Soleimani, assurant que ce dernier préparait « une action d’envergure » contre « des centaines de vies américaines ». Dans la nuit du 7 au 8 janvier, l’Iran bombarde en retour deux bases états-uniennes en Irak, mais aucun mort n’est à déplorer. Le point culminant de cette escalade survient le lendemain, alors que qu’un Boeing ukrainien explose dans l’espace aérien iranien, faisait 176 morts. L’Iran tarde à reconnaître son implication dans ce drame, mais avoue après 3 jours qu’une « erreur humaine » en est la cause.

Relations MO

Influences états-uniennes et iraniennes au Moyen-Orient

Depuis, c’est la désescalade. Mais les conséquences géopolitiques sont fortes, et le Moyen Orient retient son souffle. Les pays alentours sont en effet indirectement concernés par ces tensions, étant donné l’influence conséquente qu’exercent Washington et Téhéran sur eux. Militairement, l’Iran est positionné sur une partie des territoires irakiens, syriens, libanais et yéménites. Politiquement, il apporte un soutien considérable aux forces du Hesbollah, parti politique chiite basé au Liban, mais également au gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie, aux milices chiites irakiennes et aux rebelles houthistes du Yemen. Les Etats-Unis, eux aussi, disposent d’alliés de taille au Moyen-Orient. Ainsi, les Emirats-Arabes-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël, le Bahreïn et le Koweït s’opposent explicitement à l’Iran. Le Qatar, quant à lui, profite d’une position ambigüe. Quoi qu’il en soit, le subcontinent asiatique est fracturé, fragile et son avenir reste incertain.

Alors, quelles seront les conséquences diplomatiques de ce conflit dans les mois à venir  ? Une chose est sûre : les relations sont très tendues au Moyen-Orient, et les pays ont tout intérêt à rester prudents.

 

Un point sur le Coronavirus et ses conséquences

 

Le coronavirus prend ses racines dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, vers le début du mois de décembre. Très vite, une épidémie s’est propagée, et l’Etat chinois a été pris de cours face à la force du virus. En effet, ce dernier provoque des états grippaux et pneumoniques graves, et s’avère particulièrement létal pour les personnes présentant des problèmes respiratoires. Il se propage très rapidement, et aucun remède n’a été trouvée afin de le soigner – les antibiotiques étant inefficaces contre les virus.

En moins de deux mois, les yeux du monde entier se sont tournés vers la Chine, et l’OMS confirme sa transmission inter-humaine le 23 janvier. Mais l’empire du milieu ne souhaite pas que cette crise sanitaire vienne endommager ses relations internationales et altérer son économie. Alors, elle a fait pression sur l’OMS pour ne pas que soit déclaré l’état d’urgence sanitaire. Mais après quelques jours, il est impossible pour l’OMS de ne pas agir : le 30 janvier, le verdict tombe. 25 pays sont touchés, 9783 personnes sont contaminées, et 213 sont mortes. L’état d’urgence sanitaire est déclaré.

Corona

Propagation du virus

Alors, comment les acteurs internationaux vont-ils réagir face à cette épidémie ? D’un point de vue humain, la plus grande crainte reste que le virus s’implante dans des pays pauvres ne disposant pas des moyens nécessaires afin de l’endiguer. Alors, un peu partout dans le monde, la vigilance grandie. De nombreux pays prennent des mesures radicales, comme la Mongolie, qui ferme sa frontière avec la Chine le 26 janvier. Les frontières d’Hong-Kong, quant à elles, sont fermées aux voyageurs venant de Chine le 28 janvier, après que les personnels de santé aient menacé d’entamer une grève générale. Le 30 janvier, c’est au tour de la Russie de fermer ses frontières avec la Chine. A l’international, le nombre d’avions en direction de la Chine diminue extrêmement vite, et ce même 30 janvier l’Italie suspend les liaisons aériennes avec la Chine après l’annonce des deux premiers cas d’infection sur son territoire. En France, une quarantaine est appliquée dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, l’Australie fait de même sur l’île Christmas, située à plus de 2 000 kilomètres de ses terres, tandis que le Royaume-Uni a décidé de confiner les personnes dans un ancien bâtiment du National Health Service… Partout dans le monde, des actes racistes et xénophobes se multiplient, et la discrimination est exacerbée par ces mesures isolationnistes.

Corona2

Expansion du virus dans le monde

Économiquement, l’épidémie pourrait avoir un impact important mais de courte durée pour la Chine, selon le cabinet Oxford Economics, qui fonde son analyse sur les effets qu’avait eu l’épidémie de SRAS en 2002 et en 2003, à l’origine de la mort de 800 personnes en Asie. Cependant, un ralentissement économique mondial pourrait s’annoncer, puisque l’impact sur le tourisme, pour ne citer qu’un secteur, sera conséquent. En France, par exemple, les Chinois représentent 2,5 % de la fréquentation touristique annuelle totale, et 7 % de la recette touristique.

Alors, la situation est grave, le monde tout entier étant concerné par l’épidémie. Nous pouvons nous attendre à voir des décisions internationales se former dans les prochains jours, par le biais de consensus entre Etats ou grâce à l’OMS.

 

« Brexit means Brexit », mais qu’en est-il de l’après Brexit ? 

Voté par référendum par 17 millions de britanniques le 23 juin 2016, la procédure de divorce n’aura pas duré moins de 3 ans et demi. Annoncé au 29 mars 2019, à juin 2019, puis à octobre 2019, c’est finalement le 31 janvier 2020 qu’a été signé le « British exit ».  Les britanniques auront vu trois premiers ministres se succéder sur cette période. En effet, c’est sous un pari raté de David Cameron qu’a été voté le Brexit. Theresa May, a vu ses propositions d’accord de sortie de l’Union Européenne refusées à trois reprises par le parlement avant d’annoncer sa démission le 24 mai 2019. C’est enfin sous le mandat de Boris Johnson qu’un accord fut trouvé.

En quoi consiste cet accord final ?

 Depuis le 1er février dernier, le Royaume-Uni n’est plus représenté au sein des institutions européennes. Les sièges des 73 eurodéputés ont donc été en partie redistribués à d’autres états ou gardés pour de futurs états-membres. Toutefois, en vertu de la période de transition dont le terme est fixé au moins jusqu’au 31 décembre 2020, le Royaume-Uni et l’Union Européenne continueront à traiter comme si le Royaume-Uni était encore un Etat-membre durant les 11 mois à venir. Cette procédure a d’abord été instaurée pour permettre aux entreprises, aux administrations et aux citoyens de s’adapter au Brexit. La libre circulation des personnes sera notamment conservée entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Cela permettra également au gouvernement britannique de définir de nouveaux accords avec les pays-tiers. Cette période de transition reste prolongeable jusqu’à deux ans, c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2022. Il est donc prévu que le Royaume-Uni continue de participer au budget de l’Union européenne jusqu’au terme de cette période et bénéficie en contrepartie de certains programmes à l’image de la politique agricole commune (PAC).

Quant à la question irlandaise, le « backstop » * proposé par Theresa May et rejeté en bloc, est remplacé par l’accord Johnson/UE prévoyant finalement que l’Irlande du Nord sorte de l’union douanière avec l’UE mais demeure alignée sur un ensemble limité de règles du marché unique (tva, règles sanitaires, etc.).

brexit1

Les eaux britanniques bientôt interdites ?

 

Sur le plan économique, certains économistes prévoient que le Brexit sera une opportunité pour Bruxelles et une catastrophe économique pour Londres. Le Royaume-Uni devra notamment payer un chèque estimé entre 40 et 45 milliards d’euros pour solder ses comptes avec l’Union-Européenne. Pourtant, du côté européen, c’est notamment le secteur de la pêche qui s’inquiète pour son devenir. En théorie, les britanniques peuvent désormais interdire l’accès à leurs eaux territoriales avec l’expiration de la Convention de Londres sur la pêche signée en 1964. C’est l’accès aux côtes de l’île anglo-normande de Guernesey qui est interdit depuis le 31 janvier dernier. 30% de la pêche française est pourtant réalisée dans ces eaux. C’est pourquoi Michel Barnier a averti lundi dernier qu’”Il n’y aura pas d’accord de commerce avec les Britanniques s’il n’y pas un accord sur l’accès réciproque pour les pêcheurs”. Des autorisations individuelles devraient donc être délivrées aux pêcheurs français dans les jours à venir.

* « backstop » :  un « filet de sécurité » permettant une conservation partielle des règles des Vingt-Sept en Irlande du Nord, pour ne pas rétablir de frontière physique avec la République d’Irlande au moment de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne

 

Le nouvel accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis marque-t-il une étape historique ? 

 

Annoncé le 31 décembre 2019 par Donald Trump, la « phase 1 » du nouvel accord commercial entre la Chine et les États-Unis a été signée à la maison blanche le 15 janvier dernier. Cet accord consiste, dans un premier temps, en l’abaissement des droits de douane et à l’augmentation de l’achat de produits agricoles, énergétiques et manufacturés américains par la Chine à hauteur de 200 milliards de dollars d’ici 2021. En effet, c’est notamment 50 milliards de dollars de produits agricoles qui devraient être exportés par les Etats-Unis. Toutefois, « la question est de savoir si agriculteurs et éleveurs américains vont pouvoir tenir la cadence », comme l’a déclaré Donald Trump. Les agriculteurs ont été les premières victimes du bras de fer sino-américain. À titre d’exemple, les exportations de soja qui représentaient 12,3 milliards de dollars en 2017, se sont effondrées à 3,1 milliards de dollars en 2018.

guerre commerciale

Chronologie de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis? 

En 2019, le bras de fer commercial entre les deux états aurait fait chuter l’excédent commercial de la Chine vis-à-vis des États-Unis de 8,5%, ce dont se réjouit Donald Trump. Le président américain a pourtant insisté sur le fait que les droits de douanes concernant plus de 370 milliards de dollars de produits chinois ne seraient pas abaissés tant que la « phase 2 » de l’accord n’aura pas été signée.  La « phase 2 » consisterait principalement en l’instauration de nouvelles mesures juridiques pour mettre fin au « vol » de la propriété intellectuelle américaine dénoncée par Washington. Alors que les négociations de cette deuxième phase ont commencé, l’avenir de cet accord reste incertain.

Si cet accord marque une trêve dans la guerre commerciale dans laquelle s’affrontent les deux puissances depuis mai 2018, ce n’est pas pour autant un accord de libre-échange ni même une « étape historique » comme a pu s’en vanter Donald Trump.

 

Iran / United States of America, rise in tension, the Middle East holds its breath

 

During the night between the 2nd and the 3rd of January 2020, the USA bombed in Bagdad the Iranian general Qassem Soleimani – the right hand of the Islamic republic of Iran government. This crime confirmed two realities : the extreme unilateralist policy of the USA of Donald Trump, and the rise in tensions between Teheran and Washington.

This bombing comes indeed after months and months of significant geopolitical facts, that happened since the beginning of 2019. In response to the illegal uranium inrechment of Iran, the USA left the Nuclear Non-prolifération Treaty concluded with Iran, and initiated an embargo against its oil. But Iran quickly got round the embargo, by not reporting some transactions, especially in Syria. Then, an American drone was shot down inside the Iranian airspace, and a few days after an Iranian drone was viewed around an American oil tanker. A bit later, two Saudi oil infrastructures were attacked, and the USA accused Iran. Some months after, the 27 December precisely, an American soldier was killed during the bombing of an Iraqi military base. The Iraqi Hezbollah, supported by Soleimani, was accused by the USA. So, in the 29th of January, the American president gave the command to fire 5 Iraqi Hezbollah military bases, causing 25 deaths. Again two days after, the American ambassy in Iraq was besieged, and Washington blamed the Iranian government from being responsible of the demand.

So, the 3rd of January, Donald Trump asked its army to execute Qassem Soleimani, assuring he was preparing “a major action” against “hundreds of American lives”. In the night between the 7th and the 8th of January, Iran bombed back two American bases in Iraq, but there was not any death. The summit of this rise of violence came the day after, when a Ukrainian Boeing exploded inside the Iranian airspace, doing 176 deaths. Iran was late recognizing the tragedy, but confessed 3 days after that a “human error” was the cause.

Relations MO

American and Iranian influences into the Middle East

Since the crash, it is the de-escalation. However, geopolitical consequences are terrible, and the Middle East holds its breath. Judging by the American and the Iranian influences in the Middle East, neighbouring countries are indeed indirectly concerned by the tensions. Miritarily, Iran spreads its influence into 4 territories : Iraq, Syria, Lebanon and Yemen. Politically, it supports the Hezbollah – a chiite political party based in Lebanon – but also the Bashar al-Assad government in Syria, the Iraqi chiite militias and the Yemeni Houthi rebels. The USA has also strong allies in the region. The United Arab Emirates, Saudi Arabia, Israel, Bahrain and Kuwait are explicitly opposed to Iran. Qatar takes advantage of its ambiguous position. Anyway, the Asiatic subcontinent is splited, fragile, and its future remains uncertain.

Then, what consequences will raise from this conflict during the next months ? One thing is sure : relationships are tensed inside the Middle East, and countries will be well advised to stay prudents.

 

 

The Coronavirus and its consequences

 

The coronavirus first came into being in the city of Wuhan, in the centre of China, at the beginning of December. Very quickly, the epidemic spread, and China was caught unawares by the strength of the virus. Indeed, the coronavirus serious provokes flu-like and pneumonia conditions and proves to be particularly lethal for people that have respiratory problems. It spreads very rapidly, and any remedy was found to cure it – antibiotics are inefficient against virus.

After less than two months, all eyes have turned to China, and the WHO confirmed the inter-human transmission on the 23rd of January. But the Middle Kingdom does not want this sanitarian crisis to damage its international relationships and by the way degrade its economy. So, it put pression on the WHO not to declare the sanitarian emergency situation. Nevertheless, a few days after, it is impossible for the WHO to not react to the drama: the 30th of January, here is the verdict: 25 countries are touched, 9783 people are infected, and 213 are dead. The sanitarian emergency situation is declared.

Corona

Propagation of the virus

 

So, how international players will react to this epidemic? From a human point of view, the biggest hazard would be the arrival of the virus in poor countries that are not able to contain it. Then, everywhere in the world, vigilance grows. Many countries take radical measures, like Mongolia which closed its borders with China the 26th of January. Frontiers of Hong-Kong has been closed for people that come from China, because health workers threatened its government to begin a general strike. The 30th of January, it was Russia’s turn to clos its borders with China. Globally, the number of flights toward China reduces quickly, and that same 30th of January, Italia cut its bounds with China after the announce of 2 cases of coronavirus infection in its territory. In France, a quarantine took place in a holiday centre of Carry-le-Rouet, Australia did the same on Christmas island, located at 2 000 kilometres from its lands, and the UK decided to confine infected people inside a National Health Service building… Everywhere in the world, racist and xenophobic acts multiply rapidly under this isolationist atmosphere.

 

Corona2

The expansion of the virus in the world

 

Economically, the epidemic could have an important but short impact for China, for the Oxford Economics consulting room that compares the current situation with the SRAS epidemic of 2002 -which caused 800 deaths in Asia. However, a global economic downturn could begin, because the impact will be significant on many fields. In France, for instance, Chinese represent 2,5% of touristic presence and 7% of the total revenue.

Eventually, it’s a sever situation that concerns every country in the world. Then, the Estates and the WHO will certainly make important decisions during the next weeks.

 

 

 

« Brexit means Brexit », what happens after the Brexit ?

On 23 January 2016, 17 million British people voted the Brexit by referendum. The divorce process would last three years and a half.  Scheduled on 29 March 2019, in June 2019, then in October 2019, the British exit has finally been signed on 31 January 2020. The United King has known three Prime Ministers follow one another during this period. Actually, the Brexit has been voted after David Cameron’s failed bet. Theresa May’s propositions for the withdrawal agreement of the United Kingdom from the European Union had been refused three times by the parliament before she announced its resignation on 24 May 2019. Eventually, an agreement has been found under Boris Johnson’s mandate.

What implies this final agreement?

            Since 1 February, the United Kingdom is not represented within the European institutions anymore. The 73 seats of the MEPs have been redistributed to other member-states or kept for future member-states. Nevertheless, during the transition period, which should end by the end of December 2020, the United Kingdom and the European Union will continue to deal with one another as if the United Kingdom still were a member-state. This procedure has been introduced in order to allow citizens, administrations and companies to get used to the Brexit.  The free movement of people will in particular be maintained. It also will enable the British government to define new agreements with third-countries. This transition period may be extended up to 2 years, in other words until 31 December 2022, if necessary. Until the expiry of this period, the United Kingdom will have to contribute to the European budget and will in return profit from some programs such as the common agricultural policy.   Regarding the Irish question, the “backstop” , suggested by Theresa may and completely rejected, has been replaced by the Johnson/UE agreement which plans that Northern Ireland get out of the customs union but will still be aligned with a limited number of the single market rules (VAT, sanitary rules, etc.).

 

brexit1

What concerns the economic dimension, some economists forecast that the Brexit will be an opportunity for Brussel and an economic disaster for London. The United Kingdom will namely have to pay an estimated 45 billion euros cheque to pay its debts towards the European Union. However, on the European side, the fishing sectors worries about its future. In theory, the British can henceforth restrict the access to their territorial waters with the expiry of the London Fisheries Convention signed in 1964.  Since January 31, the access to the coasts of the Channel Island Guernsey is forbidden.  30% of the French fishing industry come from these waters.  Consequently, Michel Barnier warns last Monday that “There will be no commercial agreement with the United Kingdom as long as there will be no reciprocal access agreement for the fishermen”.  Individual authorizations should be delivered to French fishermen in the coming days.

Is the new U.S-China trade deal an historical agreement?

            Publicly announced on 31 December 2019 by Donald Trump, the first phase of the new trade deal between the United States and China has been signed on 15 January 2020 at the White House. As a first step, the agreement consists in the reduction in custom duties as well as in a purchase agreement of an additional $200 billion American goods and services by China by 2021.  Actually, $50 billion of farm products should be exported by the United States. However, there is still a question about the ability of American farmers to maintain the rhythm of the production with such an increased demand.  The American farmers were the first victims of the Chinese-American trade war.  For instance, soy exportations, which represented $12,3 billion in 2017, have collapsed by $3,1 billion in 2018.

trump-china-trade-deal

American President Donald Trump greets Chinese Vice Premier Liu He

During the year 2019, the trade war between both states resulted in the decrease in the trade surplus of China towards the United States by 8.5%, which Donald Trump welcomes. The American President insisted however on the fact that the custom duties concerning more than $370 billion of Chinese products will not be lowered if the “phase 2” of the trade agreement will not be signed. The next phase will mainly consist in the introduction of new legal measures in order to tackle the American intellectual property theft denounced by Washington.  While the negotiations of this second phase have already begun, the future of the agreement remains uncertain.

If this trade agreement is a truce in the trade war, where both powers are fighting since May 2018, the trade agreement is not a bilateral free trade agreement, nor an “historic step” as Donald Trump likes to claim.

 

Sources: 

Iran/Etats-Unis, escalade de tension, le Moyen-Orient retient son souffle

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/01/03/comprendre-l-escalade-de-la-violence-entre-l-iran-et-les-etats-unis-depuis-2018-en-six-points_6024741_3210.html Le Monde : Comprendre l’escalade de la violence entre l’Iran et les Etats-Unis depuis 2018

https://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_les_%C3%89tats-Unis_et_l%27Iran

https://www.youtube.com/watch?v=Ynbc7RDMa5s Hugodecrypt : Iran VS USA

https://www.youtube.com/watch?v=ZrWilRhcmfg Courrier International : Carte sur table, Pourquoi le conflit entre l’Iran et les Etats-Unis fait trembler le Moyen-Orient

 

Un point sur le Coronavirus

https://www.who.int/csr/disease/coronavirus_infections/fr/ OMS : Infections à coronavirus

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/01/26/coronavirus-le-bilan-monte-a-54-morts-en-chine_6027240_3244.html Le Monde : La Chine se confine, de nouveaux cas sont recensés

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coronavirus

https://www.youtube.com/watch?v=dGT1vCanuKM France 24 : En Chine, on a longtemps caché la réalité de ce virus

 

“Brexit means Brexit” , mais qu’en est-il de l’après Brexit? 

On croyait le Brexit derrière nous, il ne fait que commencer , France TV info, 06/02/ 2020

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-monde-est-a-nous/on-croyait-le-brexit-derriere-nous-il-ne-fait-que-commencer_3796071.html

Brexit : Le saut historique de l’Europe et du Royaume-Uni dans l’inconnu, Les Echos , 31/01/2020

https://www.lesechos.fr/monde/europe/brexit-le-saut-historique-de-leurope-et-du-royaume-uni-dans-linconnu-1167854

Brexit Negotiations: What is in the Withdrawal Agreement, European Commission

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/MEMO_18_6422

Le nouvel accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis marque-t-il une étape historique? 

L’accord commercial États-Unis et Chine “bien meilleur” qu’attendu ,selon Trump , Challenges , 20/01/2020

https://www.challenges.fr/economie/l-accord-commercial-etats-unis-et-chine-bien-meilleur-qu-attendu-selon-trump_694581

Guerre commerciale : Les États-Unis et la Chine signent un accord en forme de trêve, Le Parisien, 15/01/2020

http://www.leparisien.fr/economie/guerre-commerciale-les-etats-unis-et-la-chine-signent-un-accord-en-forme-de-treve-15-01-2020-8237022.php

Phase One of the China Trade Agreement in Context, National Review , 23/01/2020

https://www.nationalreview.com/2020/01/china-trade-agreement-trump-obsession-with-trade-deficit-front-and-center/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s