Yemen: la guerre de la faim

Lire la version anglaise

Auteur: Naëlia Folky                     Traducteur: Eléa Fantini

Langue originale: anglais

 

Bien que le conflit qui a lieu au Yémen dure depuis plus de quatre ans, la situation semble aujourd’hui dans une impasse. La rébellion des Houtis ainsi que l’intervention de l’Arabie Saoudite et sa coalition ont créé des conditions de vies désastreuses, dans un pays qui était déjà le plus pauvre du Moyen-Orient. Aujourd’hui, l’ONU considère que le Yémen est au cœur de la ‘’ plus grande crise humanitaire de l’époque contemporaine’’.  

Guerre yémen

Courrier international, https://www.courrierinternational.com/article/yemen-trois-ans-de-guerre-huis-clos

 

Les origines de la guerre

La guerre au Yémen a commencé quand la tribu Houthi, située dans l’est du pays, s’est rebellée contre le pouvoir en 2015, guidée par le Guide Suprême Chiite de la Révolution Iranienne. En effet, en tant que peuple Chiite, les Houthis font partie de la communauté Chiite créée par l’Iran après la révolution de 1979. Cependant, le conflit yéménite trouve ses racines bien avant les événements de 2015. Les Chiites du Yémen ont en effet commencé à se rebeller dès 2004, car la minorité dénonçait le fait qu’elle soit ignorée socialement, mais aussi politiquement au sein de son propre pays. En 2015, le but des Houthis était d’étendre leur zone au Yémen, après avoir appris que le pays avait pour projet de changer son organisation en six provinces. Les Houthis se sont en effet sentis lésés par ce partage car ils n’avaient aucun accès à la mer, et étaient rattachés à une partie du pays qui n’était pas Chiite. Même s’ils ne représentent que 20% de la population, ils ont été soutenus par l’ancien président chiite Saleh, qui a été éjecté du pouvoir après les ‘’printemps arabes’’ en 2011. En 2015, les Houthis ont eu pour projet de renverser le président Hadi, au pouvoir après la défection de Saleh. A partir de ce moment, le conflit est devenu régional. En effet, Abdrabbo Mansour Hadi a trouvé refuge en Arabie Saoudite, ce qui a donné une raison au voisin yéménite d’intervenir dans le conflit. Du à la régionalisation du conflit, la Coalition Arabe menée par l’Arabie Saoudite est devenue le principal opposant des Houthis. 

 

La guerre et ses conséquences

Les bombardements de la Coalition Arabe, qui ont nettement visé les terres agricoles, et les zones de production et de stockage de nourriture dans le pays sont grandement responsables de la crise humanitaire dont souffre actuellement le Yémen. De ce fait, la famine affecte plus de 80% de la population selon l’ONU. Non seulement la nourriture n’est plus disponible dans l’ensemble du pays, mais c’est aussi le cas de l’eau, ce qui a des conséquences dévastatrices. En effet, à cause de la guerre, la plupart des Yéménites n’ont pas accès à l’eau potable, ce qui a engendré une épidémie de choléra dans l’ouest du Yémen, qui a contaminé plus d‘un million de personnes depuis le début du conflit. Environ 2300 personnes sont décédées à cause du choléra. De plus, une épidémie de diphtérie s’est aussi déclarée dans la majorité du pays. La guerre continue de détruire des infrastructures, surtout des infrastructures médicales qui permettaient aux civils de bénéficier de traitements pour soigner leurs blessures ou maladies. Des rapports ont montré que la stratégie de l’Arabie Saoudite est d’affaiblir la zone détenue par les Houthis en détruisant toutes les infrastructures que la population nécessite le plus. De ce fait, de nombreuses fermes, marchés, ressources en eau, mais aussi des bateaux de pêcheurs ont été visés par les bombardements de la Coalition Arabe. Aujourd’hui, la majorité des morts ne sont pas directement dus aux bombardements, mais au manque d’eau, de nourriture ou de traitements. Selon un rapport de l’ONU, affamer les civils comme stratégie de guerre peut être considéré comme un crime de guerre.

Risque famine yémen

Non seulement la situation est terrible pour la population yéménite, mais elle l’est aussi pour les migrants venus d’Afrique qui ont du traverser le pays pour trouver du travail. La plupart d’entre eux a été arrêtée à Aden à cause de la guerre, et se retrouvent bloqués, incapables d’atteindre leur objectif. 1800 d’entre eux sont donc entassés dans le Stade d’Aden, sous le soleil. L’Organisation Internationale pour les Migrations est préoccupée par leur santé ainsi que par leur futur, et dénonce leurs conditions de vie jugées ‘’insupportables’’.

L’ONU, en partenariat avec plusieurs ONG comme Action contre la Faim ou encore Médecin du monde, décrit cette situation comme la crise la plus sérieuse que l’ONU a connu depuis sa création.

 

Une dimension internationale

Bien que l’Iran continue de le nier, il est évident que le pays est impliqué dans ce conflit. En effet, les débris de missiles retrouvés en Arabie Saoudite démontrent le soutien de l’Iran aux Houthis. Selon la plupart des analystes, l’Iran est à l’origine du conflit. Depuis le début du conflit, le lien entre la famille Houthi (qui a passé plus de 20 ans en Iran avant de retourner au Yémen au début des années 2000) remet en question le véritable rôle de l’Iran. Téhéran ne cesse d’affirmer que le pays n’a rien à voir avec le conflit, contestant même la présence de débris de missiles Iraniens en Arabie Saoudite. Cependant, l’appartenance à la Communauté Chiite des Houthis est la principale raison de l’intervention de l’Arabie Saoudite au Yémen. En effet, pour prince d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salman, le projet “d’internationale Chiite” lancé par l’Iran est une menace pour son pays. Il voit la frontière Arabo-Yéménite comme un moyen pour l’Iran d’étendre son influence dans le pays. Mohammed ben Salmane va jusqu’à comparer le projet iranien à l’expansion hitlérienne pendant la Seconde Guerre Mondiale. L’intervention de l’Arabie Saoudite est donc davantage due à  son combat idéologique avec l’Iran ainsi que par son désire d’influence au Moyen Orient. Néanmoins, maintenant que le conflit représente un coût important pour le pays, l’Arabie Saoudite est coincée : abandonner signifierait donner raison à l’Iran et à la communauté chiite.

Les puissance occidentales telles que les États-Unis ou la France sont également impliquées dans ce conflit. L’action des États-Unis a permis de soutenir l’Arabie-Saoudite et les Emirats Arabes Unis afin de détruire l’influence croissante d’Al-Quaïda au Yémen. Grâce à l’aide militaire des États-Unis à la coalition (fonds, drones…), et plus particulièrement aux EAU, de puissantes frappes aériennes ont permis de réduire le présence d’Al-Qaïda, bien que le groupe terroriste représente toujours une menace pour le Yémen. Quant à la France, sa position est quelque peu contradictoire: d’une part, le pays est le 3e plus grand fournisseur d’armes de l’Arabie Saoudite; d’autre part, certains ministres français ont dénoncé le nombre de civils tués par l’armée saoudienne. La politique militaire de la France est très critiquée par l’opinion publique. Il s’agirait pour le gouvernement du président Macron de faire preuve de plus de cohérence entre les mots et les actes.

La situation au Yémen est donc complexe, majoritairement parce que religions et idéologies doivent être prises en compte. Les besoins du Yémen sont en effet complètement occultés par la lutte idéologique entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Parallèlement, les pays occidentaux optent pour des positions qui empirent la situation. L’enjeu pour le Yémen est de lever suffisamment de fonds afin de fournir à 80% de la population des traitements, de la nourriture et de l’eau. Étrangement, les principaux contributeurs pourraient être l’Arabie Saoudite et les EAU, mais la plupart des ONG refusent les dons en raisons des actes criminels qu’ils commettent au Yémen. Ce conflit a  beau être désastreux, les médias répugnent à l’évoquer. La situation est pourtant critique: si elle ne change pas dans les prochains mois, on peut craindre la disparition du Yémen.

 

Yemen: the hunger war

 

The conflict in Yemen has been lasting for more than four years, and it seems that the situation is still deadlocked. The rebellion of the Houthi and the intervention of Saudi Arabia and its coalition has created disastrous life conditions in a country which was already the poorest of the Middle-East. Today, the UN considers that Yemen is in the heart of ‘’the biggest humanitarian crisis of the modern time’’.

Guerre yémen

Courrier international, https://www.courrierinternational.com/article/yemen-trois-ans-de-guerre-huis-clos

Origins of the war

The war in Yemen first started when the Houthi tribe, located in the west of the country, rebelled against the power in 2015, guided by the Shiite Supreme Guide of the Iranian Revolution. Indeed, as a Shiite people, the Houthis is part of the Shiite community created by Iran after the 1979 Revolution. However, the conflict finds its roots way before the 2015 event. Indeed, Shiites in Yemen started rebelling in 2004, for this minority couldn’t bear being ignored socially and politically by its own country. In 2015, the Houthis’ goal was to expend their buffer zone in Yemen, knowing that the country was supposed to change its organisation into 6 provinces. The Houthis felt aggrieved because their zone had no access to the see, and was connected to a part of the country which wasn’t Shiite. Although they only represent 20% of the population, they were supported by former shiite president Saleh, who was ejected of the power after the ‘’Arabian Spring’’ in 2011. So in 2015, the Houthis managed to overthrow president Hadi, who took the power after the Saleh’s leaving.. From this moment, the conflict became regional. Indeed, Abdrabbo Mansour Hadi sought refuge in Saudi Arabia. This gave a reason to Yemen’s neighbour to intervene in the conflict. As this conflict became regional, the Arab coalition led by Saudi Arabia thus became Houthis main opponent.

The war and its consequences

Arab bombings, clearly targeting  agriculture and food supply in the country, is largely responsible for the humanitarian crisis Yemen is currently suffering from. As a result, the famine affects 80% of the population according to the UN. Not only is food unavailable in the country, but also is water. Indeed, because of the war, most Yemenites don’t have access to drinkable water, leading to a cholera epidemic in Western Yemen which has contaminated more than one million of people. In average, more than 2300 people died because of the cholera. Thus, a diphtheria epidemic has also been identified in the major part of the country.  Moreover, the war keeps on destroying infrastructures, especially medical ones, which prevent civilians from being treated for their injuries and illnesses. Reports has shown that the strategy of Saudi Arabia is to weaken the zone detained by the Houthis by destroying all the infrastructures needed by the population. As a result, lots of farms, markets, the water resources, but also most of the fisher boats were targeted by the arabian bombing. Today, the major part of the deaths are not directly due to the bombings, but to the lack of water, food, or medication. According to a UN report, starving the civilians as a war strategy can represent a war crime.

Risque famine yémen

Not only is the situation terrible for the Yemenite population, but also for the migrants from Africa crossing the country to find work. Most of them are stopped in Aden because of the war, and can not reach their objective. 1800 of them are therefore crammed in the stadium of Aiden, under the sun. The International Organisation for Migrations is concerned about their health as well as their future, and denounce their unbearable living conditions.

The UN, together with many NGOs such as Action contre la faim (action against hunger), or Médecin du monde, describe the situation as the most serious crisis the UN has known since its creation.

An international conflict

Although Iran keeps on denying it, the country is clearly involved in this conflict. Indeed, the iranian rocket pieces found in Saudi Arabia prove that Iran supports the Houthi community. For most of the observers, Iran owns the roots of the conflict. Since the beginning of the conflict, the link between the Houthi family (who spent more than twenty years in Iran just before going back to Yemen at the beginning the 2000’s) interrogate the real role of Iran. Teheran has always claimed that the country is not involved in the conflict, and also denied the fact that the rocket pieces found in Saudi Arabia are from Iran. But the fact that the Houthi are part of the Shiite community is the main reason of the intervention of Saudi Arabia in Yemen. Indeed, according to the prince of Saudi Arabia Mohammed ben Salmane, the project of ‘’international Shiite community’’ by Iran represents a danger for his country. The common border between Yemen and Saudi Arabia is considered as a way for Iran to extend its influence within the country. Mohammed ben Salmane compares the project of ‘’international Shiite’’ to the extension project of Hitler during the Second World War. As a result, the intervention of Saudi Arabia is more explained by its ideologic fight with Iran and its desire of having an influence in the Middle-East. But now that the conflict represents an important cost for the country, Saudi Arabia is stuck: giving up would give more credit to Iran and the Shiite community.

Western powers like the United States or France are also involved in this conflict. For the United States, the action was more a support to Saudi Arabia and UEA in order to destroy the growing influence of Al-Qaïda in Yemen. Thanks to a militarian support provided by the United States (funds, drones, etc…) to the coalition and particularly to the UEA, powerful air strikes were organised and achieved to decrease the impact of Al-Qaïda, even if the group still represents a threat for Yemen. Concerning France, the position is a little bit contradictory: on one hand, the country is the third biggest weapon provider of Saudi Arabia, but on the other hand, some french ministers denounced the fact that the arabian army caused the death of a lot of civilians. The weapon policy of France is very criticised by the public opinion and the Macron’s government will have to show more logic between its words and its acts.

 

The situation in Yemen is therefore very complex, because the conflict involves religions and ideologies. Yemen’s needs are completely occulted by the ideologic fight between Saudi Arabia and Iran. At the same time, western powers chose positions which worsen the situation. The most important stake for this country is to raise enough funds to provide help to the 80% of the population that are in need of treatment, food or water. Paradoxically enough, the main contributors could be Saudi Arabia and the UEA, but most of the NGOs refuse to take this money because of the acts and the war crimes committed by these countries in Yemen. No matter how disastrous this conflict is, media are reluctant to evoke it. But if the situation is very critical: if it doesn’t change in the following months, we can fear the disappearance of Yemen as a state.

 

Références : 

René Backmann, Yémen: la guerre de la faim, Mediapart https://www.mediapart.fr/journal/international/150419/yemen-la-guerre-de-la-faim

Yémen : guerre saoudienne ou guerre iranienne ?, La Tribune

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/yemen-guerre-saoudienne-ou-guerre-iranienne-814978.html

Qui sont les Houthis, ces rebelles qui bouleversent la donne au Yémen ?, France 24

https://www.france24.com/fr/20150121-yemen-houthis-chiite-yemen-rabo-saleh-sanaa-ansarullah

Comprendre la guerre au Yémen, France Culture

https://www.franceculture.fr/geopolitique/comprendre-la-guerre-au-yemen

 

Yémen, la guerre oubliée, 20minutes.fr

https://www.20minutes.fr/monde/diaporama-13397-photo-1102149-yemen-guerre-oubliee

 

Des milliers de migrants africains coincés par la guerre au Yémen, Franceinfo

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/ethiopie/des-milliers-de-migrants-africains-coinces-par-la-guerre-au-yemen_3416239.html

Vidéo, Guerre au Yémen : comprendre les origines du conflit et l’état catastrophique du pays, LeMonde.fr

https://www.lemonde.fr/yemen/video/2018/10/23/guerre-au-yemen-pourquoi-le-pays-est-en-train-de-disparaitre_5373204_1667193.html

Yémen : L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, belligérants et principaux donateurs, Libération.fr

https://www.liberation.fr/planete/2019/02/27/yemen-l-arabie-saoudite-et-les-emirats-arabes-unis-belligerants-et-principaux-donateurs_1711836

Yémen.Trois ans de guerre à huis clos, Courrierinternational.com

https://www.courrierinternational.com/article/yemen-trois-ans-de-guerre-huis-clos

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s