Les grands enjeux du cyberespace

Read the English version

Auteur: Samuel Durand                    Traducteur: Donatien Bertaud

Langue originale: français

En France, le ministère des Armées emploie 3.400 personnes en cyber défense. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter chaque année. Retour sur les différents enjeux qui entourent le cyberespace, aussi bien au niveau géopolitique, qu’économique ou sociétal.

Cyberespace

Christiaan Colen (« photo taken from the Norse Attack Map », 13/09/2015)

Pour comprendre dans les grandes lignes les enjeux et tendances du cyberespace, commençons par tenter de définir ce que sont les cyber-conflits et le cyberespace. Tout d’abord, le cyberespace est constitué de 3 couches : matérielle (les outils et machines, comme un ordinateur ou un câble), logicielle (ensemble des codes, programmes, protocoles…) et enfin sémantique (ensemble des données qui sont opérées, transmises, copiées…). Les acteurs de ce cyberespace sont évidemment tous les individus ou entités présents sur les systèmes cités précédemment. En ce qui concerne les cyber-conflits, on retiendra principalement 3 types d’acteurs : les institutions (États, organisations internationales), les organisations collectives privées (multinationales, ONG, mafias…) et enfin des individus (hackers, Anonymous, Wikileaks…). On retiendra également 3 grandes catégories d’agressions possibles. Premièrement, l’espionnage, qui se fait dans le but de récolter de l’information. Deuxièmement, le sabotage, qui se fait au contraire dans le but de détruire l’information (ou un système). Et enfin la subversion, qui se fait justement par le biais de l’information (et dans le but de déstabiliser). Les domaines d’application sont donc vastes, et les types d’alliances également. En effet, un cyber-conflit militaire prendra probablement la forme d’une alliance classique (entre acteurs étatiques), encore que… Mais des cyber-attaques de type géopolitique (subversion par exemple) ou économique (ventes/manipulation de données, espionnage…) peuvent amener à des alliances hybrides (entre un État et un groupe privé par exemple) ou même « ad hoc* ».
Ainsi, les cyber-conflits sont omniprésents. Que ce soit à des fins militaires, politiques ou économiques. Ils touchent aussi bien des États (Stuxnet), que des entreprises (Sony) ou des individus (Cambridge analytica).

*qui convient spécifiquement à un usage, une tâche.

Géopolitique, économie, politique : le cyberespace omniprésent.

Huawei

Les États-Unis sont en pleine guerre commerciale à l’encontre du géant chinois de la technologie Huawei. (REUTERS/Dado Ruvi) https://fr.euronews.com/2019/03/07/etats-unis-huawei-riposte

Les tendances sont nombreuses en matière de cyber-conflits. Des éléments d’actualité nous le montrent bien. Prenons le cas de Huawei et des États-Unis. Les administrations américaines font campagne depuis des mois contre l’installation de réseaux 5G par le géant chinois. Et pas seulement sur le territoire américain, mais aussi sur celui de ses alliés (en Europe notamment). Les États-Unis exercent une pression diplomatique, comme sur l’Allemagne dernièrement, en invoquant que de telles installations (qu’ils estiment susceptibles d’espionner pour le compte du gouvernement chinois) pourraient largement compromettre leur coopération en matière de sécurité et de renseignements. Récemment, le National Cyber Security Center (NCSC) britannique déclarait que Huawei ne représentait pas une si grande menace que ça en matière d’espionnage. Une véritable guerre d’influence donc, qui appuie l’idée d’une nouvelle Guerre Froide, cette fois-ci entre les États-Unis et la Chine. Avec une nouvelle dimension essentielle : la technologie.
Le cyberespace est également un espace propice aux organisations criminelles et terroristes difficilement contrôlable. En effet, les groupes islamistes présents au Moyen-Orient se sont fortement appuyés sur des réseaux sociaux plus ou moins dissimulés pour effectuer leur propagande, mais également pour s’organiser. C’est une nouvelle dimension qui ne peut être négligée par les autorités et qui demande une coopération entre des entités de nationalités et parfois de natures différentes afin d’être efficace.
Enfin, l’aspect politique est également de plus en plus présent. Le scandale Cambridge Analytica l’illustre parfaitement. Au service des campagnes présidentielles, la collecte et l’analyse de données peuvent être redoutables, en témoigne l’élection de Donald Trump en 2016. Le rachat de tout un tas de données (notamment aux géants américains du web, les GAFAM) permettait en effet à l’ancienne société britannique** d’établir des profils types et de cibler les citoyens à l’intention de vote « indécise ». Ces derniers voyaient alors apparaître sur leurs réseaux sociaux des messages personnalisés (et éphémères) sur des sujets auxquels ils étaient sensibles, afin de faire pencher la balance. La manipulation des individus avec une immense discrétion et la complicité des grandes firmes du web illustre une des nombreuses possibilités du cyberespace, à des fins politiques ici.

**Cambridge Analytica a cessé toute activité suite à la mise en lumière de l’affaire, un nouveau groupe semble cependant s’être formé avec les mêmes équipes : Emerdata.

L’UE et la France, piliers de la réglementions et de la diplomatie du cyberespace ?

EU

Source : http://www.up-magazine.info/index.php/societe/societe-information/7585-l-europe-pourra-t-elle-proteger-nos-donnees-face-aux-geants-du-web

Cet aspect sur la protection des données est probablement celui qui préoccupe le plus ces derniers temps. La France et l’Europe ont avancé des idées intéressantes en matière de réglementation et d’adaptation, même si poser des limites au cyberespace est souvent annoncé comme impossible.
Du côté de l’Europe, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entré en application il y a près d’un an (25/05/2018) a démontré une volonté européenne d’encadrer le marché des données. De plus, c’est aussi une manière de s’affirmer face aux canaux américains (GAFAM) et chinois (BATX) de cette nouvelle « Guerre Froide » évoquée plus haut.
La France avait pour la première fois nommé un ambassadeur du numérique en 2017 (David Martinon, aujourd’hui remplacé par Henri Verdier). La mission est large, en témoignent les différents déplacements de M. Martinon au cours de son mandat : de la Silicon Valley (contenus des réseaux sociaux) à la Chine (cyberdéfense) en passant par Bruxelles (textes de loi). Elle est également complexe. En effet, la diplomatie du cyberespace n’a rien de simple pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la diversité des acteurs (voir premier paragraphe). Mais aussi le fait qu’il n’existe pas vraiment de réglementation internationale en matière de cyberguerre par exemple. Ainsi, difficile de mener une politique d’encadrement des conflits, d’autant plus que la majorité des cyber-attaques ne sont découvertes que tardivement et qu’il est souvent difficile d’en identifier clairement l’auteur.

Si l’Europe et la France semblent donc bien décidées à prendre les choses en main pour tenter de poser un cadre sur les différents enjeux du cyberespace, ce sera évidemment loin d’être évident. À l’image de cette citation d’un général américain : « La cyberguerre est comme un match de foot où tous les fans sont sur le terrain avec vous et personne ne porte d’uniforme ».

Sources :

F.B. Huyghe, O. Kempf, N. Mazzucchi , Gagner les cyber conflits, 2015, Economia, 176 pages.

ARTE.fr. 2018. Comment Trump a manipulé l’Amérique. Thomas Huchon. [ONLINE] Available at: https://boutique.arte.tv/detail/Comment_trump_manipule_Amerique [Accessed 05 April 2019].

LaRevueDesMedias.ina.fr. 2016. Le cyberespace, un enjeu majeur de géopolitique. Frédérick Douzet. [ONLINE] Available at: https://larevuedesmedias.ina.fr/le-cyberespace-un-enjeu-majeur-de-geopolitique [Accessed 05 April 2019].

Latribune.fr. 2019. Huawei : quand les États-Unis menacent l’Allemagne. Pierre Manière. [ONLINE] Available at: https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/huawei-quand-les-etats-unis-menacent-l-allemagne-810423.html [Accessed 05 April 2019].

Franceinter.fr. 2018. La cyberguerre est-elle la nouvelle guerre froide ? Olivier Tesquet. [ONLINE] Available at: https://www.franceinter.fr/emissions/tout-est-numerique/tout-est-numerique-25-aout-2018 [Accessed 04 April 2019].

LeMonde.fr. 2018. L’ambassadeur numérique de la France, un poste atypique, méconnu et stratégique. William Audureau. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/11/23/les-epineuses-missions-de-l-ambassadeur-francais-du-numerique_5387646_4408996.html [Accessed 04 April 2019].

Theconversation.com. 2018. RGPD : l’Union européenne entre de plain-pied dans l’ère du numérique. Yves Petit. [ONLINE] Available at: https://theconversation.com/rgpd-lunion-europeenne-entre-de-plain-pied-dans-lere-du-numerique-98179 [Accessed 04 April 2019].

LeMonde.fr. 2019. « Trump perd une bataille dans sa guerre contre le chinois Huawei ». Jean-Michel Bezat. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/18/trump-perd-une-bataille-dans-sa-guerre-contre-le-chinois-huawei_5424878_3234.html?xtmc=cyber_conflit&xtcr=4  [Accessed 04 April 2019].
 

Major challenges of cyberspace

In France, the department of defense is currently employing 3.400 people focused on cyber defense. A number relentlessly growing each year. A Reminder about the different stakes : geopolitical, economical and sociological surrounding cyberspace.

Cyberespace

Christiaan Colen (« photo taken from the Norse Attack Map », 13/09/2015)

In order to get a general understanding of the stakes and the trends surrounding cyberspace, I will start by trying to define what are cyberconflicts and the cyberspace. First, cyberspace is composed of 3 layers: Physical (Tools and machines, like a computer or a cable), syntactic (all the software, codes, algorithms, protocols) and finally semantic (all the pieces of data that are produced, transmitted, copied…).

Actors in the cyberspace are obviously all the individuals or entities present on the previously named elements. As far as cyberconflicts are concerned, three types of actors are predominant: Institutions (States, international organizations), private collective organization (multinational firms, NGO, mafias…) and last but not least individuals (hackers, Anonymous, Wikileaks…).

There are also 3 main categories of possible assaults. Firstly, espionage, which is done for the purpose of gathering information. Secondly, sabotage, which is done conversely in order to destroy information (or a system). And finally, subversion, which is done precisely through information (and with the aim of destabilizing). The fields of application are therefore vast, as are the types of alliances. Indeed, a military cyber-conflict will probably take the form of a classic alliance (between state actors), even if it remains to be seen… But geopolitical (subversion for example) or economic (sales/manipulation of data, espionage…) cyber-attacks can lead to hybrid (between a state and a private group for example) or even “ad hoc” alliances.

Thus, cyber-conflicts are omnipresent. Whether for military, political or economic purposes. They affect States (Stuxnet), as well as companies (Sony) or individuals (Cambridge analytica).

*which is specifically suitable for a use, a task.

Geopolitic, economy, politic : cyberspace is omnipresent.

Huawei

The United States are in the middle of a trade war against Chinese tech giant Huawei. (Reuters/Dado Ruvi) https://fr.euronews.com/2019/03/07/etats-unis-huawei-riposte

There are many trends in cyber-conflict. This is evidenced by the news. If we consider the case of Huawei and the United States. US administrations have been campaigning for months against the installation of 5G networks by the Chinese giant. And not only on American territory, but also on that of its allies (especially in Europe).

The United States is exerting diplomatic pressure, as it has recently done on Germany, on the grounds that such infrastructures                                                       (which they considers likely to spy on behalf of the Chinese government) could significantly undermine its security and intelligence cooperation. Recently, the British National Cyber Security Center (NCSC) stated that Huawei was not such a threat in terms of espionage. Consequently, a real war of influence, which supports the idea of a new Cold War, this time between the United States and China. With a new essential dimension: technology.

Cyberspace is also a convenient space for criminal and terrorist organizations which is hard to control. Indeed, Islamist groups present in the Middle East have relied heavily on more or less hidden social networks to carry out their propaganda, but also to organize themselves. This is a new dimension that cannot be neglected by the authorities and requires cooperation between entities of different nationalities and sometimes of different natures in order to be effective.

Finally, the political aspect is also increasingly present. The Cambridge Analytica scandal is a perfect illustration of that. As a tool for presidential campaigns, data collection and analysis can be dauntingly efficient, as evidenced by the election of Donald Trump in 2016. The acquisition of a whole bunch of data (notably from the American web giants, The GAFAM) enabled the former British company** to establish standard profiles and target citizens with “undecided” voting intentions. They then saw personalized (and temporary) messages on their social networks on topics to which they were sensitive, in order to tip the scale. The manipulation of individuals with tremendous secrecy and the complicity of major web firms illustrates one of the many possibilities of cyberspace, here for political purposes.

**Cambridge Analytica has ceased all activity following the light of the case, a new group seems however to have formed with the same teams: Emerdata.

 

The UE and France, pillars of the legislation and diplomacy surrounding the cyberspace ?

EU

Source : http://www.up-magazine.info/index.php/societe/societe-information/7585-l-europe-pourra-t-elle-proteger-nos-donnees-face-aux-geants-du-web

This aspect of data protection is probably the one that has been of most concern lately. France and Europe have put forward interesting ideas in terms of regulation and adaptation, even if setting boundaries in cyberspace is often announced as impossible.

On the European side, the General Data Protection Regulations (GDPR), which came into force almost a year ago (25/05/2018), have demonstrated a European desire to regulate the data market. Moreover, it is also a way of asserting oneself against the American (GAFAM) and Chinese (BATX) channels of this new “Cold War” mentioned above.

France first appointed a digital ambassador in 2017 (David Martinon, now replaced by Henri Verdier). The mission is broad, as evidenced by Mr. Martinon’s various travels during his term of office: from Silicon Valley (social network content) to China (cyber defense) and Brussels (legislation). It is also complex. Indeed, cyberspace diplomacy is not simple for several reasons. First of all, the diversity of the actors (see first paragraph). But also, the fact that there is no real international regulation of cyber warfare, for instance. Thus, it is difficult to conduct a policy of conflict management, especially since the majority of cyber-attacks are only discovered late and it is often difficult to clearly identify the perpetrator.

If Europe and France therefore seem determined to take matters into their own hands in an attempt to establish a framework on the various challenges of cyberspace, this will obviously be far from easy to achieve. Like this quote from an American general: “Cyber war is like a football game where all the fans are on the field with you and no one wears a uniform”.

Sources :

F.B. Huyghe, O. Kempf, N. Mazzucchi , Gagner les cyber conflits, 2015, Economia, 176 pages.

ARTE.fr. 2018. Comment Trump a manipulé l’Amérique. Thomas Huchon. [ONLINE] Available at: https://boutique.arte.tv/detail/Comment_trump_manipule_Amerique [Accessed 05 April 2019].

LaRevueDesMedias.ina.fr. 2016. Le cyberespace, un enjeu majeur de géopolitique. Frédérick Douzet. [ONLINE] Available at: https://larevuedesmedias.ina.fr/le-cyberespace-un-enjeu-majeur-de-geopolitique [Accessed 05 April 2019].

Latribune.fr. 2019. Huawei : quand les États-Unis menacent l’Allemagne. Pierre Manière. [ONLINE] Available at: https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/huawei-quand-les-etats-unis-menacent-l-allemagne-810423.html [Accessed 05 April 2019].

Franceinter.fr. 2018. La cyberguerre est-elle la nouvelle guerre froide ? Olivier Tesquet. [ONLINE] Available at: https://www.franceinter.fr/emissions/tout-est-numerique/tout-est-numerique-25-aout-2018 [Accessed 04 April 2019].

LeMonde.fr. 2018. L’ambassadeur numérique de la France, un poste atypique, méconnu et stratégique. William Audureau. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/11/23/les-epineuses-missions-de-l-ambassadeur-francais-du-numerique_5387646_4408996.html [Accessed 04 April 2019].

Theconversation.com. 2018. RGPD : l’Union européenne entre de plain-pied dans l’ère du numérique. Yves Petit. [ONLINE] Available at: https://theconversation.com/rgpd-lunion-europeenne-entre-de-plain-pied-dans-lere-du-numerique-98179 [Accessed 04 April 2019].

LeMonde.fr. 2019. « Trump perd une bataille dans sa guerre contre le chinois Huawei ». Jean-Michel Bezat. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/18/trump-perd-une-bataille-dans-sa-guerre-contre-le-chinois-huawei_5424878_3234.html?xtmc=cyber_conflit&xtcr=4  [Accessed 04 April 2019].

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s