Independence Referendum in New-Caledonia

Author :    Samuel Durand      Translator  : Donatien Bertaud

Langue originale: Français

Lire la version française

On the 4th of November 2018, New-Caledonia chose to remain part of France by voting No to an historic referendum. Let’s go back on the recent history of this archipelago, its particular status, and the stakes of this vote.

vh

The Kanak’s and French’s flags

[Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives]

New Caledonia says no to independence.

On Sunday the 4th of November, inhabitants of New-Caledonia have taken part to a referendum about the independence of this grouping of isles and archipelago of Oceania. To the question “Do you want New Caledonia to attain full sovereignty and become independent ?”, the partisans of  the No have won by 56.7% of the votes. The turnout was rather high (around 80% of the population went to the poles). (1)

As we can see on the Le Monde journal map below, the discrepancies of votes between regions is rather severe. It is especially the case between northern provinces and islands opposed to southern provinces. Those discrepancies are strongly linked to the dominant population in each of the regions. Indeed, a majority of the Kanak peoples (natives of the island) lives in the north of the archipelago whereas the Caldoches (population of European descent) live mostly in the south.

In order to better understand what was at stake in this vote, recent history of New Caledonia should be considered.

vh 2.png

A unique status and a conflictual recent history.

New Caledonia has become a French colony in 1853. As a large part of the Pacific ocean colony at that time, the archipelago became a jail where would be sent more than 21 000 people between 1864 and 1897. The land was soon exploited for its nickel reserves. At the beginning of the 20th century, relations were already heated between the Kanak and the settlers. This was especially true when it was asked from autochthones to enroll in the French army during World War 1.

At the end of World War 2 New Caledonia obtained a change in status, with a shift from indigénat (second class citizenship) to full French nationality. Still subsist regional differences : Kanaks were set aside and still live in the North of the archipelago whereas settlers from European descent live in the south. During the sixties, the sharp increase in Nickel prices was the cause of new conflicts.

Indeed, by that time the archipelago possessed a quarter of the world reserves of Nickel. Which will attract around 35 000 persons, this shifted the status of the Kanak for the first time of their history to one of minority. Furthermore, the benefits of the nickel trade mostly went to the European populations of the island. Independence was consequently at the center of political debates.  For the Caldoche loyalist side Jacques Lafleur and the RCPR (Gathering for Caledonia in France) their opponents were the FLNKS ( Socialist and National Kanak liberation front). The 80’s were marked by violence between the two sides. In 1985, Eloi Machoro ( an independentist leader) was killed by the GIGN (French police intervention force). Three years later, 27 gendarmes (a branch of French police attached to the military) were held hostage by a group of Kanak independentist. This led to the death of 2 gendarmes and 19 independentists.

This escalatory tension has led the two sizes to open a dialogue. They are conscious that even if they have different takes toward independence, they need to coexist.

As a consequence, two treaty were firmed in 1988 (Matignon-Oudinot) and 1998 (Nouméa). They both deal about the progressive decolonization and a transfer of competencies toward New-Caledonia. Staging an independence referendum before November 2018 at the latest was also part of those two treaties.

That’s why the status of New Caledonia is unique. The archipelago is nowadays being represented in the parliament by two deputies. A high commissioner ( french high level public servant) represents the French state on the island. Authority over multiple domains such as labour law, foreign trade and the legislation about oil and its derivatives, has been devolved to New Caledonia. But the French State has still kept control over the royal prerogatives : justice, defense, public order, and currency.

New Caledonia is therefore sharing its sovereignty with France.

vh3.png

Jacques Lafleur (RPCR) and Jean-Marie Djibaou (FLNKS) after the treaty of Matignon-Oudinot was firmed in 1988. © ADCK-CCT, G. Merillon & D. Simon

What are the take away of the December 4th referendum ?

As many were expecting the partisans of the No won. Indeed, The Kanak population represents only 40% of the total population, and the positions towards independence being radically different between Kanaks and the population from European descent, there were little chances that the result would be different.  Never the less, the No partisan’s victory was less important than what was expected. According to Pierre Frogier (Loyalist) a tremendous success was required “to purge the question of independence” ( disclaimer : this is a translation of a French statement). (4) This question still remains. Some independentist have even celebrated in the streets the results of the 4th of November once night fell. Furthermore, the treaty of Nouméa  stipulates that in case of a negative result as this one, a second and potentially a third referendum might be staged.  The interest of such referendums is being questioned by loyalist as they consider their victory legitimate. Whereas the independentist might believe that they are closer to inversing the trend. (5)

The economy is one of the corner stones of this election. Indeed, with a GNP of around 30 000€ per inhabitant, New Caledonia is outperforming most of the other French overseas communities and the large majority of its neighbors. (6) But a question subsists : the sustainability of this “wealth” ( inferior to France mainland). Indeed, the French development funds represent around 47% of the Caledonia budget and the island economy is largely reliant on Nickel, which price is highly volatile. (7)

Social inequalities represent a second major issue. Indeed, discrepancies still exist between the two main communities. For instance, only 2,8% of the population from European descent is unemployed, compared to 16,5% for Kanaks.(6)

The status of New Caledonia might evolve in the following years. But still a near term independence seems uncertain.

vh4.png

The Flag of the Socialist and national kanak liberation front (FLNKS), one of the symbols of Kanak identity. Ludovic Marin / AFP

 

Référendum d’indépendance en Nouvelle-Calédonie : histoire et enjeux

Le 4 novembre 2018, le « non » l’emportait dans le référendum pour l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Retour sur l’histoire récente de cet archipel au statut unique, et sur les enjeux de ce référendum.

vh

Les drapeaux kanaks et français.

[Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives]

La Nouvelle-Calédonie dit NON à l’indépendance

Dimanche 4 novembre, les habitants de la Nouvelle-Calédonie ont pris part à un référendum portant sur l’indépendance de cet ensemble d’îles et d’archipels d’Océanie. A la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? », le « non » l’a emporté avec 56,7% des suffrages. Le taux de participation fût plutôt élevé (aux alentours de 80%). (1)

Comme nous le montre l’infographie du journal Le Monde ci-dessous, les disparités de votes entre régions sont très marquées, notamment entre les provinces du nord et des îles et les provinces du sud. Il faut souligner que ces disparités de vote correspondent fortement aux populations majoritaires dans chaque région. En effet, les peuples Kanaks (autochtones) vivent en majorité dans le nord de l’archipel tandis que les Caldoches (population d’origine européenne) vivent plutôt au sud.

Afin de mieux comprendre les enjeux de ce scrutin, il convient de faire le point sur l’histoire récente de la Nouvelle-Calédonie.

vh 2

Un statut unique et une histoire récente conflictuelle

La Nouvelle-Calédonie est devenue une colonie française en 1853. Comme beaucoup de colonies d’Océanie à l’époque, l’archipel devient un bagne où seront envoyées plus de 21 000 personnes entre 1864 et 1897. (2) Il est également très tôt exploité pour ses réserves en nickel. Au début du 20ème siècle, les tensions sont déjà vives entre Kanaks et colons. Notamment lorsqu’il est demandé aux autochtones de s’engager dans l’armée française lors de la Première Guerre Mondiale.

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la Nouvelle-Calédonie obtient son changement de statut, passant de l’indigénat à la citoyenneté française. En revanche la séparation régionale est très marquée : les Kanaks sont écartés dans le nord de l’archipel tandis que les descendants de colons vivent au sud.

Dans les années 60, c’est la forte augmentation du cours du nickel qui va être à l’origine de vives tensions. En effet, à l’époque l’archipel possède environ un quart des réserves mondiales. Ce qui va attirer environ 35 000 personnes, faisant des Kanaks le peuple minoritaire sur l’île pour la première fois. De plus, ce sont en très grande majorité les populations européennes qui profitent de la manne financière du nickel. (3) L’indépendance est alors au cœur des débats politiques : d’un côté Jacques Lafleur et le RPCR* pour les loyalistes caldoches, de l’autre, Jean-Marie Djibaou et le FLNKS** pour les indépendantistes kanaks. Les années 80 sont marquées par la violence entre les deux camps. En 1985, Eloi Machoro (dirigeant indépendantiste) est abattu par le GIGN. 3 ans plus tard, la prise d’otage de 27 gendarmes par un groupe d’indépendantistes Kanaks débouche sur la mort de 2 gendarmes et de 19 indépendantistes. (1)

Cette escalade de violence va obliger les deux partis à instaurer un dialogue. Ils ont conscience que leurs projets d’indépendance diffèrent, mais que les communautés doivent cohabiter.

Suite à cela, deux accords sont signés en 1988 (Matignon-Oudinot) et 1998 (Nouméa). Ils portent tous deux sur une décolonisation progressive avec notamment le transfert de certaines compétences à la Nouvelle-Calédonie, ainsi que l’organisation d’un référendum d’indépendance au plus tard en novembre 2018.

Le statut de la Nouvelle-Calédonie est donc unique. L’archipel est à ce jour représenté au Parlement par deux députés. Un haut-comissaire de la république représente l’État sur l’île. Plusieurs domaines tels que le droit du travail, le commerce extérieur ou la réglementation des hydrocarbures ont progressivement été transférés à la Nouvelle-Calédonie. L’État français a en revanche conservé ses fonctions régaliennes : justice, défense, ordre public, monnaie. La Nouvelle-Calédonie partage donc sa souveraineté avec la France.
*Rassemblement pour la Calédonie dans la France

**Front de libération nationale kanak et socialiste

vh3

Jacques Lafleur (RPCR) et Jean-Marie Djibaou (FLNKS) après la signature de l’accord de Matihnon-Oudinot en 1988. © ADCK-CCT, G. Merillon & D. Simon

 

Que retenir du référendum du 4 décembre ?

Comme beaucoup s’y attendaient, le « non » l’a emporté. En effet, la population kanak ne représentant environ que 40% de la population totale, et les positions sur l’indépendance étant très binaires entre Kanaks et descendants d’européens, il y avait peu de chance qu’il en soit autrement. Néanmoins, la victoire du « non » fût moins large que prévu. Pour Pierre Frogier (loyaliste) il fallait un succès écrasant de celui-ci afin de « purger la question de l’indépendance ». (4) Cette dernière semble donc loin d’être réglée, certains indépendantistes ont même fêté ce résultat dans les rues au soir du dimanche 4 novembre. De plus, l’accord de Nouméa stipule qu’en cas de résultat négatif comme ici, un second, puis éventuellement un troisième référendum peuvent être mis en place. L’intérêt de ces futurs référendums est d’une part remis en cause par les loyalistes (ils estiment leur victoire légitime) et d’autre part, ils sont une source d’espoir pour les indépendantistes, qui se sentent de plus en plus proche d’inverser la tendance. (5)

L’économie est un enjeux clé de ce scrutin. En effet, avec un PIB par habitant d’environ 30 000 euros la Nouvelle-Calédonie devance largement les autres collectivités françaises d’outre-mer, mais aussi la majorité des autres archipels d’Océanie. (6) Mais la question se pose quant à la viabilité de cette « richesse » (qui reste relative comparée notamment à la métropole). Puisque l’aide française au développement de l’île représente près de 47% du budget calédonien et que son économie repose en grande partie sur le nickel, au cours instable. (7)

Les inégalités sociales représentent le second enjeu majeur. En effet, les disparités perdurent entre les deux principales communautés. Par exemple, seulement 2,8% des descendants d’européens sont au chômage, contre environ 16,5% des Kanaks. (6)

Le statut de la Nouvelle-Calédonie semble donc encore pouvoir changer dans les années à venir. Mais il n’est pas certain que l’indépendance arrive prochainement pour autant.

vh4

Le drapeau du Front de Libération Nationale Socialiste

Kanak (FLNKS), un des symboles de l’identité Kanak.

 Ludovic Marin / AFP

REFERENCES

(1) Ministère de l’Intérieur. 2018. Référendum : Retrouvez ici les résultats définitifs de la consultation du 4 novembre 2018 / Actualités / Accueil – Les services de l’État en Nouvelle-Calédonie. [ONLINE] Available at: http://www.nouvelle-caledonie.gouv.fr/Actualites/Referendum-Retrouvez-ici-les-resultats-definitifs-de-la-consultation-du-4-novembre-2018. [Accessed 09 November 2018]

(2) Geo.fr. 2018. Histoire de la Nouvelle-Calédonie : le Caillou en 16 dates clés – Geo.fr  . [ONLINE] Available at: https://www.geo.fr/histoire/histoire-de-la-nouvelle-caledonie-le-caillou-en-16-dates-cles-192910. [Accessed 09 November 2018].

(3)  YouTube. 2018. Nouvelle-Callédonie : la dernière colonie française – YouTube. [ONLINE] Available at: https://www.youtube.com/watch?v=9j0FWeHZJZw. [Accessed 09 November 2018].

(4) Calédonie Ensemble. 2018. PIERRE FROGIER ET LE REFERENDUM : AVANT/APRÈS – Calédonie Ensemble. [ONLINE] Available at: http://caledonie-ensemble.com/2013/07/22/pierre-frogier-et-le-referendum-avantapres/. [Accessed 09 November 2018].

(5) Le Monde.fr. 2018. En Nouvelle-Calédonie, le succès étriqué du « non » rebat les cartes. [ONLINE] Available at: https://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2018/11/05/en-nouvelle-caledonie-deception-chez-les-vainqueurs-satisfaction-chez-les-vaincus_5378854_823448.html?. [Accessed 09 November 2018].

(6) Le JDD. 2018. Nouvelle-Calédonie : voici les 4 enjeux du référendum sur l’indépendance. [ONLINE] Available at: https://www.lejdd.fr/Politique/nouvelle-caledonie-voici-les-4-enjeux-du-referendum-sur-lindependance-3791702. [Accessed 10 November 2018].

(7) ARTE. 2018. Le Dessous des cartes – La Nouvelle-Calédonie bientôt indépendante ? | ARTE. [ONLINE] Available at: https://www.arte.tv/fr/videos/082241-005-A/le-dessous-des-cartes/. [Accessed 10 November 2018].

Geo.fr. 2018. Nouvelle-Calédonie : “L’idée d’indépendance est loin d’être enterrée” – Geo.fr  . [ONLINE] Available at: https://www.geo.fr/histoire/nouvelle-caledonie-lidee-dindependance-est-loin-detre-enterree-193286. [Accessed 09 November 2018].

Le Monde.fr. 2018. Référendum en Nouvelle-Calédonie : la victoire en demi-teinte du non à l’indépendance. [ONLINE] Available at: https://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2018/11/04/referendum-en-nouvelle-caledonie-la-victoire-en-demi-teinte-du-non-a-l-independance_5378708_823448.html?. [Accessed 09 November 2018].

Le Huffington Post. 2018. Nouvelle-Calédonie: ce que la carte des résultats dit sur l’archipel | Le Huffington Post. [ONLINE] Available at: https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/04/nouvelle-caledonie-ce-que-la-carte-des-resultats-dit-sur-larchipel_a_23579993/. [Accessed 10 November 2018].

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s