Stadiums, the new geopolitic arenas

Author and translator : Uriel N’gbatongo

Langue originale : Français

Lire la version française

« Malraux was wrong. The XXIst century will not be religious : it will be athletic ». Here is the statement made by Pascal Boniface in his book Geopolitique du Sport. Indeed, the 21st century brought the sport culture to its peak thanks to an ubiquitous media coverage. With more than 4 billion viewers around the world and more than 200 delegations, the olympic games are in terms of popularity the most important worldwide event.

As the magnitude of international competitions and investments made by host countries keep increasing, we may wonder whether sportsmanship remains the only motivator.

Sport, an apolitical area ?

From ancient panhelenic games between greek cities to the 2018 Russian world cup, through the first modern olympic games in 1896 in Athena, sport always laid the ground for inter-societies confrontations. For centuries, the myth of an apolitical sport, free from any external intrusions has been defended by the highest sport authorities. In fact, the olympic chart is very explicit about its position : « The role of the CIO is (…) to prevent any  abusive politic or commercial instrumentalisation of sports and athletes. » However, the situation on the ground is way more different, and this myth might be a pious wish only. Recognizing this reality, Carole Gomez, researcher in IRIS, asserted that « people need to finish with the apolitical myth of olympic games », to the extent that whether you speak about athletes, or head of states, competitions became a powerful political communication instrument. For instance, the participation or non-participation contributed to such « sport politization ». In 1980, when the Soviet Union decided to invade Afghanistan, the United States decided to boycott the olympic games of Moscow. More recently, the Georgian call to boycott the Winter Olympic of Sochi in 2014 shows how much this practice is still on the agenda. Hence, sport is increasingly becoming a political instrument of protest, and a way of positioning oneself on the international political stage.

sté.png

On the left, Tommie Smith and John Carlos at the Mexican olympic games of 1968, rising their fist in tribute to the Black Panthers. At the center, Cathy Freeman, in 1997, showing off the Australian Aborigines flag next to the Australian official flag. On the right, Frederic Canoté, a Malian soccer player, manifesting his support to the people of Gaza in 2009.

However, politic is not only done outside stadiums but also on the running track. Indeed, the athletes themselves contributed to the politization of their respective discipline through their many public political stands.

From a sport event to a diplomatic one

 

Although the competitive dimension remains the main purpose of international sport events, on many occasions, diplomates proved one thing : competition can gather rather than divide. Indeed, many times history taught us that a sport participation can often be a pretext for diplomatic relations.

The american so called « ping-pong diplomacy » is certainly the epitome of this observation as it allows us to understand how sport can guides international relationships. Until 1971, the diplomatic relations between the United States of Reagan and the communist China were nonexistent. However, under the cover of a Chinese invitation for a ping-pong competition, the American diplomats and the Chinese were able to open the dialogue between the two countries. This is far from being a trivial historic episode as the current actuality is stil showing us how much this diplomatic use of sport remains powerful. Indeed, while any hope of union seemed vain since 1945, the announcement in September 2018 of a common candidacy to the olympic games of 2032 between both Koreas represents a tremendous diplomatic step forward. Hence, similarly to an official diplomatic summit, sport can be a real diplomatic asset which can « put back the ball to the center » between two nations which everything brings into conflict.

st3.png

A new soft power paradigm

In a world where globalization echoes with global mediatization, sportsmen are becoming international ambassadors for their native country thanks to their popularity. How many people know Usain Bolt without knowing the Jamaican general governor ? How many people know Roger Federer without being able to recognize the president of the Swiss confederacy ? Actually, being an international athlete no longer consists only in realizing outstanding physical performances, but also in becoming a standard bearer. The values conveyed by sport ( respect, perseverance, tolerance) credits the most victorious countries with a powerful halo effect. To this end, heads of state well understood this new paradigm, thus not hesitating to be aside international athletes. From sport victory to political victory, from the sport shirt to diplomat’s suit, there is only a step.

st4.png

This new soft power paradigm can also have a much more political forming some countries (like France for instance). As sport is no longer an activity nu also a communication process, France did not hesitate to create its own « sport diplomacy ». Indeed, in 2014, Laurent Fabius proposed the creation of a « sport ambassador » whose main role would be to promote abroad the french culture through sport. Here, it is no  longer about thinking sport only as a diplomatic instrument but also as a crucial element of influence at a global scale.

In fact, nations no longer hesitates to invest in order to get glorious results for the glory of their flag. « Economic behemoth but soccer minnow », China might be one of the most notorious second hand soccer player on the playground.However, since 2015, Xi Jinping set up through his « 50 points plan » an ambitious investment campaign aiming at giving an impetus to the Chinese soccer league.  Taken to an extreme, this investing approach led some countries to play with legality. For instance, the recent football leaks unveiled by Mediapart in November 2018 revealed that Qatar had deceitfully financed their Parisian soccer club with 1.8 billion euros in order to boost their sport result.

These last revelations are showing which decision some nations are ready to take in order to win. But winning what ? A cup…or… a war for influence ?

 

Le stade, nouvelle arène géopolitique

« Malraux avait tort. Le XXIe ne sera pas religieux avant tout : il sera sportif ». Tel est le constat établi par Pascal Boniface dans son livre Géopolitique du Sport. Il est vrai que le XXIe siècle porte à son apogée la culture du sport. La médiatisation hors norme dont bénéficient les compétitions sportives internationales en est la preuve la plus frappante. Avec plus de 4 milliards de téléspectateurs à travers le globe et plus de 200 délégations nationales en son sein, les jeux olympiques font figure de mastodonte médiatique à l’échelle internationale.

Avec une telle ampleur qui ne fait que croître au fil des années, et des sommes toujours plus astronomiques investies par les pays hôtes, il semble plus que crédible de se demander si l’intérêt sportif demeure la seule source de motivation des pays participants.

Le sport, un domaine apolitique ?

Des jeux panhelléniques antiques entre cités grecques à la coupe du Monde russe en 2018, en passant par les premiers jeux olympiques modernes de 1896 à Athènes, le sport a de tout temps été un haut lieu de confrontation entre les sociétés. Pendant longtemps, le mythe d’un sport apolitique et libre de toute ingérence extérieure fut défendu par les hautes autorités sportives. La règle n°2 (alinéa 10) de la charte olympique est même très explicite sur ce sujet : « Le rôle du CIO est […] de s’opposer à toute utilisation abusive politique ou commerciale, du sport et des athlètes. ». Cependant, la réalité du terrain est tout autre, et ce mythe, porté corps et âmes par la charte olympique, ne s’apparente plus qu’à un simple vœu pieux. En effet, Carole Gomez, chercheuse à l’IRIS, affirme à juste titre qu’il « faut en finir avec le mythe de l’apolitisme des jeux olympiques » dans la mesure où, que ce soit pour les sportifs ou les chefs d’Etat, les compétitions internationales sont devenues un nouveau moyen de communication politique. Par exemple, la participation ou la non-participation aux JO ont par le passé contribué à cette politisation du sport. En 1980 les Etats-Unis de Jimmy Carter décidèrent de boycotter les jeux de Moscou afin de dénoncer l’invasion soviétique en Afghanistan. Plus récemment, l’appel géorgien à boycotter les jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 montre que cette pratique est toujours de mise. Le sport devient ici un instrument politique de protestation, un moyen de positionnement sur l’échiquier politique international.

Cependant, la politique ne se fait pas qu’en dehors des stades mais également sur le terrain. En effet, les sportifs eux-mêmes, par leurs prises de position, contribuent à faire du stade un lieu public de confrontations politiques. Conscients de la médiatisation dont ils bénéficient, les sportifs se muent parfois en ambassadeurs d’une cause politique, quitte à parfois créer la polémique (cf. photo ci-dessous).

sté
A gauche, Tommie Smith et John Carlos aux JO de Mexico (1968) rendant hommage aux Black Panthers, alors en plein combat pour la reconnaissance des droits des Afroaméricains. Au centre, Cathy Freeman, en 1997, brandissant le drapeau des Aborigènes australiens en plus du drapeau officiel australien hérité du Commonwealth. A droite, le footballeur malien Frederic Canoté manifestant son soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza lors d’un match en 2009.

D’un événement sportif à un événement diplomatique

Bien que la dimension compétitive demeure au cœur des événements sportifs, à bien des reprises, les diplomates prouvèrent une chose : la compétition peut rassembler plus que diviser. En effet, l’histoire nous a enseigné que bien souvent la participation à une compétition sportive n’est qu’un prétexte à des relations diplomatiques.

A ce titre, la diplomatie américaine dite du « pingpong » est un cas d’école afin de comprendre comment le sport peut être un outil de relations internationales. Alors que jusqu’en 1971 les relations diplomatiques entre les Etats-Unis de Reagan et la Chine communiste étaient inexistantes, sous couvert d’une invitation chinoise à une compétition de ping-pong, les diplomates américains et chinois ont pu ouvrir le dialogue entre les deux pays. Les échanges de balles ont fait place aux échanges verbaux, ouvrant ainsi la possibilité d’un rapprochement entre deux nations que tout oppose. Bien loin d’être un épisode anecdotique, l’actualité d’aujourd’hui montre que cette diplomatie du sport est toujours en œuvre. En effet, alors que tout espoir d’union semblé vain depuis 1945, l’annonce en septembre 2018 d’une candidature commune entre les deux Corées aux JO de 2032 représente une formidable avancée dans les relations de ces deux nations. Ainsi, au même titre qu’un sommet diplomatique officiel, le sport s’apparente à un véritable instrument des relations internationales pouvant « remettre la balle au centre » entre deux nations que tout oppose.

st3

Le sport comme prolongement du soft power

Dans un monde où mondialisation rime avec médiatisation globale, les sportifs, par leur popularité, deviennent de véritables ambassadeurs internationaux pour leur pays d’origine. Pour preuve, combien de personnes connaissent Usain Bolt sans pour autant connaitre le gouverneur général jamaïcain ? Combien de personnes connaissent Roger Federer sans pouvoir reconnaître le président de la confédération suisse ? De fait, être sportif international ne consiste plus seulement à réaliser des performances physiques hors du commun, mais également à devenir un porte-drapeau. Le sport est sans aucun doute devenu un nouveau critère indispensable du soft power, car nouveau canal de rayonnement international. Par les valeurs qu’il véhicule (respect, persévérance, tolérance,…), ce dernier contribue par effet de halo à dorer l’image des nations victorieuses. Les chefs d’Etat ont d’ailleurs très bien compris ce nouveau paradigme, n’hésitant plus à faire figure aux côtés des sportifs internationaux. De la victoire sportive à la victoire politique, du maillot sportif à la veste du diplomate, il ne semble n’y avoir qu’un pas.

st4
Ce nouveau paradigme du soft power prend également une forme politique beaucoup plus directe pour certains pays tels que la France. Parce que le sport n’est plus seulement une activité mais également un outil de communication, la France n’a pas hésité à se doter d’une véritable « diplomatie sportive ». En 2014, Laurent Fabius, motiva la création ex-nihilo d’un « ambassadeur pour le sport » dont le rôle serait de promouvoir à l’étranger l’image française par le sport. Ici, il ne s’agit plus seulement d’imaginer le sport comme un simple instrument diplomatique mais comme un élément essentiel au rayonnement d’un pays à l’échelle internationale.

De fait, les nations n’hésitent plus à investir pour passer à la vitesse supérieure et obtenir des résultats pour la gloire de leur drapeau. « Géant économique mais nain footballistique » la Chine fait figure de joueur de seconde zone sur les terrains de football. Cependant, depuis 2015, à travers un « plan en 50 points », Xi Jinping met en place une ambitieuse campagne de financement afin de faire émerger de futures stars chinoises du football. Poussée à l’extrême cette démarche d’investissement conduit certains pays à jouer avec la légalité. Les récents football leaks dévoilés par Mediapart en novembre 2018 révèlent que le Qatar aurait frauduleusement attribué environ 1,8 milliard d’euros dans le PSG afin de booster les résultats de son club.

Ces dernières révélations montrent jusqu’où les nations sont prêtes à aller pour gagner. Mais gagner quoi ? Une coupe… ou plutôt… une guerre d’influence  ?

 

REFERENCES

Franceinfo. 2018. Contrat surévalué, financement déguisé du Qatar… Les révélations des “Football leaks” qui embarrassent le PSG. [ONLINE] Available at: https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/psg/neymar/contrat-surevalue-sponsors-ponctionnes-lesrevelations-des-football-leaks-qui-embarrassent-le-psg_3016481.html.

HuffPost. 2018. Rio Olympics Closing Ceremony Caps Historic, Dramatic And Controversial Games | HuffPost. [ONLINE] Available at: https://www.huffingtonpost.com/entry/rio-olympicsclosingceremony_us_57ba3b42e4b0b51733a432a5.

IRIS. 2018. « Il faut en finir avec le mythe de l’apolitisme des Jeux Olympiques » | IRIS . [ONLINE] Available at: http://www.iris-france.org/78898-il-faut-en-finir-avec-le-mythe-de-lapolitisme-des-jeuxolympiques/.

IRIS. 2018.  La France nomme un ambassadeur du sport : au temps du soft-power, c’est une bonne nouvelle | IRIS . [ONLINE] Available at: http://www.iris-france.org/43972-la-france-nomme-un-ambassadeur-du-sport-au-temps-du-softpower-cest-une-bonne-nouvelle/.

JeuneAfrique.com. 2018. Football : la Chine gagne du terrain – JeuneAfrique.com. [ONLINE] Available at: https://www.jeuneafrique.com/mag/463668/societe/football-la-chine-gagne-du-terrain/.

Le Monde.fr. 2018. Souvenirs d’un diplomate du ping-pong. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/jeux-olympiques-toute-l-actualite/article/2008/08/14/souvenirs-d-undiplomate-du-ping-pong_1083506_1074179.html

RMC SPORT. 2018. After Foot du mercredi – 19/07 – Partie 5/7 – Retour sur l’interview de Jean-Baptiste Guégan. [ONLINE] Available at: https://rmcsport.bfmtv.com/mediaplayer/video/after-foot-du-mercredi-1907-partie-57-retour-surl-interview-de-jean-baptiste-guegan-966011.html

VIDEO. Après Jesse Owens devant Hitler, d’autres sportifs envoient des messages politiques. 2018. VIDEO. Après Jesse Owens devant Hitler, d’autres sportifs envoient des messages politiques. [ONLINE] Available at: https://www.20minutes.fr/sport/1906695-20160809-video-apres-jesse-owens-devant-hitlerautres-sportifs-envoient-messages-politiques.

Podcasts :

LExpress.fr. 2018. JO de Sotchi: un gouffre financier vertigineux pour la Russie – L’Express. [ONLINE] Available at: https://www.lexpress.fr/actualite/sport/jo-de-sotchi-un-gouffre-financier-vertigineux-pour-larussie_1231738.html.

YouTube. 2018. Comprendre le monde S1#38 – Pascal Boniface – “Géopolitique du sport” – YouTube. [ONLINE] Available at: https://www.youtube.com/watch?v=AwZNHnTyyg4.

Books:

Géopolitique du Sport, Pascal Boniface, 2014, édition Armand Colin

L’empire foot, comment le ballon rond a conquis le monde, Pascal Boniface, 2018, édition Armand Colin.

Géopolitique du sport une autre explication du monde, Jean Baptiste Guégan, 2017, édition Bréal Photos :

Pictures: 

Crédit image principale : Vasily Fedosenko / REUTERS

Image 1 : montage photo Uriel N’gbatongo

Image 2 : Legion magazine, 1972

Image 3 : https://www.instagram.com/usainbolt/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s