What if Bolsonaro could save Brazil ?

Author : Hugues Buisson        Translator : Lucas Roulx 

Langue originale : Français

Lire la version française

Hungary 2015, USA 2016, Italy 2018 and now the country of football, Brazil. After 13 years of power handled by the Workers’ Party (Partido dos Trabalhadores, PT), the country has taken a big step into the unknown. This Sunday, October 28, the reserve captain Jair Bolsonaro, candidate of the Social-Liberal Party was elected new president of the auriverde people. This was a devastating news on the international scene where many see in the new elected, the reflect of Donald Trump. If the polls gave the 63-year-old winner, it was impossible to predict such striking victory.

A country about to implode

The economic chasm

          To understand what happened, we have to go a few years back to Lula’s first term. Elected president in 2003, he launched major projects on a national scale such as the fight against inequalities. For several years, these actions bore fruits thanks to a profitable economic situation in the country, particularly thanks to the soaring price of raw materials. The minimum wage was high. The State facilitated access to credit for modest households. A new middle class was emerging and poverty declining.

However, these positive results were just a bluewashing: the country suffered considerably from the backwardness of some public organizations such as health and education. Incomes were not used wisely and were lost in an unequal redistribution. Public servants became more numerous, their salaries reached new heights for a country where the average wage is € 295, and the State multiplied subsidies to companies and raised taxes. This lever became quickly insufficient and government decided to go into debt. It was the beginning of the Brazilian plunge.

          In 2011, Dilma Roussef became President and tried to revive the economy which started to stagnate. She made the choice of subsidized credit and tax exemptions for businesses, which only raised the state’s debts. This system is called the practice of “pedaling tax” and aimed to hide the size of public deficits. This situation became untenable for households as for the few national companies that survived. In 2014, the crisis caused a slowdown in household consumption, unemployment peaks at 13.5% in 2017. At the same time, Rio hosted the 2014 FIFA World Cup and prepared for the 2016 Games. The last two events cost € 12 billion and € 10 billion respectively. For the Olympic Games 43% of the amount was settled by the public money. With the dismissal of Dilma Roussef in 2016 for “crime of responsibility”, the interim government made the choice to drastically reduce the education and health budget to avoid bankruptcy. It was thus logical that Standard & Poor’s and Fitch Ratings degraded Brazil’s sovereign rating to “BB-” in mid-January 2018, despite a modest start of economic recovery (2.1%).

Political chaos

political chaos.png

In Brazil, Jair Bolsonaro invoked changes but also promised a break with a completely perverse method of governance. Brazil is a country heavily affected by corruption, and the political class is far from exemplary. Once Dilma Roussef resigned, an interim government took over, but many members had to resign because of the “Lava Jato” (Express Wash) revelations. More seriously, almost one out of three MPs is currently under judicial investigation. Finally, scandals were also very present during the campaign with the suspension and the condemnation of Lula, favorite in polls, for fraud and corruption during his two terms.

A non-existent social peace

         A man dies every 10 minutes … This is the reality faced by Brazilians. Violence is part of the daily lives of individuals and has continued to grow in recent years with an average of 30.8 deaths / 100,000 and up to 68 in the state of Rio Grande Norte. The 64,000 homicides in 2017 crystallize the subject of insecurity. In this period of crisis in Brazil, we cannot forget the damage caused by the hosting of the 2014 World Cup and the 2016 Olympic Games, which exacerbated the public anger with many demonstrations. The case of Vila Autódromo is a typical example. Neglected by the municipal authorities, like most hundreds of favelas in the metropolitan area, it could not count on any of the public services offered to wealthy neighborhoods on the other side. But it still sheltered 600 families in 2009, date when the International Olympic Committee (CIO) entrusted to Rio de Janeiro the organization of the Olympic Games.

Who is Jair Bolsonaro?

Biography

jair.jpg

   J.Bolsonaro at a meeting during its campaign

Jair Messias Bolsonaro, 63 years old, was born in Campinas, in the state of São Paulo, on March 21, 1955.

Bolsonaro spent his childhood and teenage years in Eldorado, 250 kilometers from São Paulo. In 1977, he graduated from the Military Academy of Agulhas Negras [“Black Needles”] and was assigned from 1979 to 1981 in the state of Mato Grosso do Sul [in southern Brazil, a border state of Paraguay]. Later, he obtained a degree in physical education at the Escola de Educação Física do Exército. Then, he decided to orient himself toward politics and quickly set himself apart by very harsh opinions especially to corrupted politicians. In 1990, he was elected federal deputy of Rio, supported by the Christian Democratic Party and he was re-elected continuously under different political labels. In 2018, he was a candidate of the Social Liberal Party. On September 6, he was seriously stabbed while being in a crowd. It definitely reinforced his position as a favorite. On October 29, he was elected with 56% of the votes.

Temper

Bolsonaro has a personality that detonates and shocks. Baptized Evangelist, he has a very controversial opinion on many topics of society. In 2011, he declared to Playboy magazine that he would rather his son die in an accident than being gay. This father, married 3 times, is also supported by the Christian community by his positions on the theme of abortion. On these points, the parallel is strong with his American counterpart Donald Trump. It is even more visible when we talk about firearms and environment. He proposed to change the current law on the carrying of weapons. As an illustration, to lower the minimum age from 25 to 21 years old. Finally, Bolsonaro was convinced of the usefulness of the dictatorship in crisis situations like the one that crosses the country. As far as he is concerned, dictatorship is more relevant to solve the problems of the nation rather than evolving in a weak democracy. While all these traits allow him to have a specific place in the Brazilian political caste, his judicial liabilities are also surprising. This is the first Brazilian politician for several years that was not involved in corruption scandals, subject that will be one of his main battle during his tenure.

Coming actions

On November 1, Jair Bolsonaro announced the composition of his government which will take effect on January 1, 2019. As well as Donald Trump, the majority of the chosen personalities seem to have some gaps in politics but are considered to be great in their field of professional activity. The first information that can be obtained from these appointments is the reorganization of certain ministries (economy, finance, planning, industry and foreign trade): from 30 to 15, which will significantly reduce the operating budget.

The new head of government is Onyx Lorenzoni (64 years old). Jair Bolsonaro intends to compensate for the lack of experience of other ministers with him. The Ministry of Justice will be carried out by the very “feared” judge Sergio Moro. He was the main stakeholder who, at the head of the project Lava Jato, has uncovered several corruption scandals of politicians. He has enjoyed great popularity since he sentenced former President Lula to 12 years in prison for corruption.

At the Ministry of Economy, the ultra-liberal Paul Guedes is appointed. He is banking on the privatization of a majority of public companies in order to reap the funds necessary for the recovery of the economy. He is the thinker of Bolsonaro’s economic program. Guedes truly embodies the opposite of the Brazilian economic policy of the last decade.

While revealing the list of ministers that will form the government, Bolsonaro launched a new controversy: that of the Brazilian Embassy in Tel Aviv. The new president has posted his preference between Palestine and Israel. Why? For Bolsonaro, Palestine must be a country recognized by the international community before having the right to have an embassy. That is why, he already explained that he wanted to close the Palestinian embassy in Brasilia. By religious and political convictions, the president has the will to move the Brazilian embassy from Tel Aviv to Jerusalem. A decision that may create huge tensions as the economic ties of Brazil are important with the Muslim countries.

International reactions

During the day, the Ibovespa index (San Paulo Stock Exchange) temporarily exceeded 89,000 points, reaching a new record. This matches with the announcement of the appointment of the popular anti-corruption judge, Sergio Moro, to the Ministry of Justice and Public Security. He was the one who condemned and imprisoned former President Lula. The election of Jair Bolsonaro is a shock, but did not have devastating effects, as the results of the first round spoke in his favor. On a continent that has known Hugo Chavez, Pinochet and others, the vast majority of the population expresses its concern to a return of a military dictatorship and neo-fascism.

stock.png

Sao Paulo Stock Exchange (last 10 months)

After the results of the election, the international community was divided. While Russia, Italy, and United States congratulated Bolsonaro for its victory, France, China, and the European Union recalled the values ​​to be defended as “The defense and preservation of democratic principles”.

On the South American continent, the reactions of the heads of state were unanimous. Apart from Venezuela and Colombia who feared the intervention of the army in political life.

A dictator in its antique version

          According to the antique definition of the word, a dictator is “an exceptional magistrate to whom the state entrusts the reins of power in a situation of military emergency to raise the country”. If the end justifies the means, the objective of Bolsonaro is simple, to raise the country by all the means. For the vast majority of Brazilians, the new president must be this dictator that embody a strength of character and an exceptional honesty, a virtue that missed to the previous leaders. As well as millions of citizens exasperated by poverty, insecurity and corruption, Carlos, a bus driver in Rio’s favelas for 20 years, explained that Bolsonaro is the last joker of Brazil. “When you do not believe in anything anymore, you are ready to believe everything.”

A very right-wing, homophobic, misogynistic and pro-dictatorship position suggest that domestic Brazilian policies will be heavily impacted in the coming years. That is why, I give you an appointment in 100 days for a first assessment of this new modern dictator politics.

 

 

Et si Bolsonaro sauvait le Brésil ?

Hongrie 2015, USA 2016, Italie 2018 et maintenant le pays du football, le Brésil. Après 13 ans au pouvoir du Parti des Travailleurs (PT) le pays vient de faire un grand pas dans l’inconnu. Ce dimanche 28 octobre, le capitaine de réserve Jair Bolsonaro, candidat du Parti Social-Libéral a ainsi été élu nouveau président du peuple auriverde. Cette nouvelle a eu l’effet d’une bombe sur la scène internationale où beaucoup voit dans le nouvel élu, l’alter égo de Donald Trump. Si les sondages donnaient le candidat de 63 ans vainqueur, rien ne laissait prévoir une victoire aussi nette.

Un pays au bord de l’implosion

Le gouffre économique

Le Brésil et ses 209 millions d’individus est un pays au bort du chaos. Sur tous les plans la situation semble explosive, mais comment la 8ème puissance économique en 2009 a-t-elle pu en arriver là ?

Pour cela il faut revenir quelques années en arrière lors du 1er mandat de Lula. Elu président en 2003, il lance de grands chantiers à l’échelle nationale à l’instar la lutte contre les inégalités. Pendant plusieurs années, ces actions vont porter leurs fruits grâce à une conjoncture économique profitable au pays, avec l’envolée du prix des matières premières notamment. Le salaire minimum est relevé. L’emploi formel progresse. L’Etat facilite l’accès au crédit des ménages les plus modestes. Une nouvelle classe moyenne, avide de consommation, émerge. Un programme de revenu minimum garanti destiné aux plus modestes est développé. La pauvreté recule. L’essor du marché intérieur, les taux d’intérêt relativement élevés pratiqués au Brésil attirent investissements et placements financiers étrangers. Les réserves en devises augmentent. La monnaie nationale se valorise par rapport au dollar. La croissance atteint en moyenne 4% par an entre 2003 et 2010.

Mais ces résultats positifs ne sont qu’un cache-misère : le pays souffre considérablement du retard de certains organismes publiques comme la santé et l’éducation. Les revenus, considérables, ne sont pas employés à bon escient et se perdent dans une redistribution des plus inégales. Les fonctionnaires deviennent de plus en plus nombreux, leurs salaires atteignent des sommets pour un pays où le salaire moyen est de 295 €, et l’Etat multiplie les aides et subventions aux entreprises. Cette prolifération de dépenses amène l’Etat à augmenter les impôts pour tenter de combler la dette. Rapidement ce levier est insuffisant et le gouvernement décide de s’endetter. C’est le début du plongeon brésilien.

En 2011, Dilma Roussef devient présidente et tente de relancer l’économie qui commence à stagner. Elle fait le choix de ce crédit subventionné et des exemptions fiscale pour les entreprises, ce qui inévitablement ne fait que gonfler la dette de l’Etat. Ce système porte le nom de pratique des « pédalages fiscaux » et vise à masquer l’ampleur des déficits publics. Rapidement la situation devient intenable aussi bien pour les ménages que pour les quelques entreprises nationales qui survivent. En 2014, la crise entretient un ralentissement de la consommation des ménages, le chômage atteint son pic, 13, 5% en 2017 et le salaire moyen enregistre une baisse de 10%. Au même moment, Rio accueille en 2014 la coupe du monde de football et prépare les Jeux de 2016. Ces 2 derniers événements ont coûté respectivement 12 et 10 milliards d’euros. Pour les Jeux Olympiques, 43% de la somme a été réglée par l’argent public. A la destitution de Dilma Roussef en 2016 pour « crime de responsabilité », le gouvernement intérimaire fait le choix de diminuer drastiquement le budget à l’éducation et à la santé pour éviter la banqueroute de l’Etat. C’est donc avec logique que Standard & Poor’s et Fitch Ratings ont dégradé la note souveraine du Brésil à « BB- » mi-janvier 2018 et ce malgré un timide début de reprise économique (2,1%).

Le chaos politique

political chaos

Manifestation anti-corruption à Rio (dessin caricature de Lula à gauche)

Face à Jair Bolsonaro, porté par un élan populaire formidable, les autres formations du paysage politique étaient en retard, handicapé par un passé trop lourd et trop récent ou bien bien ne donnait pas de garantie d’un changement auprès la population. En 2011, François Hollande, alors candidat PS à la présidentielle française avait rythmé sa campagne avec son slogan « le changement c’est maintenant ». Le pays sortait alors de 5 ans d’UMP et les déçus alors nombreux avaient placé leurs espérances dans ces 5 mots.

Au Brésil, Jair Bolsonaro n’a pas seulement invoqué le changement mais promis la rupture avec une méthode de gouvernance complètement perverse. Mais s’il y a un point qui attire l’attention c’est le rôle joué par la révélation de scandale. Le Brésil est un pays fortement touché par la corruption, et la classe politique est loin d’être exemplaire. Une fois Dilma Roussef démit de ses fonctions, un gouvernement intérimaire a pris le relais mais de nombreux membres ont du démissionner à cause des révélations « Lava Jato » (Lavage express). Plus grave, quasiment 1 député sur 3 est actuellement visé par une enquête judiciaire. Enfin les scandales ont été aussi très présents durant la campagne avec la suspension puis la condamnation de Lula, favori des sondages, pour fraude et corruption au cours de ses 2 mandats.

 

Une paix sociale inexistante

 

Un homme meurt toutes les 10 minutes… Telle est la réalité à laquelle est confrontée la population brésilienne. La violence fait pas partie du quotidien des individus et n’a eu de cesse de progresser ces dernières années avec une moyenne de 30,8 morts/100 000 et jusqu’à 68 dans l’Etat du Rio Grande Norte. Les 64 000 homicides en 2017 cristallisent le sujet de l’insécurité. Dans cette période de crise que traverse le Brésil, nous ne pouvons oublier les dégâts causés par l’accueil de la coupe du monde 2014 et des jeux Olympiques 2016 qui ont exacerbé la colère publique avec de nombreuses manifestations. Le cas de Vila Autódromo, petit village de pêcheurs en bordure du lagon de Jacarepaguá en est l’exemple typique. Négligé par les autorités municipales, comme la plupart des centaines de favelas de la région métropolitaine, il ne pouvait compter sur pratiquement aucun des services publics offerts aux quartiers riches situés sur l’autre rive. Mais il abritait tout de même 600 familles en 2009, année où le Comité International Olympique (CIO) a confié à Rio de Janeiro l’organisation des Jeux de 2016.

 

Qui est Jair Bolsonaro ?

 

Biographie

jair

Bolsonaro à un meeting de campagne

D’une famille de 5 enfants, Jair Messias Bolsonaro, 63 ans, est né à Campinas, dans l’État de São Paulo, le 21 mars 1955. Son père, Percy Geraldo Bolsonaro, mort en 1995, exerçait sans diplôme la profession de dentiste, et sa mère, Olinda Bonturi Bolsonaro, femme au foyer, a aujourd’hui 89 ans. Le nouveau président du Brésil a cinq frères et sœurs.

Bolsonaro passe son enfance et son adolescence à Eldorado, à 250 kilomètres de São Paulo. En 1977, il sort diplômé de l’académie militaire des Agulhas Negras [“Aiguilles noires”] et sera affecté de 1979 à 1981 dans l’État du Mato Grosso do Sul [dans le sud du Brésil, un État frontalier du Paraguay]. Il décroche ensuite un diplôme d’éducation physique à l’Escola de Educação Física do Exército. Il choisit ensuite de s’orienter en politique et se démarque rapidement par des opinions très dures à l’égard notamment des politiciens corrompus. En 1990, il est élu député fédéral de Rio, soutenu par le parti démocrate-chrétien et a été réélu sans discontinuer depuis sous différentes étiquettes politiques. En 2O18, il se porte candidat du parti Social Libéral. Le 6 septembre, il est gravement poignardé lors d’un bain de foule avec ses aficionados ce qui renforce sa position de favori. Le 29 octobre, il est élu avec 56% des voix.

Caractère

Bolsonaro, appelé aussi le Bosomito (le mythe) par son clan a une personnalité qui détonne et qui choque. L’insignifiance de son parti au Congrès, combiné à des propos polémiques à répétition explique pourquoi il fut longtemps méprisé par ses concurrents politiques.

Evangéliste baptisé il a un avis très controversé sur de nombreux sujets de société. En 2011, il déclarait ainsi au magazine Playboy « Je serais incapable d’aimer un fils homosexuel. Je préférerais qu’il meure dans un accident de voiture ». Ce père de famille, marié 3 fois, est aussi soutenu par la communauté chrétienne par ses positions sur le thème de l’avortement. Sur ces points-là, le parallèle est fort avec son homologue américain Donald Trump. Il l’est encore plus lorsque l’on aborde le sujet des armes à feu et du climat. Au sujet de la loi actuelle sur le port d’arme il déclarait : « Nous allons changer la loi. Il faut abaisser l’âge minimum de 25 à 21 ans. Nous ne pouvons pas dresser de barrières qui empêchent les gens d’avoir une arme chez eux pour défendre leur famille ». Enfin Bolsonaro était convaincu de l’utilité de la dictature dans des situations de crise comme celle que traverse le pays « Oui, je suis favorable à une dictature ! Nous ne réglerons jamais les problèmes de la nation avec cette démocratie irresponsable ! » énonçait-il à la chambre des députés en 1993. Si tous ces traits de caractère lui permettent d’avoir une place spécifique dans la caste politique brésilienne, son passif judiciaire est lui aussi surprenant. C’est ainsi le premier homme politique brésilien depuis plusieurs années à ne pas être mêlé à des scandales de corruption, sujet qui sera un de son principal cheval de bataille durant son mandat.

Les actions prochaines

Le 1er novembre Jair Bolsonaro a annoncé la composition de son gouvernement qui prendra acte le 1er janvier 2019. Comme pour Donald Trump, la majorité des personnalités choisies semblent avoir des lacunes certaines en politique mais sont considérés comme des pointures dans leur domaine d’activité professionnelle civile respective. La première information que l’on peut retirer de ces nominations est la réorganisation et la fusion de certains ministères (notamment de l’économie, des finances, de la planification, de l’industrie et du commerce extérieur): de 30 l’on passe à une quinzaine ce qui diminuera considérablement le budget de fonctionnement.

Le nouveau chef du gouvernement se nomme Onyx Lorenzoni et a 64 ans et c’est avec lui que Jair Bolsonaro compte compenser le manque d’expérience des autres ministres dans les méandres tumultueux de la politique brésilienne.

Pour le ministère de la justice sera le très « craint » juge Sergio Moro. C’est lui, qui à la tête du projet Lava Jato a mis à jour plusieurs scandales de corruption d’hommes politiques. Il bénéficie d’une grande popularité depuis qu’il a condamné à 12 ans de prison l’ex-président Lula pour corruption.

Au ministère de l’économie, c’est Paul Guedes qui est nommé. Ultra libéral, il mise sur la privatisation d’une majorité des entreprises publiques afin de récolter les fonds nécessaires à la reprise de l’économie. Il est le penseur du programme économique de Bolsonaro. 69 ans, titulaire de nombreux diplômes et habitué de la sphère politique, Guedes incarne l’opposé de la politique économique brésilienne depuis 10 ans.

Enfin le ministère de la Défense est confié à un des généraux les plus respectés du pays, Augusto Heleno. Son passé et faits d’armes plaident pour lui dans un ministère hautement concerné par le problème de l’insécurité. Ses propositions sont très fermes comme le témoigne son idée de poster des snipers dans les favelas pour lutter contre les bandes armées.

Pour le ministère de la science, c’est une autre figure brésilienne qui est choisi, à savoir Marcos Pontes, 55 ans, pilote d’avion de chasse et astronaute.

Au même moment que la liste de ses ministres était dévoilée, Bolsonaro attaquait un nouveau sujet : celui de l’ambassade brésilienne à Tel Aviv. Le nouveau président a affiché sa préférence entre Palestine et Israël. Pourquoi ? « La Palestine doit d’abord être un pays pour avoir le droit à une ambassade », c’est par ses mots que Bolsonaro expliquait déjà qu’il désirait fermer l’ambassade palestinienne à Brasilia. Par convictions religieuses et politiques le président milite pour un déplacement de l’ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, décision qui risque de provoquer un fort remous tant les liens économiques sont importants avec les pays musulmans.

Les réactions à l’international

Fermée ce vendredi 2 novembre (jour férié), la Bourse de Sao Paulo a terminé la séance de jeudi sur un nouveau record, en hausse de 1,14% à 88.419 points, au terme de la première semaine qui a suivi la victoire de Jair Bolsonaro. Sur l’ensemble de la semaine, la hausse cumulée est de 3,9%.

Au cours de la journée, l’indice Ibovespa a même temporairement dépassé la barre des 89.000 points, atteignant un record historique. Cela coïncide avec l’annonce de la nomination du populaire juge anticorruption, Sergio Moro, au ministère de la Justice et de la Sécurité publique. C’est lui qui a, entre autres, condamné et fait emprisonner l’ex-président Lula.

De plus, la tendance haussière de la Bourse n’est pas freinée par l’annonce du troisième recul mensuel consécutif de la production industrielle. L’élection de Jair Bolsonaro est un choc, mais n’a pas fait l’effet d’une bombe, tant les résultats du 1er tour parlait en sa faveur. Sur un continent qui a connu les Hugo Chavez, Pinochet et autres, l’immense majorité de la population affiche son inquiétude tant la peur d’un retour à une dictature militaire et au néo fascisme.

stock

Cours de la Bourse de San Paulo ces 10 derniers mois

Sur la scène internationale, 2 types de réactions se sont exprimées : la Russie, l’Italie, les USA ont félicité Bolsonaro pour sa victoire tandis que la France, la Chine, et l’Union Européenne ont tenu à rappeler les valeurs à défendre comme « la défense et la conservation des principes démocratiques ». Sur le continent sud-américain, les réactions des chefs d’états ont été unanimes à l’exception du Venezuela et de la Colombie qui craignent l’intervention de l’armée dans la vie politique.

Un dictateur dans sa version antique

Selon la définition antique du mot, un dictateur est « un magistrat exceptionnel auquel l’état confie les rênes du pouvoir en situation d’urgence militaire pour relever le pays » . Si la fin justifie les moyens, l’objectif de Bolsonaro est simple, relever le pays par tous les moyens. Pour l’immense majorité des brésiliens, le nouveau président doit être ce dictateur et doit incarner une force de caractère et cette honnêteté exceptionnelle qui a manqué aux précédents dirigeants. A l’instar de millions de citoyens excédés par la pauvreté, l’insécurité et la corruption des dirigeants, Carlos, chauffeur de bus dans les favelas de Rio depuis 20 ans expliquait « Bolsonaro c’est notre dernier joker. Quand on ne croit plus en rien, on est prêt à croire à tout ». Son positionnement très à droite, et ses déclarations homophobes, misogynes et pro dictature laissent à penser que la politique brésilienne intérieure va en être fortement impacté. Rendez vous dans 100 jours pour un premier bilan de la politique de nouveau dictateur moderne.

REFERENCES

CARIOCA PLUS. 2018. Salaire minimum: le Brésil à la traîne – CARIOCA PLUS. [ONLINE] Available at: http://peacefulworld.mondoblog.org/2013/01/14/salaire-minimum-le-bresil-a-la-traine/.

Courrier international. 2018. Élections 2018. Malgré tout, la politique brésilienne peut renaître | Courrier international. [ONLINE] Available at: https://www.courrierinternational.com/article/elections-2018-malgre-tout-la-politique-bresilienne-peut-renaitre.

Courrier international. 2018. Portrait. Jair Bolsonaro, le Trump brésilien qui rêve d’être président | Courrier international. [ONLINE] Available at: https://www.courrierinternational.com/article/portrait-jair-bolsonaro-le-trump-bresilien-qui-reve-detre-president.

Le Telegramme. 2018. Bolsonaro. Les réactions dans le monde à l’élection au Brésil – Monde – LeTelegramme.fr. [ONLINE] Available at: https://www.letelegramme.fr/monde/bolsonaro-les-reactions-dans-le-monde-a-l-election-au-bresil-29-10-2018-12119713.php.

Zone Bourse. 2018. Ibovespa : Analyse technique Ibovespa | IBOV | BRIBOVINDM18 | Zone bourse. [ONLINE] Available at: https://www.zonebourse.com/IBOVESPA-7656/graphiques/.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s