Black, muslims and LGBT candidates at the Congress : Trump’s worst nightmare comes true

Author : Antoine Mika         Translator : Ny Aina Ramangasalama

Lire la version française 

Langue originale : Français

mid term 1

This last 6th of November were the US mid-terms. These elections take place every two years, in order to renew 1/3 of the senate and the whole house of representatives: 435 seats. Generally, these elections don’t draw the US citizens. However, they are crucial, because this can create a cohabitation in order to tide the government hands which could complicate the implementation of his program.

And this year, these elections knew the highest participation rate since the 60’s, with more than 113 millions of US citizens, 48,5%.

If it is possible to qualify this participation rate as a “record”, it is not surprising. Remember this 8th of November 2016, Trump’s victory, a frontal unorthodox battle between two sides of a country, split into two, surrounded by hate and anger. After a long dispute, a large majority of the citizens believed that Trump will make concessions and bridge the gap, but in reality, Trump Administration never wanted to make theses concessions, never did until now. Rather, they have cultivated this strong anger feeling, regardless their public image. Why would they?

It is as simple as it looks like, that the Republican side and the Trump administration have campaigned, all together, hand in hand, about classic subjects like immigration, guns, identity or borders, with this idea: “Voting for Republicans, is like voting for Trump !”. In the contrary, the Democrat side has decided to run for medical healthcare which is about to be deleted by Trump. Theses elections have become a binary choice : for or against Trump ? And as the americans do well, the medias and famous people took position all along the elections to influence people on social medias (Kany West, Beyoncé, Di Caprio, De Niro …)

After months of campaign, hardly by both sides, the result could not have been more expected this night of 6th of November, which constituted the catharsis of this passionate campaign. This time, polling agencies were right, democrats was taking back the house of representatives, while the republicans retained the Senate. Before knowing if these elections and the cohabitation could change the policy implemented for two years, we can say that these mid-terms elections have a symbolic.

In fact, this year, was quiet special with the first two Muslim women elected at the Congres (Ilhan Omar and Rashida Tlaib), the first Amerindian elected (Sharice Davids), the first youngest woman ever elected (Alexandria Ocasio Cortez, 29 years old), the first black woman representing the Massachussets (Ayanna Pressley), and it’s not all. This ballot will go down in history, under the sign of diversity. A variety of unique candidates in the history of USA which illustrates on one side by a diminution of the number of white man candidates (58%), and on the other hand by an increase of the minority candidate rate. Then 272 of the 964 candidates were women, 216 from ethnic minorities (black, Asian, Spanish, Amerindians) and finally 26 were openly from the LGBT community. We can easily connect this historical undertaking minorities in politics with the provocations of the Trump administration. A huge majority of the new candidates from minorities, democrats, are openly against Trump. 

                               mid term 2    D.Trump claiming a « huge victory ».

mid term 3

Ilhan Omar’s tears after victory, first Muslim woman and first refuge at the Congress.

If the last 6th of November represented a symbolic change, will it be really crucial above American policies for the next two years, and influence the main ideas of Trump ? We do have to mention that  if Trump didn’t win a large victory as he said, we hasn’t been submerged by a “blue wave”. By strengthening the position of republicans at the Senate and by limiting the victory of democrats at the House of representatives, Trump’s side did better than his predecessors. However, this strength rebalancing will force Trump to show himself more cooperative et will have to gather more than separate. Concretely, democrats are in position to vote the state budget, and investigate on government moves. Now, democrats have a clear habilitation to do harm.

Because of the political life have strong impacts on geopolitics and global economy, the entire world had the eyes turned to USA this 6th November night. A lot were on the side of USA, expecting the repudiate of D.Trump and his policy, but this wasn’t. Do we have to expect changes in the USA foreign policy ? It seems to be that mid-terms consequences on USA international strategy are limited. Obviously, the action of the country on the diplomatic arena is more the responsibility of the Senate (appointment of ambassadors, approval of international treaties) than the house of representatives. Nevertheless, this last, votes le budget allocated to the defense and can directly act on some American defense improvements. We can also expect that democrats could create investigation commissions in order to review the controversial agreements between Trump’s side and outside powers. More specifically, it could be about investigate one more time on the influence of Russia on 2016 USA elections. About the geopolitical aspect, a house of representatives mainly composed with democrats would be require the end of USA’s help to Saudi Arabia in the Yemen war, also supplied with US guns.  We also expect from democrats to highlight human rights violation in the world and ask for strong penalties and sanctions against tyrannical states as Myanmar one for example. But it is mostly about migration and climate issues that we expect from democrats a strong move. For this first question, democrats should revendicate themselves against the construction of a wall at the Mexican border, against family separations, for “dreamers” protection (juvenile illegal immigrants) and the stay of DACA, and finally against the prohibition of stranger entries for countries national. With a high right of candidates from minorities, also Hispanics, we can expect for a house of representatives willing to normalize relationships with South America countries and re-engage discussion and cooperation.

Beyond these controversial points, this would have not main changes in the US foreign policy. In effect, there is a strong consensus on the other issues. About commercial wars with China for example, number of democrats agreed with Trump administration policy and wish to extend retaliatory measures. About Europe, we don’t have to expect a diminution of car import tariffs, or about agricultural products, or everything which harm directly the American economy. And finally, there should be no have a step back about new sanctions against Iran, both sides convinced that the country is playing a double game in order to cheat on the international opinion.

Then, the 6th of November elections are offering us the panorama of a more than ever divided America. The short victory of the Democrats against a unified Trump side, give us an additional clue, that 2016 USA elections weren’t an accident. The house of representatives is now Democrat, should fight against Trump administration about internal politic subjects. Firstly, because its influence on the foreign policy is staying limited, even if it has the power to investigate and control the budget. Then because the fracture between the two American sides is less visible than when it is about the world, and about the fact that nothing should compromise USA interests. “America first” isn’t a new doctrine. Since it was mentioned in the Georges Washting testament, she has become one of the American pillar identity.

 

 

 

Noirs, Musulmans, LGBT au Congrès : les pires cauchemars de Trump se réalisent !

Le 6 novembre dernier se sont tenues les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Ces élections ont lieu tous les deux ans et permettent de renouveler 1/3 du Sénat et la totalité de la Chambres des Représentants soit 435 sièges. Généralement ces élections ne passionnent pas les américains et ne mobilisent pas les foules. Pourtant ce scrutin est d’une importance capitale, il peut ainsi imposer au président une cohabitation difficile l’empêchant d’appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt. Cependant, cette année les élections de mi-mandat ont suscité un engouement sans précédent depuis les années 60. Ce sont ainsi plus de 113 millions d’américains qui se sont rendus aux urnes le 6 novembre 2018, soit un taux de participation de 48,5% des électeurs, ce qui surpasse celui de l’année dernière de 12 points.

Si on peut qualifier cette participation de record, elle n’est pas pour autant surprenante. Souvenons-nous de ce 8 novembre 2016 qui consacra la victoire de Donald Trump. A l’époque, au-delà de la stupéfaction, de la consternation ou de la joie nous pouvions clairement voir deux Amériques se faire face, le visage déformé par une haine réciproque. Passé les premiers temps de cet état de choc généralisé à tout le pays, beaucoup avait pensé ou espéré que le président Trump tenterait de combler le fossé. Cependant la réalité est là, l’administration Trump n’a jamais eu l’intention de faire des concessions et elle n’en a faite aucune au cours de ses deux premières années de pouvoir. Elle a au contraire cultivé les différences qui séparent et n’a jamais cherché à tempérer son image. Pourquoi l’aurait-elle fait d’ailleurs ? Le noyau dur de l’électorat pro-Trump lui est plus fidèle que jamais, pourquoi dès lors prendre le risque de le décevoir ?

C’est donc tout naturellement que le camp républicain et l’administration Trump ont fait campagne main dans la main sur des sujets chers à son électorat tels que l’immigration, les armes, l’identité ou encore les frontières. Trump, comme a son habitude a personnifié cette campagne et en a fait un plébiscite présidentiel : « voter pour un républicain c’est voter pour Trump !». Les démocrates quant à eux ont pris l’exact contre-pied de la campagne républicaine soutenant un élargissement de la protection médicale que Trump s’est juré de démanteler et réclamant une « humanisation de la politique migratoire ». Les élections de mi-mandat se sont donc, au fil des mois, muées en un vote simple et binaire : pour ou contre Trump. Les médias traditionnels ont très largement relayé les deux campagnes avec plus ou moins d’impartialité et même les célébrités s’y sont mêlés (Kanye West, Beyoncé, Leonardo Dicaprio, Robert De Niro…) sur les réseaux sociaux. C’est finalement toute la machine médiatique américaine qui s’est emballée, galvanisant au passage l’Amérique entière.

Après des mois de campagne menée avec acharnement des deux côtés. L’annonce des résultats le soir du 6 novembre a constitué la catharsis de cette campagne passionnée. Cette fois les instituts de sondage ne s’étaient pas trompés, les démocrates ont repris la Chambre des Représentants tandis que les Républicains conservent le Sénat. Avant de savoir si ces élections et la cohabitation qui en découle peuvent changer la politique menée depuis deux ans, nous pouvons déjà affirmer que ces élections de mi-mandat sont un véritable symbole de changement. En effet, cette année les grandes premières se sont multipliées avec notamment les deux premières musulmanes élues au Congrès (Ilhan Omar et Rashida Tlaib), la première amérindienne élue (Sharice Davids), la plus jeune femme jamais élue (Alexandria Ocasio Cortez, 29 ans), la première femme noire à représenter le Massachussets (Ayanna Pressley) et la liste est encore longue. Ce scrutin restera donc dans les annales sous le signe de la diversité. Une diversité des candidats sans équivalent dans l’histoire des Etats-Unis qui s’illustre d’un côté par une diminution du nombre d’hommes candidats blancs (58%) et de l’autre côté par une nette augmentation du nombre de candidats issus des minorités. Ainsi 272 des 964 candidats étaient des femmes, 216 étaient issues des minorités ethniques (noire, asiatique, hispanique, amérindienne…) et enfin 26 étaient ouvertement membre de la communauté LGBT. On peut sans prendre de risque relier cet engagement inédit des minorités en politique aux provocations et au conservatisme de l’administration Trump. L’immense majorité des nouveaux candidats issus des minorités étant dans le camp démocrate et donc ouvertement anti-Trump.

             

mid term 2

 Donald Trump revendique « une immense victoire ».

 

mid term 3

Les larmes de la victoire pour Ilhan Omar, première femme musulmane et première réfugiée (Somalie) au Congrès.

Si le 6 novembre dernier a constitué un tournant symbolique, sera-t-il réellement décisif sur la politique américaine des deux prochaines années et permettra-t-il d’infléchir la ligne directrice de Trump ? Il convient tout d’abord de rappeler que si Trump n’a pas remporté « un immense succès » comme il l’a dit lui-même, il n’a pas pour autant était submergé par « une vague bleue ». En renforçant la position des républicains au Sénat et en limitant la victoire démocrate à la Chambre des Représentants, le camps Trump fait mieux que ces prédécesseurs. Cependant, le rééquilibrage des forces obligera Trump à se montrer plus coopératif et il devra rassembler davantage s’il ne veut pas être un pantin jusqu’en 2020. Concrètement, les démocrates ont à présent la capacité de voter le budget de l’Etat et ils se rendent également maître des commissions parlementaires chargées d’enquêter sur les actes des hommes du pouvoir exécutif. Nous l’aurons compris, les démocrates disposent à présent d’un véritable pouvoir de nuisance.

Parce que la vie politique américaine a des répercussions immédiates sur la géopolitique et l’économie mondiale, le monde entier avait les yeux tournés vers les Etats Unis en ce soir du 6 novembre.  Nombreux étaient les alliés des Etats-Unis à espérer une répudiation de Donald Trump et de sa politique, mais il n’en fut rien. Doit-on cependant s’attendre à des changements dans la politique étrangère américaine ? Il semble au premier abord que les conséquences des élections de mi-mandat sur la stratégie internationale des Etats-Unis soient relativement limitées. En effet, l’action des Etats-Unis sur la scène diplomatique internationale est davantage du ressort du Sénat (nomination des ambassadeurs, approbation des traités internationaux) que de celui de la Chambre des Représentants. Toutefois, cette dernière vote le budget alloué à la défense et peut ainsi agir directement sur les perspectives d’évolution de la défense américaine. Nous pouvons également s’attendre à ce que les démocrates créent des commissions d’enquête afin d’examiner les arrangements plus ou moins opaques entre le clan Trump et des puissances étrangères. Plus précisément il s’agirait entre autres d’enquêter à nouveau sur les ingérences de la Russie dans les élections américaines de 2016, les possibles accointements avec certains pays du Golfe et en particulier l’Arabie Saoudite. Toujours sur un plan géopolitique, une Chambre des Représentants majoritairement démocrate pourrait exiger l’arrêt du soutien américain à l’Arabie Saoudite dans la guerre au Yémen et stopper les ventes d’armes à destination de la coalition emmenée par l’Arabie Saoudite. Nous attendons aussi des démocrates qu’ils attirent l’attention sur les violations des droits de l’Homme dans le monde et demandent des sanctions fortes à l’encontre des régimes tyranniques comme celui de Myanmar par exemple. Mais c’est surtout sur les questions migratoires et climatiques qu’on attend le plus d’opposition de la part des démocrates.  Pour cette première question les démocrates devraient se prononcer contre la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique, contre la séparation des familles, pour la protection des « dreamers » (immigrés clandestins mineurs) et le maintien du DACA et enfin contre les interdictions d’entrée sur le territoire pour les ressortissants de certains pays. Avec un nombre important de candidats issus des minorités et notamment de la minorité hispanique, on peut s’attendre à une Chambre des Représentants désireuse de normaliser les relations avec les pays d’Amérique du Sud et de renouer le dialogue et la coopération.

Au-delà de ces points de discorde, il ne devrait pas y avoir de changements significatifs dans la politique étrangère américaine. En effet il y a un consensus politique assez solide sur les autres sujets. En ce qui concerne par exemple la guerre commerciale avec la Chine, de nombreux démocrates sont d’accord avec la politique de l’administration Trump et souhaiteraient même étendre les mesures de rétorsion. Pour ce qui est de l’Europe, il ne faut pas espérer non plus un assouplissement des tarifs douaniers sur les importations de voitures ou de produits agricoles ou sur tout ce qui concurrence directement l’économie américaine. Et enfin, il ne devrait pas y avoir de retour en arrière sur les nouvelles sanctions prises contre l’Iran, démocrates et républicains étant convaincus que le pays mène un double jeu pour tromper l’opinion internationale.

Ainsi les élections du 6 novembre nous offrent le panorama d’une Amérique plus divisée que jamais. La courte victoire des démocrates face à un camp Trump soudé nous donne une preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que les élections présidentielles de 2016 n’étaient pas un accident. La Chambre des Représentants désormais démocrate, devrait surtout s’opposer à l’administration Trump sur des sujets de politiques internes. Tout d’abord parce que son influence sur la politique étrangère reste limitée même si elle dispose du pouvoir d’investigation et du contrôle du budget. Ensuite parce que la fracture entre les deux Amériques est beaucoup moins visible lorsqu’il s’agit de politique étrangère. En effet les américains se retrouvent sur le rôle que doit jouer l’Amérique dans le monde (plus unilatéralisme que multilatéralisme) et sur le fait que rien ne doit compromettre les intérêts des Etats-Unis. « America first » n’est pas une doctrine nouvelle. Depuis qu’elle a été énoncé dans le testament de Georges Washington elle est devenue un des piliers de l’identité américaine.

 

REFERENCES

Andy J. Semotiuk. 2018. How Immigration Policy Might Decide The Election. [ONLINE] Available at: https://www.forbes.com/sites/andyjsemotiuk/2018/11/04/how-immigration-policy-might-decide-the-election/#3bbe7a7021c6.

eu.usatoday.com. 2018. No page title. [ONLINE] Available at: https://eu.usatoday.com/story/news/politics/elections/2018/10/29/midterm-elections-2018-donald-trump-readies-final-campaign-push/1806144002/.

Institut Montaigne. 2018. Elections américaines à mi-mandat – quel impact sur la politique étrangère américaine ? | Institut Montaigne. [ONLINE] Available at: https://www.institutmontaigne.org/blog/elections-americaines-mi-mandat-quel-impact-sur-la-politique-etrangere-americaine.

K.K. Rebecca Lai. 2018. The Faces of Change in the Midterm Elections – The New York Times. [ONLINE] Available at: https://www.nytimes.com/interactive/2018/10/31/us/politics/midterm-election-candidates-diversity.html.

lesechos.fr. 2018. Midterms : de grandes premières pour les minorités. [ONLINE] Available at: https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0600102171874-midterms-de-grandes-premieres-pour-les-minorites-2219724.php.

Washington Post. 2018. – The Washington Post. [ONLINE] Available at: https://www.washingtonpost.com/politics/on-eve-of-midterm-elections-democrats-republicans-make-their-final-pitch/2018/11/05/ac84d86c-e0ff-11e8-b759-3d88a5ce9e19_story.html?utm_term=.520707b5f3fe.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s