China: A Great Leap in the Wrong Direction

Author :   Eléa Fantini           Translator : Ryan Campbell

Lire la version française

In July 2017, imprisoned Nobel Peace Prize winner Liu Xiaobo died due to complications from liver cancer. Xiaobo was a political dissident critical of the Communist regime in China. His death drew worldwide attention to Beijing’s growing disregard for individual liberties. The Communist regime’s repression of political opponents has been on the rise since Xi Jinping came to power in November 2012. In November of this year, China was assessed by the Universal Periodic Review (UPR): a tool used by the United Nations Human Rights Council (UNHRC) to examine countries’ human rights records and address possible violations. Unsurprisingly, the UPR noted a deteriorating state of human rights in China on several fronts.

On March 11, 2018, a vote by the National People’s Congress gave Xi the right to remain as President for life. The lack of indignation roused by the vote may be a death blow to democratic forces in China. Some already speak of the President as the “new Mao”. But even prior to the vote, individual freedoms were being curtailed in the name of security. The development of facial recognition in China is such that the market should be multiplied by a factor of five by 2021. In addition, a target of 600 million surveillance cameras equipped with artificial intelligence has been announced by the regime. All these devices have one goal: to control the population by introducing a note to every citizen. Each inhabitant will be given a note according to their ability to repay a loan, their performance at work, the content they searches for or the things they share on the internet. As early as 2018, some citizens might be refused from purchasing train or plane tickets, for a period of one year, in the event of a “social score” that is too low. In the future, the social score could also have an impact on access to a loan or to certain professions. The project is set to come into effect all over China by 2020, though pilot projects are already in effect in some regions of China. A noteworthy pilot region for the project is Xinjiang. In the Xinjiang region, biometric data has been collected on the majority of the population to complete the scoring system, incorporating as much personal information as possible. Where China goes even further, it is in its desire to add as a criterion of notation the entourage of the citizen. If a person is friends with someone with a low social score, it will negatively affect their own rating.

Despite the importance and potential gravity of the establishment of such a system, what has most caught the attention of foreign leaders and representatives of the UN is the existence of internment camps for Muslims the Uighur and Kazakh populations, particularly in the Uighur autonomous region in the Xinjiang region. The regime is using the fear engendered by the latest wave of deadly attacks in the region to justify the creation of these centres. The most recent attacks have been perpetrated by people belonging to the Uighur people, half of whose population is Muslim. During the first accusations, China initially denied the establishment of such camps but in October 2018, satellite images proved otherwise. The government then spoke of ” educational centres ” for Muslims who have had extremist tendencies with ”professional training ”, as well as Chinese classes to ” better integrate them into society ”. However, testimonies from former detainees have been publicized with repeat mentions of torture and imprisonment by state authorities. Some Uighurs have accused Beijing of brainwashing, forcing Uighurs to abandon their religious identity and culture for Party ideology.  Violent practices by state authorities were partially confirmed when an investigation revealed the purchase of batons, handcuffs and tear gas. The reasons for detention may be numerous following a March 2017 law passed by the Xinjiang Regional Government. Wearing a long beard, a veil, or even abstaining from drinking may be considered extremist practices that justify imprisonment. Quantified, the number of people who were a beard or veil in Xinjiang is estimated at one people. 24 million Muslim Uighurs have found themselves in a precarious situation, where observing their daily practices may cost them their freedom. Uighurs may be the first targets of these measures, but who is to say that other religious of ethnic minorities will not also lose their freedom of worship in the near future?

At the UN hearing on November 6, China, represented by Deputy Foreign Minister Yucheng, argued that “each country can choose its own development path and its model of protecting human rights ”. In doing so, the country seems to reject the idea of ​​having a universal human development model. But in general, the situation calls for international awareness. For Patrick Poon, Amnesty International’s China expert, ” the Human Rights Council must make it clear to the Chinese authorities that their campaign of systematic crackdown in the Xinjiang Uigur Autonomous Region, including arbitrarily detaining near ‘one million people, must stop’. This situation also questions how a state can easily pass laws that are reducing freedoms. With a population of more than 1.3 billion people, a people’s uprising would have a huge impact and yet, even if the law seems contrary to its interest, no struggle movement has been created. This may be explained by the regime creating a climate of fear by taking advantage of the current conflicts. Terrorism, tensions between neighboring countries, slower economic growth, all these elements fueled the feeling of insecurity of the population through propaganda campaigns and misinformation. In this context, there is a tendency to prioritize security over liberty, which makes it possible to better understand the introduction of this type of law.

Restrictions on freedoms in China raise many issues and questions. China is not the only country where the population prefers to see its restricted freedoms in favor of security: in a poll conducted in France in March 2018, 75% of the French declared that they agreed to an increase in controls and a restriction of their freedoms. It is on this same idea that we can explain the rise of populist and / or extremist parties. We realize that whatever the country – be it the Philippines, the United States, or Brazil- the populists promise a return of security by eliminating the groups that they identified as a threat.

 

Chine : un ‘’bond en arrière’’ pour les libertés ?

Juillet 2017 : le prix Nobel de la paix Liu Xiaobo meurt en prison d’un cancer du foie. Ce dissident de la politique chinoise actuelle est devenu un symbole de la répression des droits et des libertés en Chine. Depuis l’arrivée au pouvoir de XI Jinping en 2012 la politique de répression des opposants s’est durcie, et il en résulte un système de surveillance de plus en plus sophistiqué. Le 6 novembre, la Chine a du se présenter pour un Examen périodique universel (EPU) : il s’agit pour un pays de rendre un dossier concernant l’évolution des droits des hommes en son sein, ainsi que les éventuelles violations. Cette audience a une fois de plus rendue compte de la dégradation des droits de l’Homme en Chine, et ce sur plusieurs points.

Le 11 mars 2018, un vote de l’assemblée donne à Xi Jinping le droit de rester président à vie. Cela remet en cause la notion déjà bancale de démocratie en Chine, mais laisse surtout présager des dérives de la part du gouvernement chinois. Certains parlent déjà du président comme du ‘’nouveau Mao’’. Mais avant même ce vote, les libertés ont été réduites pour la population au nom de la sécurité. Le développement de la reconnaissance faciale en Chine est tel que le marché devrait être multiplié par cinq d’ici 2021. De plus, un objectif de 600 millions de caméras de surveillances dotées d’intelligence artificielle a été annoncé par le gouvernement. Tous ces dispositifs ont un seul but : parvenir à contrôler l’importante population chinoise en instaurant une note à chaque citoyen. Grâce à la technologie, chaque habitant se verra attribuer une note en fonction de sa capacité à rembourser un prêt, de ses performances au travail, ou encore du contenu qu’il recherche ou partage sur internet.  Si le projet complet est prévu pour 2020, ce système de notation existe déjà dans certaines régions, celle du Xinjiang notamment. Dès 2018, certains citoyens pourraient se voir refuser l’accès à des billets de train ou d’avion pour une période d’un an en cas de ‘’note sociale’’ trop faible. A l’avenir, la note sociale pourrait aussi avoir un impact sur l’accès à un prêt ou bien à certaines professions. Dans la région du Xinjiang, les données biométriques ont été récoltées sur la plus grande partie de la population pour parfaire le système de notation, en y intégrant le plus d’informations personnelles possible. Là où la Chine va encore plus loin, c’est dans son souhait d’ajouter comme critère de notation l’entourage du citoyen. Si une personne est amie avec quelqu’un qui a une note sociale faible, cela affectera négativement sa propre note.

Malgré l’importance et la potentielle gravité de la mise en place d’un tel système, ce qui a le plus retenu l’attention des dirigeants étrangers et des représentants de l’ONU est l’existence de camps d’internement pour les musulmans des populations Ouïgours et Kazakhes notamment dans la partie autonome ouïgour dans la région du Xinjiang. Le régime utilise la peur engendrée par les dernière vague d’attentats meurtriers dans la région pour justifier la création de ces centres. Les attentats les plus récents ont en effet été perpétrés par des personnes appartenant au peuple Ouïgours, et dont la moitié de la population est musulmane. Lors des premières accusations, la Chine avait d’abord nié la mise en place de tels camps mais en octobre 2018, des images satellites ont prouvé le contraire. Le gouvernement a alors parlé de ‘’centres éducatifs’’ pour les musulmans qui ont eu des tendances extrémistes avec ‘’des formations professionnelles’’, ainsi que des cours de chinois afin de ‘’mieux les intégrer dans la société’’. Cependant, d’anciens détenus ont été entendus et leur discours montre un quotidien moins positif, avec la pratique récurrente de la torture et de l’emprisonnement. Certains disent avoir subi un lavage de cerveau en les forçant à renoncer à leurs identités religieuses, à dénigrer leur culture au profit de l’idéologie du Parti. Ces pratiques violentes ont été en partie confirmées quand une enquête a révélé l’achat de matraques, de menottes et de gaz lacrymogènes.  Les motifs de détentions peuvent être nombreux suite à une loi de mars 2017 adoptée par le gouvernement régional du Xinjiang. Le fait de porter une barbe longue, de porte le voile, ou bien de s’abstenir de voire de l’alcool peuvent en effet être considérées comme des pratiques extrémistes qui justifient un emprisonnement. Cela représenterait aujourd’hui près d’un million de personnes, et les 24 millions de musulmans de la population Ouïgours sont dans une situation précaire où leur culte peut leur coûter leur liberté.  Si les musulmans sont les premières cibles de ces mesures, les autres minorités religieuses risquent également de perdre leur liberté de culte dans les mois ou années à venir.

Lors de l’audience face à l’ONU le 6 novembre, la Chine, représenté par le ministre-adjoint des affaires étrangères Le Yucheng, a argumenté en affirmant que ‘’chaque pays peut choisir sa propre voie de développement et son modèle de protection des droits humains’’. Ce faisant, le pays semble rejeter l’idée d’avoir un modèle de développement humain universel. Mais d’une manière générale, la situation appelle à la prise de conscience internationale. Pour le spécialiste de la Chine à Amnesty International Patrick Poon, ‘’le Conseil des droits de l’homme doit faire clairement comprendre aux autorités chinoises que leur campagne de répression systématique dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, consistant notamment à détenir arbitrairement près d’un million de personnes, doit cesser’’. Cette situation interroge également sur la manière dont un Etat peut facilement faire passer des lois qui sont réductrices des libertés. Avec une population de plus d’un milliard trois cents millions de personnes, une révolte du peuple aurait un impact énorme et pourtant, même si la loi semble contraire à son intérêt, aucun mouvement de lutte n’a été créé. Cela peut tout simplement s’expliquer par le fait que le gouvernement instaure un climat de peur en profitant des conflits actuels. Le terrorisme, les tensions entre les pays voisins, le fait que la croissance ne soit plus aussi importante par rapport aux dernières années, toutes ces éléments ont alimenté le sentiment d’insécurité de la population par le biais de campagnes de propagande et de désinformation. Dans ce contexte, il y a une tendance à faire prévaloir la sécurité à la liberté, ce qui permet de mieux comprendre la mise en place de ce type de lois.

Ainsi, ces restrictions des libertés en Chine soulèvent beaucoup d’enjeux et de questions. Mais au-delà de la situation des droits de l’Homme dans ce pays, c’est le côté passif de la population qui interroge. Pourtant, la Chine n’est pas le seul pays où la population préfère voir ses libertés restreintes au profit de la sécurité : dans un sondage réalisé en France en mars 2018, 75% des Français déclaraient accepter une augmentation des contrôles et une restriction de leurs libertés. C’est sur cette même idée que l’on peut expliquer la monté des partis populistes et/ou extrémiste. On se rend en effet compte que quel que soit le pays -Philippine, Etats-Unis, ou plus récemment le Brésil- les représentants populistes promettaient en priorité un retour de la sécurité en éliminant les groupes qu’ils identifiaient comme étant une menace.

 

References

Amnesty International. 2018. Le Conseil des droits de l’homme doit exiger des réponses de la Chine sur les camps d’internement en masse au Xinjiang | Amnesty International. [ONLINE] Available at: https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2018/11/un-human-rights-council-demand-answers-china-xinjiang-mass-internment-camps/.

BFMTV. 2018. La Chine interrogée à l’ONU sur son programme d’internement de musulmans. [ONLINE] Available at: https://www.bfmtv.com/international/la-chine-interrogee-a-l-onu-sur-son-programme-d-internement-de-musulmans-1560345.html.

FIGARO. 2018. La Chine commence déjà à mettre en place son système de notation des citoyens prévu pour 2020. [ONLINE] Available at: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/12/27/32001-20171227ARTFIG00197-la-chine-met-en-place-un-systeme-de-notation-de-ses-citoyens-pour-2020.php.

FIGARO. 2018. L’Occident demande à la Chine de fermer ses camps d’internement pour musulmans. [ONLINE] Available at: http://www.lefigaro.fr/international/2018/11/07/01003-20181107ARTFIG00077-l-occident-demande-a-la-chine-de-fermer-ses-camps-d-internement-pour-musulmans.php.

La-Croix.com. 2018. Les droits de l’Homme en Chine, sujet d’examen à l’ONU – La Croix. [ONLINE] Available at: https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/droits-lHomme-Chine-sujet-dexamen-lONU-2018-11-06-1200981236.

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s