The future of the European Union at the Hungarian time

Lire la version française

Author and translator:  Guillaume Lang

On June 26, 2016, the Brexit referendum is approved by the English population to 51.89% of favorable votes. This decision could have sounded the death knell of the European Union by condemning the leaders of the 27 to accept the nationalist demands of their populations and to orient their foreign policies in this direction. Thus, fears of “Czechxit” and “Nexit”, respectively for the Czech Republic and for the Netherlands, appeared.

However for a time it was’nt the case, the union appeared strong during the negotiations which ensued, the cohesion between the rest of the member countries increased strongly and one attended the four corners of the union has a fragile rise of the feeling belonging to Europe. However, this quickly ended, the migratory crisis in progress for several years as a result of the arrival of right-wing leaders in power in several countries, including Italy, gateway of migrants within the union, which calls into question previously agreed agreements within the union. But this last act is only the logical result of a badly adapted and divisive European policy for the populations of the 27, and no questioning is foreseen with the sanction of Viktor Orban by the European Parliament after the activation of Article 7. More than just a sanction, this decision is representative of the current and future policy of the union. The European Union was initially created to bring the Europeans together under the same banner, to allow post-war Europe to rebuild and impose on the two blocks of the time a third major power. From a defensive pact to an economic alliance, the European Union has evolved with the times by increasing cooperation and removing economic barriers within the alliance. Ultimately, the stated goal was to create a sufficiently united power to be able to display similar geopolitical objectives and thus to count the path of Europe in this multipolar world.

However, in order to speed up this process, the various policies put in place aimed to standardize the populations of the EU by gradually erasing the cultures and different identities of each. In doing so, these policies have had a mixed result. Thus, if today can actually consider that the whole union has adopted a Western way of life, the negative consequences are numerous. Indeed, by trying to protect the population of the EU from the fears of the population in relation to external threats while seeking to create uniformity on the scale the EU has become a synonym for weakness for a large segment of the population, bringing Eurosceptic leaders to power in a large number of countries.

 However, although the way of doing things was not adapted, the primary objective of the union was and remains important. Indeed, European countries as such are no longer adapted to today’s globalization. A country like Slovenia does not have economic or military arguments against a big power like China or the United States. The same is true of France, which, with its 65 million inhabitants, can no longer do much against a decision taken unilaterally by the Americans. One can for example look at the Iranian market, very fruitful for many French companies, which was closed by a decree of Trump to which France could not oppose. The only answer came from Europe, which tightened ranks in order to preserve their advantages, and even united behind such an objective, they failed. It is the same for the economic war that is currently being prepared, the answers did not come from European countries individually but from the Union, the only power capable of responding economically in contrast to China. In this multipolar world, the slogan “what is small is cute” is not relevant, our European countries today are not relevant to the evolution of the world today. The only way now for Europe to become a major power again is to federate the Union to prevent its decline, preserve its culture and develop its soft power to counter the growing power of developing countries. as well as that of the United States. Of course this implies a loss of identity proper to each country, however, these national identities would become regional identities as are Breton identity or Corsican today, but overall it would allow the creation of a real European identity and bring Europe back to the current economic, political and military scene. Moreover, the privileged relations that European countries maintain with their former African colonies would allow this newly created union to secure an important area of ​​influence to counterbalance American and Chinese imperialist policies.

Thus, if the motivations guiding the European policies put in place are good, the way of doing things was not the right one. By brutally rejecting the national identities of each country, the Union found itself alienated by a large part of its population. Instead of protecting, she finds herself stuck and becomes irrelevant. To avoid fragmentation, the union must be proud of the common heritage of all the constituent countries and must allow and promote the creation of a true European identity. It must stop punishing countries by creating favoritism within the union as with Greece or Hungary, it must stop being seen as a supranational identity breaking but rather as the legitimate government of the Union . But for the union to be truly relevant, it must regain power at the international level. This requires a common armed force, a pragmatic diplomatic policy linked to objectives common to all the European countries, and then to those of the federation at the end of the process. However, this is not the only way to create a European federation, only the cheapest economically and humanly speaking.

 

L’avenir de l’Union Européenne à l’heure hongroise

Auteur: Guillaume Lang

Le 26 juin 2016, le réferendum sur le Brexit est approuvé par la population anglaise à 51,89% de voix favorables. Cette décision aurait pu sonner le glas de l’Union Européenne en condamnant les dirigeants des 27 à accepter les revendications nationalistes de leurs populations et à orienter leurs politiques étrangères dans ce sens. Ainsi, des craintes de « Czechxit » et de « Nexit », respectivement pour la République tchèque et pour les Pays-Bas, apparurent. Cependant pour un temps ce ne fut pas le cas, l’Union apparut forte lors des négociations qui s’ensuivirent, la cohésion entre le reste des pays membres augmenta fortement et nous assistions aux quatre coins de l’Union à une fragile montée du sentiment d’appartenance européen.

Néanmoins, cela pris rapidement fin. La crise migratoire en cours depuis plusieurs années eu comme conséquences l’arrivée de dirigeants d’extrême droite au pouvoir au sein de plusieurs pays, dont l’Italie. Il s’agit de la porte d’entrée des migrants au sein de l’Union, ce qui remis en cause les accords convenus au préalable au sein de l’Union. Mais ce dernier acte n’est que le résultat logique d’une politique européenne mal adaptée et clivante pour les populations des 27, et aucune remise en question n’est prévue avec la sanction de Viktor Orban par le Parlement Européen après l’activation de l’article 7. Plus qu’une simple sanction, cette décision est représentative de la politique actuelle et à venir de l’Union.

L’Union Européenne a été initialement créée afin de rassembler les européens sous une même bannière, pour permettre à l’Europe d’après-guerre de se reconstruire et imposer aux deux blocs d’alors une troisième puissance majeure. De pacte défensif à alliance économique, l’Union Européenne a évolué avec son temps en augmentant la coopération et en supprimant les barrières économiques au sein de l’alliance. À terme, l’objectif affiché était de créer une puissance suffisamment unie pour pouvoir afficher des objectifs géopolitiques semblables et ainsi faire compter la voie de l’Europe dans ce monde multipolaire.

Cependant, afin d’accélérer ce processus, les différentes politiques mises en place ont eu pour but d’uniformiser les populations de l’UE en effaçant progressivement les cultures et différentes identités propres à chacune. Ce faisant, ces politiques ont eu un résultat mitigé. Ainsi, si aujourd’hui nous pouvons, effectivement, considérer que l’ensemble de l’Union a adopté un mode de vie occidental, les conséquences négatives sont nombreuses. En effet, en faillant à protéger la population de l’UE des craintes par rapport aux menaces extérieures tout en cherchant à créer un uniformisme à l’échelle européenne, l’UE est devenue un synonyme de faiblesse pour une forte frange de la population, amenant ainsi des leaders eurosceptiques au pouvoir dans un grand nombre de pays.

Néanmoins, bien que la façon de faire ne fut pas adaptée, l’objectif premier de l’Union fut et reste important. En effet, les pays européens en tant que tels ne sont plus adaptés à la mondialisation actuelle. Un pays comme la Slovénie ne dispose pas d’arguments économiques ou militaires contre une grande puissance comme la Chine ou les Etats-Unis. Il en est de même pour la France qui, du haut de ses 65 millions d’habitants, ne peut plus grand-chose contre une décision prise unilatéralement par les américains. Nous pouvons par exemple regarder le marché Iranien, très fructueux pour nombres d’entreprise française, qui fut fermé par un décret de Trump auxquels la France ne pu s’opposer. La seule réponse vint de l’Europe qui resserra les rangs afin de préserver leurs avantages, or même unis derrière un tel objectif, ils échouèrent. Il en est de même pour la guerre économique qui se prépare actuellement, les réponses ne vinrent pas des pays européens individuellement mais de l’Union, seule puissance a même de répondre économiquement a contrario de la Chine. Dans ce monde multipolaire, le slogan « ce qui est petit est mignon » n’est pas d’actualité. Nos pays européens, aujourd’hui, ne sont pas intéressants par rapport à l’évolution du monde actuel. Le seul moyen aujourd’hui pour l’Europe de redevenir une puissance majeure à nouveau c’est de fédéraliser l’Union afin d’empêcher son déclin, préserver sa culture et développer son soft power afin de contrer le pouvoir grandissants des pays en développements ainsi que celui des Etats-Unis. Bien entendu cela sous-entend une perte de l’identité propre liée à chaque pays, cependant ces identités nationales deviendrait ainsi des identités régionales comme le sont l’identité bretonne ou corse. Globalement, cela permettrait la création d’une véritable identité européenne et ferait revenir l’Europe sur la scène économique, politique et militaire actuelle. De plus, les relations privilégiées qu’entretiennent les pays européens avec leurs anciennes colonies africaines permettraient à cette union nouvellement créer de s’assurer une aire d’influence importante permettant de contrebalancer les politiques impérialistes américaines et chinoise.

Ainsi, si les motivations guidant les politiques européennes mises en place sont bonnes, la façon de faire n’était pas la bonne. En rejetant brutalement les identités nationales propre à chaque pays, l’Union s’est retrouvé aliéner par une importante partie de sa population. Au lieu de protéger, elle se retrouve bloquée et devient sans importance. Pour éviter l’éclatement, l’Union doit se montrer fière de l’héritage commun à tous les pays la constituant et doit permettre et favoriser la création d’une véritable identité européenne. Elle doit cesser de punir les pays en créant un favoritisme au sein de l’Union comme avec la Grèce ou la Hongrie. Elle doit cesser d’être vue comme un organisme supranational briseur d’identité mais plutôt comme le gouvernement légitime de l’Union.  Mais pour que l’Union soit réellement pertinente, elle doit retrouver une puissance au niveau international. Cela passe par une force armée commune, une politique diplomatique pragmatique liés à des objectifs communs à tous les pays européens, puis a ceux de la fédération lors de la suite du processus. Cependant ce n’est pas l’unique moyen de créer une fédération européenne, uniquement la moins coûteuse économiquement et humainement parlant.

Sources

BBC News. 2018. EU parliament votes to punish Hungary over ‘breaches’ of core values – BBC News. [ONLINE] Available at: https://www.bbc.com/news/world-europe-45498514. [Accessed 03 October 2018].

Alice Scarsi. 2018. Theresa May speech: May RAGES at cynical second Brexit referendum calls | Politics | News | Express.co.uk. [ONLINE] Available at: https://www.express.co.uk/news/politics/1026220/theresa-may-brexit-conservative-party-conference-speech-second-referendum. [Accessed 03 October 2018].

Le Monde.fr. 2018. En carte : la progression des extrêmes droites en Europe. [ONLINE] Available at: https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/03/07/carte-comment-les-extremes-droites-progressent-en-europe_5267127_4355770.html. [Accessed 03 October 2018].

Photo : Brexit: scepticisme de l’UE après la présentation du livre blanc de Theresa May – International News. 2018. Brexit: le scepticisme de l’UE après la présentation du livre blanc de Theresa May – International News . [ONLINE] Disponible à l’ adresse suivante : http://tellerreport.com/news/–brexit–eu-skepticism-after-the-presentation-of-theresa-may-s-white-paper-.SyeqA2S7X.html . [Consulté le 3 octobre 2018].

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s