Russia surprise in the wake of the elections?

Lire la version française

Author: Donatien Bertaud. Translated by: Uriel N’Gbatongo

« Democracy is the worst form of government except for all the others » said Churchill. This is what Vladimir Putin understood for his march toward an absolute domination of the Russian political panorama.

Winning elections is a good thing. But winning elections without any risk of losing is even better.

putin

 

Vladimir Putin has ensured his victory during 2018 elections without allowing any mishap. Secret for good elections is quite simple. First, he made sure the opponents who can run are not a real threat but whose presence and political results could be a nuisance. Thus, Boris Nemtsov, former vice-president of the Russian government and political opponent, had been murdered in front of the Kremlin (which has up to now no links with his opposition to Mr. Putin). This is not the only way he had to prevent potential nuisance to run for president. Indeed, Alexey Navalny, a media opponent of Putin, had been arrested repeatedly for the organization of unauthorized protests which disturbed the public order. Because of his multiple condemnations and his « deceitful » allegations (more particularly within the frame of his documentary about the supposed wealth of Dimitri Medvedev who could have received bribes in form of real estate propriety), he was barred from running due to previous condemnations of embezzlement. Once any dangerous opponents, or potential sources of trouble have been eliminated, you still need to find other opponents to allow a democratic debate. The communist party kindly offers a candidate. He was surprisingly a millionaire. This candidate is Pavel Groudinine, whose wealth come from his strawberry culture. He is a less fierce opponent of Putin than Alexey Navalny. Concerning the far-right they supported, Vladimir Jrinovski. He is an historic figure of Russian elections due to its fifth appearance in the elections. He represents a right-wing antisystem party.  Nevertheless, he does not seem to be a real opponent.

If we take a look at Ksenia Sobtchak, analysts doubted of her sincerity because of her father’s links with the former mayor of St. Petersburg and V. Putin but she appeared to be, out of everyone expectation, a fierce opponent. Despite the doubts against her and her bad results, she left her print on the Russian political stage. At the announcement of her candidacy, some think-tanks for instance, the Russian section of the CSIS (Center for strategic and international studies), saw in her an opponent figure authorized by the Kremlin. One of the main parts of her campaign was education and the fight for the return of a real democracy in Russia. She did not hesitate to make harsh comments about Crimea, asserting that this territory was Ukrainian (while the date of the election was modified on purpose by V. Putin to coincide with the first anniversary of the Region’s independence). Furthermore, the candidate, who is a former reality TV star didn’t hesitate to go to the United States despite the accusations of collaboration with the enemy that were rising. She had been attacked over and over during the campaign by her opponents daring to claim that she was “a whore” on a national television program. But those internal conflicts didn’t manage to smear the image of V. Putin, who didn’t go low as to participate in public presidential debates.

As we are always told, V. Putin is extremely popular in Russia. A survey from the Levada center Russian survey institute, alleged in 2016 that Putin benefited from 83% of positive opinions from the population. Nevertheless, he doesn’t rely only on his popularity and wish to ascertain his victory by aiming goals set by himself and relayed to all public institutions. According to panelists of the CSIS, those goals were: 70% turn out and 70% of votes in favor of V. Putin. Even if the turn out wasn’t reached, the share of votes in favor of Putin was more than satisfactory. Suspicion of fraud still lingers. Indeed, a common practice in Russia is for the member of public administrations or people relying on state aids to be invited to vote for V. Putin. In order to prove it, they are asked to take a selfie of themselves with the ballot if they wish to keep those “advantages”. Even if a video surveillance system was installed in various circumscription in order to prevent fraud according to the campaign manager of Ms. Sobtchak, a fair number of videos of representing potential fraud acts were recorded. However, the state is unwilling to prosecute the accountable persons. As such, Putin succeed in obtaining a victory brilliant enough even if his new term was almost guaranteed by the weakness of the opposition.

A president whose stability at the head of the state is unshakable

putin2

 

“A strong president, a strong Russia.” With such a catch phrase the tone of the campaign was given. Putin aimed to demonstrate that he was the only one willing to put Russia on the foreground of the international stage. In addition, he didn’t fail to recall his last few years’ success to the Russian population all along the presidential race. First, he changed the date of the election to coincide with the first anniversary of the independence of Crimea by which he reaffirmed his position of protector of the ethnic Russian people. And he hit two birds with a single stone by showing is firm stance in front of the west and is capacity to be unyielding even facing economic sanctions. As it was insufficient two weeks before election day, the unveiling of new Russian weapon system capable of crossing the anti-missile protection of the continental US was a coup de maître, which allowed Putin to remind the Russian and the west that Russia was back. This was also a good way to divert attention from the subpar economic results of his last mandate. Indeed, even if Russia has known a shy return to growth in 2017, this growth didn’t manage to reach the prevision of the IMF. Moreover, the downfall of oil prices coupled with the fragility of the bank industry have led to a more important role of the state in the economy. The Russians have in fact mixed feelings toward the economic results of V. Putin. The survey of the Levada Center showed that only over 60% of the population was supporter of  Putin’s employment policy. Nevertheless, Putin is limiting all form of contestation against his power and his party. This can be seen with modifications of the mode of election in response to United Russia or its supporters facing electoral difficulties. A surprisingly low result for his party United Russia in 2011, led to the modification of the election process. The voting system has shifted from being a proportional one to a dual one with half being elected proportionally and the other half directly by the citizens. It allowed the member of United Russia to run under their own name in the regions where the support for the party was weak. The same thing is happening on a local scale, the election of the mayor of the largest cities in Russia has shifted from being a direct one to an indirect one. This has been the case for Ekaterinburg the 4th largest city in Russia in which the election process was modified a few days after the election of Putin. It was due to the fact that the candidate chosen by Putin lost during the last election. As of today, only a tenth of major cities in Russia are electing directly their mayor. Putin has reestablished the vertical of power and is putting is ally in each and every echelon of the political stage.

As a result, Kremlin’s strongman is nowadays more than ever the undeniable leader of the Russian Federation. However, he stated that in contrary to Xi Jinping, he was unwilling to modify the constitution and therefore will not stay in power at the end of his 4th or 5th mandate (if we count the one of Dmitri Medvedev). Is he willing to leave power, or will he resort to another figurehead? The question is still pending, the appearance of a potential successor might be the only hint of a response.

Sources

 

Russie, des résultats électoraux surprenants?

Auteur: Donatien Bertaud. 

« La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres. » affirmait Churchill.  Ce qu’a bien compris Vladimir Poutine en marche vers une domination absolue de la scène politique Russe.

Gagner les élections c’est bien. Gagner les élections sans aucun risque de les perdre c’est mieux.

putin

Vladimir Poutine a assuré sa victoire aux élections de 2018 de manière à ce qu’aucune bévue ne puisse survenir. Tout d’abord, il s’est assuré que ne pourraient participer les opposants qui sont loin d’être une menace mais dont la présence et les résultats pourraient être gênant. Ainsi, Boris Nemtsov, ancien vice-président du gouvernement Russe, opposant politique intégré dans le système, a été assassiné sur le pont en face du Kremlin ce qui, selon nombre d’analyste, serait lié à son opposition affirmée au régime de Mr Poutine. Bien que cela n’ait pu être prouvé explicitement, ce n’est pas la seule méthode dont dispose l’homme fort du Kremlin. Ainsi, il a su empêcher Alexey Navalny opposant médiatique de Vladimir Poutine de se présenter à l’élection. Cette figure de proue de l’opposition a été arrêté à maintes reprises pour l’organisation de manifestations non autorisées par les autorités générant des troubles à l’ordre public. En raison de ces multiples condamnations et de ces propos jugés « mensongers », notamment son documentaire exposant les supposées richesses de Dimitri Medvedev (qui aurait reçu des pots de vin sous forme notamment de propriétés immobilières dont la valeur totale se compterait en centaine de million d’euros), l’opposant n’a pu se présenter à la présidentielle. Ceci découle des peines auxquelles il a été condamné notamment 5 ans de camp de travail avec sursis en 2013 pour détournement de fonds. Néanmoins, une fois ces opposants « dangereux » ou potentielles sources de trouble éliminées, il est nécessaire de trouver d’autres figures d’opposition car une élection ne saurait être tenue sans débats et avec la présence d’un seul candidat. Dans la plus grande tradition russe depuis l’effondrement du mur, le parti communiste propose un candidat. Un candidat millionnaire, ce qui peut surprendre de la part du parti des prolétaires. Ce candidat, Pavel Groudinine, véritable révélation de la campagne a fait sa fortune dans la culture de fraise et est un opposant moins féroce à Vladimir Poutine qu’Alexey Navalny. L’extrême droite a quant à elle misé sur Vladimir Jirinovski représentant d’un parti anti-système. C’est « un vieux de la vieille » car c’est la cinquième fois qu’il se présente à l’élection. Il est plus un fantôme d’opposition qu’un opposant réel. De son côté, Ksenia Sobtchak, dont la majorité des analystes doutait de la sincérité en raison des liens de son père ancien, maire de St Petersburg, et de Vladimir Poutine, s’est trouvée être une figure d’opposition inattendue. Malgré les doutes à son encontre et son score bien plus faible que certains ne le présumaient, elle a marqué la scène politique Russe. A l’annonce de sa candidature certains « think tank » tel que la section Russie et Eurasie du CSIS (Center for strategic and International studies ) voyaient en elle une figure de l’opposition autorisée par le Kremlin. Elle a su se défaire de cette image en s’appuyant sur une plateforme de campagne reprenant des idées qui séduisent à l’ouest. En effet, l’un des thèmes essentiels de sa campagne était l’éducation et la lutte pour le retour à une réelle démocratie en Russie. Elle n’a pas hésité à tenir des propos qui ont déplu au gouvernement affirmant que la Crimée était Ukrainienne alors que la date de l’élection avait été modifié à dessein par Vladimir Poutine pour coïncider avec l’anniversaire de l’indépendance de la Région. De plus, la candidate ex-star de télé-réalité n’a pas tergiversé à se rendre aux Etats-Unis malgré les accusations de collaboration avec l’adversaire qui n’ont pas manqué de surgir. Elle a été malmenée lors de la campagne, ses opposants n’hésitant pas à la traiter de catin. Mais ces conflits internes n’ont su maculer l’image de Vladimir Poutine qui ne s’est pas aventuré à participer aux différents débats présidentiels.

Alors que l’on nous répète sans cesse que Vladimir Poutine est extrêmement populaire en Russie. En effet, un sondage du Levada center institut de sondage Russe en 2016 créditait Poutine plus de 83% d’opinion favorable dans la population Russe. Cependant, il ne se limite pas à cette popularité et souhaite assurer sa victoire selon des objectifs qu’il a lui-même fixés et qui seront relayés à l’ensemble des administrations. Selon les conférenciers du CSIS, les consignes étaient : 70% de participations et 70% des voix pour Poutine. Bien que la participation n’ait pas atteint le seuil requis la part des votes pour Poutine est plus que satisfaisante.

Des soupçons de fraude subsistent toujours. En effet, une pratique traditionnelle en Russie est pour les membres des administrations ou les personnes recevant des subsides de l’Etat d’être invités à voter Poutine et à se prendre en photo avec leur bulletin de vote s’ils souhaitent conserver leur traitement actuel. De plus, des caméras étaient installées dans certains bureaux de votes pour prévenir le bourrage d’urnes. Or, selon le directeur de campagne de Mme Sobtchak de nombreuses vidéos de tels actes ont été enregistrées mais l’Etat ne donnant pas suite, ces images ont une utilité limitée. Ainsi, Poutine assure une victoire digne de ce nom aux élections bien qu’il eut sans doute gagné sans cela du fait de la faiblesse de son opposition.

 

 Un président dont la stabilité au pouvoir ne saurait être remise en question

putin2

« Un président fort, une Russie forte. » Avec un slogan tel que celui-ci le ton est donné. Poutine a cherché à démontrer qu’il est le seul capable de faire de la Russie un acteur de premier plan sur la scène internationale. Il a d’ailleurs fait en sorte que sa campagne soit parsemée d’éléments rappelant ses grandes réussites de ces dernières années. Tout d’abord, il a décalé le jour de l’élection à la date d’anniversaire de l’indépendance de la Crimée rappelant sont rôle de protecteur de l’ensemble du peuple Russe surlignant la façon dont il a su faire face à l’occident sur cette question et reste aujourd’hui encore intransigeant malgré les sanctions économiques. De plus, la présentation un peu plus de deux semaines avant les élections des nouveaux systèmes d’armement Russes capable de se jouer des infrastructures anti-missiles américaines est venue rappeler que Poutine a permis à la Russie de retrouver ce rôle de grande puissance. C’est par la même occasion une bonne diversion pour masquer les résultats économiques en demi-teinte de son dernier mandat. En effet, malgré une reprise timorée de la croissance cette année (1,5% au lieu des 1,8% prévu par le FMI), la chute des cours du pétrole en 2015-2016 ainsi que la fragilité de certaines banques privées ont amené l’Etat à jouer un rôle plus important dans l’économie. Les Russes ne sont pas si satisfaits des résultats économiques de Poutine. La même étude du Levada center de 2016 accordait à la politique d’emploi de Poutine seulement 60% de soutien au sein de la population. Néanmoins, Poutine limite toutes contestations, à son égard ou à l’égard de son parti et à ceux qu’il soutient. Ceci peut notamment s’observer avec la modification des modes d’élection dès que Russie Uni, le parti de Poutine, ou encore les personnes soutenues par le président sont en perte de vitesse ou perdent les élections. Ainsi, suite à une diminution du soutien en faveur de son parti au législative de 2011, l’actuel Président a modifié le mode de scrutin pour passer d’un vote proportionnel à un système de vote mixte proportionnel dans les régions où le parti de Poutine se porte bien. Il reste nominal dans les régions où les candidats obtiennent de meilleurs résultats en s’appuyant plus faiblement sur le soutien de Russie Uni. De même, à l’échelle locale les élections des maires des grandes villes ont été modifié. Ainsi, dernièrement le mode de scrutin pour élire le maire d’Ekaterinbourg est passé d’un scrutin direct à un scrutin indirect. Ceci fait suite à la défaite lors des dernières élections du candidat soutenu par Vladimir Poutine dans la 4ème ville de Russie. Ainsi, parmi les plus grandes métropoles Russes seules 7 d’entre elles, soit approximativement 10% du total, ont conservé un mode de scrutin direct pour élire le maire de la ville. Nous pouvons donc constater que Poutine a fortement renforcé la verticale du pouvoir et qu’il place ainsi ces alliés à chacun des échelons de la vie politique Russe.

Ainsi, l’homme fort du Kremlin est aujourd’hui plus que jamais le leader incontestable de la Russie. Cependant, il affirme ne pas vouloir modifier la constitution comme Xi Jinping et ne devrait donc pas rester à la tête de l’Etat Russe à l’issu de son 4ème ou 5ème mandat (si l’on compte celui de Dimitri Medvedev). Est-il prêt à lâcher les reines de l’état ou bien aura-t-il de nouveau recours à un homme de paille ? La question reste en suspens et peut être l’émergence de la figure d’un successeur potentiel nous apportera-t-elle la réponse.

Sources

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/03/14/31002-20180314ARTFIG00216-elections-en-russie-et-si-on-faisait-la-paix-avec-poutine.php

https://www.lesinrocks.com/2018/03/17/actualite/pourquoi-vladimir-poutine-va-t-il-etre-reelu-111059918/https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Russie-Kazan-chacun-presidentielle-2018-03-16-1200921398

http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/17/01003-20180317ARTFIG00098-presidentielle-en-russie-mode-d-emploi-d-une-election-sans-suspense.php

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s