The promising Indian economy: a growth without women ?

Lire la version française

Author : Chloé BLANCH.

Indeed, the Indian economy is very promising, not only because its growth is so strong that it has exceeded China’s, but mainly because its many weaknesses have been consolidated in recent years. From 2012 to 2014, its financial fragility, noticed through a 2-digit inflation and an increase in the current account deficit, worried the experts, but these two indicators have since then been reduced. Consequently, the sovereign rating given by Moody’s to India went up last November. India is therefore considered as the next 3rd largest economic power in the world for the 2030s by the Center for Economics and Business Research.

However, this economic development has been achieved in a context of great inequalities not only between poor and rich, but also between men and women. More surprisingly, India has managed to maintain its economic growth, despite what appears to be a low participation of women in economic development. First, this lack of women in economic activity is tangible because the Indian population is missing 63 million women, according to the 2018 economic survey of the Indian government.

Where does this demographic hiatus come from? It is mainly a result of the aggregation of Indian families’ individual strategies. This is primarily due to an endemic phenomenon of feticides, denounced by many local NGOs, but also by the Indian Supreme Court, despite the Pre-conception and Pre-Natal Diagnostic Techniques Act of 1994, supposed to counter this problem. In fact, the birth of a boy is usually celebrated and is a source of pride while the birth of a girl is often considered as a burden by their family. Families especially want to avoid the financial burden of paying a substantial dowry to the future husband of their daughter. But perhaps more worryingly, for the same reasons, infanticide is also still practiced, especially in the poorest regions of India, according to the latest data from the government health survey about children from 0 to 4 years old.

The infant mortality rate for girls, according to the National Family Health Survey III, is thus multiplied by 1.5 when compared with boys’ mortality rate. In addition to infanticide, the health of girls but also of women is much more neglected than men’s health: girls are for example less vaccinated than boys, and Indian women are much more likely to die of cancer than men, which is contrary to the global trend. Female excess mortality is also explained by maternal mortality.

If the living conditions of women could be improved by obtaining a large enough salary of their own, they are also missing from the labor market, for reasons other than demographic ones.

Indeed, the Indian Economic Monitoring Center (CMIE), a think tank, notes an increase of 0.9 million in the rate of employed men, while the rate of employed women has decreased by 2.4 million. According to a 2017 World Bank report, women’s participation in the labor market fell from 34.8% to 27% in India over the past two decades. India is even positioned behind Saudi Arabia and many developing countries in terms of female employment. This trend is all the more astonishing as it has occurred in recent years, during one of the most economically prosperous periods for India.

How can this trend be explained, despite the traditional correlation between economic development and the improvement of women’s status?

Firstly, the place of women in families and in Indian society is a barrier for women seeking employment. It is obviously difficult to ignore the fact that women are sometimes still considered as minor by Indian society, as the Manou laws claim they are. Having a job, and even worse having a job with responsibilities, can be considered as a socially unacceptable behavior for a woman. According to a UNDP report, women would prefer to be employed as entrepreneurs for fear of not being considered legitimate. It is also a question of not interfering with the role that they endorse in the family: they have the obligation to carry out all the domestic tasks to look after their home. And these tasks can be quite time-consuming, like fetching wood and water. However, it should be noted that this figure can be partly explained by a strong disposition of women to leave their jobs for the benefit of family life, and not only by women who have never had a job.

Employed women in fact face many difficulties to thrive in their jobs. Indeed, in addition to the problem of their legitimacy in a work environment, they have difficulty accessing the labor market because they cannot move too far from home. The security problems for a woman on her own on the street or in transport are quite common. Indeed, it is impossible to ignore the horrifying cases of rapes in the streets or in public transport have been on the news in recent years.

As a result, women would contribute just 17% of the country’s GDP, which is well below the global average of 37%, according to a study by the McKinsey Global Institute in 2015. This study also estimates the shortfall in this weak contribution: if women participated in the Indian economy as much as men, India would see its GDP increase by 60% or $ 2.9 trillion by 2025. Women would therefore seem to be the key to prosperity in India.

Their “low economic participation” should nevertheless be questioned. Indian statistical standards exclude domestic work, as most countries do, but also a part of women’s informal work. However, according to the new definition of worker of the International Labor Organization, which includes domestic chores, 85% of women should be considered as workers. It is therefore a trend for women to leave jobs paid for unpaid work but still contribute to the country’s economic activity, especially given the importance of the informal economy in India.

The issue of additional economic development in India is therefore found the stakes of female emancipation, but the latter must be achieved through a salary not just a job strictly speaking. However, without denying the impact of social norms on women’s employment in India, the issue of infrastructure development in India remains crucial for growth that includes women statistically, through participation in the formal economy, and financially, by raising their living conditions. It would seem that social norms would more easily accept formal economic activity by women, if infrastructures allowed it. In fact, a better network for electricity and water would greatly reduce women’s obligations to the home.

India still faces major challenges, notably an irreversible demographic gap, but since the many government reports do not deny these problems but rather seek to resolve them, it would seem that this country is ready for a new kind of economic growth, this time with and for women.

La prometteuse économie indienne: une croissance sans les femmes?

Auteur : Chloé BLANCH.

En effet, l’économie indienne est très prometteuse, non seulement parce que sa croissance est tellement forte qu’elle a dépassé celle de la Chine, mais surtout parce que ses nombreuses faiblesses ont pu être consolidées ces dernières années. De 2012 à 2014, sa fragilité financière, remarquée à travers une inflation à 2 chiffres et une augmentation du déficit de la balance courante, inquiétait particulièrement les experts, mais ces deux indicateurs ont depuis été réduits. Conséquemment, la notation souveraine donnée par Moody’s à l’Inde a été valorisée en novembre dernier. L’Inde est donc pressentie comme la 3ème puissance économique du monde pour les années 2030 par le Center for Economics and Business Research.

Toutefois, ce développement économique a été obtenu dans un contexte de très fortes inégalités pas seulement entre pauvre et riches, mais aussi entre hommes et femmes. Plus surprenant, l’Inde a réussi à maintenir son envol économique, malgré ce qui semble être une faible participation des femmes au développement économique. Tout d’abord, cette absence des femmes dans l’activité économique est tangible parce qu’il manque à la population indienne 63 millions de femmes, d’après l’enquête économique de 2018 du gouvernement indien.

D’où vient cette défaillance démographique ? Il s’agit surtout d’un résultat de l’agrégation des stratégies individuelles des familles indiennes.

Cela passe premièrement par un phénomène endémique de foeticides, dénoncées par de nombreuses ONG locales, mais aussi par la Cours Suprême indienne, et ce en dépit du Pre-conception and Pre-natal Diagnostic Techniques Act de 1994, censé endiguer ce problème. En fait, la naissance d’un garçon est célébrée et représente une source de fierté tandis que la naissance d’une fille représente surtout un fardeau pour les familles. Les familles souhaitent surtout éviter les charges financières que représente le paiement d’une dot conséquente au futur mari de leur fille. Mais peut-être plus inquiétant encore, pour les mêmes raisons, l’infanticide est aussi encore pratiqué, en particulier dans les régions les plus pauvres de l’Inde, d’après les dernières données de l’enquête gouvernementale sur la santé qui concerne les enfants de 0 à 4 ans.

La mortalité infantile des filles, d’après le National Family Health Survey III, est donc multipliée par 1,5 si on la compare avec celle des garçons. Outre l’infanticide, la santé des filles mais aussi des femmes est bien plus négligée que celle des hommes : les filles sont par exemple moins vaccinées que les garçons, et les femmes indiennes ont bien plus de chances de mourir du cancer que les hommes, ce qui est contraire à la tendance mondiale. La surmortalité féminine s’explique aussi au travers de la mortalité maternelle.

Or, si les conditions de vie des femmes pourraient être améliorée par l’obtention d’un salaire qui leur est propre et assez conséquent, elles sont aussi absentes du marché du travail, pour des raisons autres que démographiques.

En effet, le Centre de surveillance de l’économie indienne (CMIE), un think tank, note une augmentation de 0,9 millions d’hommes employés, alors que le nombre de femmes employé a baissé de 2,4 millions. Selon un rapport datant de 2017 de la Banque mondiale, la participation des femmes au marché du travail est tombée de 34,8% à 27% en Inde au cours des deux dernières décennies. L’Inde se positionne même derrière l’Arabie Saoudite et de nombreux pays à niveau de développement en ce qui concerne l’emploi chez les femmes. Cette tendance est d’autant plus étonnante qu’elle a eu lieu ces dernières années, pendant une des périodes les plus prospères économiquement pour l’Inde. Comment expliquer cette tendance, malgré la corrélation qui est traditionnellement faite entre le développement économique et l’amélioration de la condition féminine ?

En premier lieu, la place de la femme au sein de la famille et de la société indienne consiste en un obstacle pour les femmes souhaitant un emploi. Il est évidemment difficile d’ignorer que la femme est parfois encore considérée comme mineure par la société indienne, comme l’affirment les lois Manou. Avoir un emploi, et pire encore avoir un emploi à responsabilités, peut donc être considérée comme un comportement inacceptable socialement pour une femme.  D’après un rapport du PNUD, les femmes préfèreraient être employées qu’entrepreneuses par peur de ne pas être considérées comme légitimes. Il s’agit aussi de ne pas interférer avec le rôle qu’elles endossent dans la famille : elles ont l’obligation d’effectuer toutes les tâches domestiques pour tenir le foyer. Et ces tâches peuvent être assez chronophages, comme ramener le bois et l’eau. Toutefois, il faut noter que ce chiffre s’explique en partie par une forte disposition des femmes à abandonner leur emploi au profit de la vie de famille, et non pas seulement par les femmes qui n’ont jamais eu d’emploi.

Les femmes qui ont un emploi sont en fait confrontées à de nombreuses difficultés pour s’épanouir dans leur emploi. En effet, en outre du problème de leur légitimité dans un environnement de travail, elles ont du mal à accéder au marché de l’emploi car elles ne peuvent trop s’éloigner de leur domicile. Les problèmes de sécurité pour une femme seule dans la rue ou dans les transports sont assez récurrents. En effet, il est impossible d’ignorer les cas effroyables de viol dans la rue ou les transports en commun qui ont fait la une des journaux ces dernières années.

En conséquence, les femmes contribueraient à peine 17% du PIB du pays, ce qui est bien inférieur à la moyenne mondiale de 37 % d’après une étude du McKinsey Global Institute de 2015. Cette étude évalue aussi le manque à gagner de cette faible contribution : si les femmes participaient à l’économie indienne autant que les hommes, l’Inde verrait son PIB augmenter de 60%, soit 2,9 billions de dollars, d’ici 2025. Les femmes sembleraient donc être la clé de la prospérité indienne.

Leur « faible participation économique » devrait néanmoins être remise en cause. Les normes statistiques indiennes exclues tout d’abord le travail domestique, comme la plupart des pays, mais surtout une partie du travail informel des femmes. Or, d’après la nouvelle définition du travailleur de l’Organisation Internationale du Travail, qui inclut les tâches domestiques, 85% des femmes devraient être considérées comme des travailleurs. Il s’agit donc d’une tendance pour les femmes de délaisser les emplois payés pour des travaux non payés mais qui contribuent tout de même à l’activité économique du pays, surtout sachant l’importance de l’économie informelle en Inde.

L’enjeu de surcroit de développement économique en Inde se retrouve donc bien dans celui de l’émancipation féminine, mais celle-ci doit se faire au travers d’un salaire pas seulement d’un travail à proprement parler. Toutefois, sans nier l’impact des normes sociales sur l’emploi des femmes en Inde, la question du développement des infrastructures en Inde reste déterminante pour une croissance qui tient compte des femmes statistiquement, par la participation à l’économie formelle, et financièrement, par une élévation de leur niveau de vie. Il semblerait en fait que les normes sociales s’accommoderaient plus facilement d’une activité économique formelle des femmes, si les infrastructures le permettaient. En effet, un meilleur réseau pour l’électricité et l’eau réduirait grandement les obligations des femmes envers le foyer.

L’Inde a encore donc de grands défis à relever, et notamment un problème démographique irrémédiable, mais, puisque les nombreux rapports gouvernementaux ne nient pas ces problèmes mais au contraire cherchent à les endiguer, il semblerait donc que ce pays soit prêt pour un nouveau type de croissance économique, cette fois-ci avec et pour les femmes.

SOURCES : 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-177655-quand-linde-carbure-sur-le-toit-de-leconomie-mondiale-et-notre-maroc-alors-2141951.php#ppjHzG7u5OUEdrzb.99

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/15653_presentation-de-leconomie-indienne

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/13/l-inde-pays-crucial-pour-l-avenir-de-l-economie-mondiale_5256158_3232.html#h1FlClym8AEHHmpp.99

https://www.theguardian.com/world/2018/jan/30/more-than-63-million-women-missing-in-india-statistics-show

https://timesofindia.indiatimes.com/city/chennai/can-aadhaar-bring-an-end-to-female-foeticide/articleshow/62974711.cms

Femmes en Inde par Virginie Chasles L’Information géographique 2008/1 (Vol. 72)

http://www.bbc.com/news/world-asia-india-43539369

http://www.indiaspend.com/cover-story/why-indian-workplaces-are-losing-women-our-nationwide-investigation-begins-53927

Women’s voices: Employment and entrepreneurship in India, UNDP report

https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2016/jul/16/womens-workforce-participation-declining-india

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s