Going back on net neutrality

Lire la version française

Author : Uriel N’GBATONGO. Translated by : Donatien BERTAUD.

Internet, this interconnected space of territories and men, has been growing relentlessly since its creation. Gathering presently more than 3,7 billion daily netizens, the internet network is each day evolving shaped by the will of its users. But beyond being a powerful technologic and encyclopedic tool, internet as a platform represents a powerful stake which regulation is an element more and more considered by firms and states. Due to its global dimension and the reach of the influence of its content, the internet space is governed by a significant number of rues and protocols formalized in order to regulate the activity inside it. One of those most fundamental rules is without a doubt “ne neutrality”.  This law which was often thought of as eternal has come back in the stream of news due to the doubts and numerous pressions against it. In fact, an event is crystalizing what is now animating a good part of the technological and computer debate in 2018 : the abrogation of net neutrality the 14th of December 2017 by the Federal Communication Commission (FCC), the American authority over telecommunication. In France, the subject is considered very cautiously by the authorities which fear that this decision can have a domino effect over the jurisdiction of the whole world, especially in Europe. Up to the point that during last February, the ARCEEP ( autorité de Régulation des communications électroniques et des poste / authority of regulation over electronic communication and mail), manifested in one of its press release its desire to extend the reach of net neutrality to mobile phones.

What are we talking about ? A quick brief of history

1 Uriel

At its beginning, the internet was a secret military project, under the code name ARPANET, lead during the sixties by DARPA ( Defense Advance Research Agency) and various university professors who helmed from the most prestigious university among which the MIT. The internet network, represented already at its very beginning a revolution. The original aim of this project was profoundly filled by a military thought. Indeed, back then in the midst of the cold war against USSR and deeply mired in the controverted Vietnam war, The United States were trying to acquire always more advanced technological tools to gain a tactical advantage. In fact, the project ARPANET consisted in creating a long-range data transmission network between different research centers. This network    was relatively closed at its beginning because it was essentially aimed to create a relation between American university laboratory and, of course, the US army. In the early seventies, following a desire to slightly open up the network in order to shift it to a more ambitious architecture, American researchers developed protocols of communication between computers, also known as “Network Communication Protocol”. One of the most famous among them, because it was a corner stone,  was  the TCP/IP protocol invented by Vinton G. Cerf and Bob Khan two American engineers. The principal goal of TCP/IP was to allow the interconnectivity of different networks by using a common numeric protocol (i.e by using a numeric language). After this we began to talk about internet, or interconnected networks. In 1983,  the ARPANET architecture was split in two : MILNET ( Military Network), the military part considered as a data network linked to the Defense Communication Agency (DCA), and the rest of ARPANET  shifted toward a more civilian oriented use because it was destined to allow communication between scientific laboratories. Year by year, the number of potential users kept growing, to the point that questions on the limits of the ARPANET architecture were raised, especially in 1989 with the opening of internet to private civils and firms. In France, for instance, the democratization of the Minitel as early as 1989 was a powerful catalyst of internet development.

2

The heyday of the widely available internet was without a doubt reached with the introduction of the World Wide Web (www.), which father is Tim Bernard-Les, a researcher at the  CERN ( Centre Européen pour la recherche nucléaire/ European center for nuclear research). It was after this point that began to be developed browsing software such as Mosaic or Netscape Navigator, then later search engines such as Yahoo or Google. In a nutshell, at the beginning a “mere”  tool of data transmission, internet has now become a global platform which today under its 2.0 form is an exchange platform, of sharing, production and trade.

What is net neutrality?

3

Since its official abrogation on the US territory by the FCC on Thursday the 14th of December 2017, net neutrality, as a funding rules of the web, has without a doubt never been has hyped by the media. But what is really behind the term “net neutrality”?  Funding principle of the web, the principle of net neutrality rely on a quite simple idea : the non-discrimination of users and contents. More Precisely, this principle states that every individual must have an equivalent access to the internet and that the data packets in transit on the network should circulate at the same speed independently of their nature (e-mail; video, picture,…), their sender or their destination. This wording was popularized by Tim Wu, law professor at the Columbia Law school, to describe how during the seventies, the telecommunication authorities tried to prevent AT&T, back then in situation of monopoly, to block access to the network to potential new telecommunication firms.

To summarize, this principle allow in theory each user, be it a member of government, a private individual or even a professional, to benefit of the same browsing possibilities and access to web data. However, this fundamental right of internet functioning is more a tacitly accepted rule than a formal law (even if in 2015 President Obama had shown his intention to make it a directive of the FCC). As such, net neutrality can be put into question at the whim of political influences in power (which will have a deep impact on the functioning of the internet). An analogy often used by the media to explain the impact of the presence or absence of net neutrality, is that of an highway. (Cf picture below)

4

On the left the situation with an enforced net neutrality and on the right a multi speed internet without net neutrality.

Beyond any bias on the topic of the regulation of internet networks, we ought to realize that the disappearance of such a rule has heavy consequences. Firstly, the more loyal partisans of net neutrality argue of the ethic character of neutrality, which allow small creators of content to go through the same connection “pipes “  than the net giants. Indeed, if the ISPs (Internet Service Providers) ceased being neutral, they could change data speed according to the type of data, or else offer additional fees to firms that have the financial capacity in order to obtain a faster and larger data throughput. Long story short, the perfect model of a multi speed internet. It would be the beginning of a concurrence between websites and enterprises not as much on the content butt on data speed (an element which will depend on the capacity of the web actors to pay).

Arguments against net neutrality

In fact, various economic or technic arguments are used to defend a non neutral internet. Paradoxically, the principals opponents of net neutrality the ISPs are also invoking a freedom of internet to defend their cause. It is true that nowadays, despite the fact that telecom operators possess the optic fiber cables that constitute the physical base of the internet, they have no liberty over managing the data going through them.

Furthermore, arguing that the cost of network infrastructure is rising constantly, due to the development of online streaming services, the telecom operators wish to change the economic model of the present internet in order to increase their economic result and therefore invest freely to innovate or improve the quality of their services.  In brief, the idea is that internet is today more or less under regulation of different bureaucratic organs such as the FCC in the US or the BEREC ( Body of European Regulator for Electronic Communication) in Europe, which restrained the liberty of ISPs to appropriate the network infrastructures to develop their offer. More Precisely according to Ajit Pai present president of the FCC, net neutrality would be one of the major barriers to innovation. Why such an argument ? In real life, without net neutrality telecom operators could revolutionize their economic model by offering not an uniform offer but a custom made one to respond to the needs of each and every user of the networks.

5

Above an image coming from Reddit illustrating what would potentially become an internet offer in a “post net neutrality” era. The telecom operators could fragment their offer according to the daily needs of their users. I.E an access to gaming sites, media, blogs, online streaming, marketplace, etc. Concretely this would induce an additional cost for private users whomever they might be if they want to access to the totality of the internet or only a portion of it. Nevertheless, this fragmentation would allow telecom operators to allocate more easily their investments in order to innovate rapidly on certain specific parts of their services as far as data throughput is concerned, specifically for professionals such as those in the medical industry or in the information one, without needing to invest in the network infrastructure as a whole.  It is the opening of a multi speed internet for some of its most important users it would be faster because the investment of telecom operators would be more concentrated at the expense of the rest of the network infrastructure. On this subject, Stephane Richard declared on BFM business in December 2017 that « Certains usage futurs de l’Internet – je pense à l’Internet des objets ou à la voiture autonome – vont nécessiter des Internet Particuliers en termes de latence et de vitesse. Il faudra que nous soyons capables de proposer des Internet avec des fonctionnalités, des puissances et des qualités de service différents. Il faut nous laisser faire ». ( Some future uses of the internet – I think of the internet of things or the autonomous car – will require specific internet in terms of latency and speed. We will need to be able to offer internet with different functionality, power and quality of services.)

Only the future would tell if this utopian vision for some or dystopian for others will become a reality. Still the battle doesn’t seem to have been won by the partisans of the non neutrality. In France an in Europe net neutrality is enshrined in the law and the ARCEP has clearly positioned itself as a future defender of this principle in the coming years here in the old continent. Across the Atlantic, the decision of the last 14th of December is far from being unanimous among American states. After a fierce judiciary battle the state of Washington has become on the 6th of Mars 2018 the first American state to establish a clause aiming to protect in its jurisdiction net neutrality. This first rebellion is without a doubt the harbinger of an ethic, economic, political and firstly technological debate, around what is for sure the corner stone of the 21st century: the Internet.

 

La remise en cause de la neutralité du net

Auteur : Uriel N’GBATONGO.

Internet, cet espace d’interconnexions des territoires et des hommes, n’a cessé de croitre depuis sa création. Rassemblant aujourd’hui quotidiennement plus de 3,7 milliards d’internautes, le réseau internet évolue chaque jour au gré de la volonté de ses utilisateurs. Mais au-delà d’être un puissant outil technologique et encyclopédique, internet en tant que plate-forme représente un puissant enjeu dont la régulation est un élément de plus en plus regardé par les entreprises et les Etats. Du fait de sa dimension mondiale et de l’ampleur de l’influence de son contenu, l’espace internet est régit par un certain nombre de règles et de protocoles formalisés afin de réguler l’activité en son sein. L’une de ces règles les plus fondamentales, et sans nul doute la moins connus, est celle de « la neutralité du web ». Cette loi que l’on a longtemps cru éternelle est revenue dans les flots d’actualité du fait de sa remise en cause et des nombreuses pressions à son encontre. De fait, un événement cristallise ce qui anime actuellement une bonne partie du débat numérique en 2018 : l’abrogation de la neutralité du web le 14 décembre 2017 par le Federal Communication Commission (FCC), le régulateur américain des télécoms. En France, le sujet est pris très au sérieux par les autorités qui craignent que cette décision ait un effet domino sur l’ensemble des juridictions du globe, et notamment en Europe. A tel point qu’en février dernier, l’ARCEP (Autorité de Régulation Communications Electroniques et des Postes) a manifesté dans un de ses communiqué sa volonté d’entendre le domaine de juridiction de la neutralité aux mobiles.

De quoi parlons-nous ? Un bref historique

1 Uriel

A son origine, internet fut un projet militaire secret, sous le nom de code ARPANET, mené au cours des années 1960 par la DARPA (Defense Advance Research Agency) et divers universitaires issus des plus prestigieuses universités parmi lesquelles le MIT. Le réseau internet, représentait dès son origine une véritable révolution. L’objectif d’origine de ce projet était profondément empreint d’une pensée militaire. En effet, alors en pleine guerre froide contre l’URSS et profondément empêtré dans la controversée guerre du Vietnam, les Etats-Unis cherchèrent à se doter d’outils technologique toujours plus avancé afin d’avoir un avantage tactique. De fait, le projet ARPANET consistait à créer un réseau de transmission de donnée à grande distance entre différents centres de recherche. Ce réseau fut relativement fermé à son origine car essentiellement réservé à la mise en relation des laboratoires universitaires américains et, bien évidemment, à l’armée américaine.

Au début des années 1970, dans une volonté d’ouvrir un peu le réseau afin d’en faire une architecture plus ambitieuse des chercheurs américains développèrent des protocoles de communication entre ordinateurs, autrement appelé « Network Communication Protocol ». L’un des plus célèbres d’entre eux, car fondateur, fut notamment le TCP/IP inventé Vinton G. Cerf et Bob Khan deux ingénieurs américains. Le principal objectif du TCP/IP fut de permettre l’interconnexion de réseaux différents par là-bas d’un protocole numérique (c’est à dire un langage numérique) commun. C’est à partir de là que l’on commenta à parler d’internet, ou réseaux interconnectés.

En 1983, l’architecture d’ARPANET est divisée en deux parties : le MILNET (Military Network), la partie militaire considérée comme un réseau de données liée à la Defense Communication Agency (DCA), et le reste d’ARPANET qui devient plus « civil » car destiné à la communication entre laboratoires scientifiques. D’année en année le nombre d’utilisateurs potentiels s’accrut, au point de poser la question des limites de l’architecture de l’ARPANET, notamment en 1989 avec l’ouverture d’internet aux privés civils et aux entreprises. En France, par exemple, la démocratisation du minitel dès 1989 fut un puissant catalyseur du développement d’internet.

2

L’apogée de « l’internet grand public » est certainement atteint avec l’introduction du World Wide Web (www.), dont le père serait Tim Bernard-Lee, un chercheur du CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire). C’est à partir de ce moment que commencèrent à se développer les logiciels de navigation comme Mosaïc ou encore Netscape Navigator, puis plus tard les systèmes de recherche tels que Yahoo et Google.

Bref, à l’origine « simple » outil de transmission de données, internet est devenu une plateforme interplanétaire qui aujourd’hui sous sa forme 2.0 est une plateforme d’échange, de partage, de production et de commerce.

Qu’est-ce que la neutralité du net ?

3

Depuis son abrogation officielle sur le territoire américain par la Commission fédérale des communications le jeudi 14 décembre 2017, la neutralité du web, en tant que règle fondatrice du web, n’a sans nul doute jamais été autant médiatisée. Mais qu’entend-on au juste par « neutralité du web » ?

Principe fondateur du web, le principe de neutralité du web repose sur une idée assez simple : celle de la non-discrimination des utilisateurs et des contenus. Plus précisément, ce principe énonce que tout individu doit avoir un égal accès à internet que les paquets données mise en circulation sur le réseau doivent circuler à la même vitesse indépendamment de leur nature (mail, vidéo, photos, …) et de leur expéditeur ou destination. Ce terme fut popularisé par Tim Wu, professeur de droit à la Columbia Law School, afin de décrire comment, pendant les années 1970, les régulateurs des télécommunications ont essayé d’empêcher AT&T, alors en situation de monopole, de bloquer l’accès au réseau à de potentielles nouvelles entreprises de télécommunication.

Bref, ce principe permet en théorie à chaque utilisateur, qu’il soit un membre du gouvernement, un particulier ou même un professionnel, de bénéficier des mêmes possibilités de navigation et d’accès aux données du web. Cependant, ce droit fondamental du fonctionnement d’internet est plus une règle tacitement acceptée qu’une loi formalisée (bien qu’en 2015 le président Obama eût manifesté sa volonté d’en faire une directive de la FCC). De fait, elle peut donc être remise en cause au gré des mouvances politiques au pouvoir (ce qui n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement d’internet).

Une analogie souvent utilisée par les médias afin d’expliquer l’impact de la présence ou de l’absence de neutralité, est celle d’une autoroute (cf. schéma ci-dessous).

4

A gauche, la situation telle que le permet la neutralité du web et à droite la situation d’un « internet à deux vitesses » en l’absence de cette neutralité.

Au-delà de tout partis pris sur la question de la régulation du réseau internet, force est de constater que la disparition de cette règle est lourde de conséquence. Tout d’abord, les plus fidèles partisans de la neutralité arguent de l’éthique de la neutralité, qui permet à de petits créateurs de contenus de passer par les mêmes « tuyaux » de connexion que les géants du net. En effet, si les FAI cessaient d’être neutres, ils pourraient modifier le débit de connexion en fondation du type de données, ou encore proposer des frais supplémentaires aux entreprises en ont la capacité financière afin d’obtenir un débit plus puissant. Bref, le parfait modèle d’un internet à deux vitesses. Ce serait l’arrivée d’une concurrence entre les sites web et entreprises qui ne se fait plus tant sur le contenu mais sur la rapidité de connexion (facteur qui dépendra de la capacité de chaque acteur du web à en payer le prix).

Les arguments contre le principe de neutralité numérique

Dans les faits, plusieurs arguments d’ordre économique ou même technique viennent défendre la thèse d’un internet dénué de neutralité. Paradoxalement, les principaux adversaires à la neutralité que sont les FAI (Fournisseurs d’accès à Internet) invoquent eux-aussi une « liberté d’internet » afin de défendre leur cause. Il est vrai qu’aujourd’hui, malgré le fait que les Télécoms soit les possesseurs des câbles de fibre optique constituant la base physique d’internet, ils n’ont aucune liberté sur la gestion des flux passant par ces derniers.

Par ailleurs, arguant que le coût des infrastructures des réseaux évolue à la hausse, du fait notamment du développement de l’offre des services de streaming en ligne, les Télécoms souhaitent changer le modèle économique de l’actuel internet afin de pouvoir augmenter leur résultat économique et pouvoir librement investir pour innover sinon améliorer leurs services. Bref, l’idée est que internet est aujourd’hui plus ou moins règlementé par différents organes bureaucratiques tels que la FCC aux États-Unis ou le BEREC (Body of European Regulator for Electronic Communications) en Europe, qui limitent la liberté des fournisseurs d’accès à s’approprier les infrastructures des réseaux afin de développer leur offre. Plus précisément, selon Ajit Pai, actuel président de la FCC, la neutralité du web serait l’une des principales barrières à l’innovation. Pourquoi un tel argument ? Dans les faits, sans neutralité les Télécoms pourraient révolutionner leur modèle économique en offrant non plus des offres uniformes mais personnalisées aux besoins de chaque utilisateur des réseaux.

5

Ci-dessus une image issue du forum Reddit illustrant ce que potentiellement pourrait devenir l’offre internet dans une ère « post-neutralité ». Les Télécoms pourraient décomposer leur offre selon les besoins journaliers de leur utilisateur. C’est à dire un accès aux sites de jeux, médias, blogs, streaming en ligne, magasins, etc. Concrètement cela implique un coût supplémentaire pour les utilisateurs privés quel qu’ils soient pour peu qu’ils veuillent accéder à l’ensemble de l’internet ou seulement à une partie. Néanmoins, cette fragmentation permettrait aux Télécoms d’allouer plus facilement leurs investissements afin d’innover rapidement sur certains pans de leurs services en termes de débit, notamment pour les professionnels tels que ceux du milieu médical ou de l’information, sans pour autant devoir investir dans l’ensemble de l’infrastructure du réseau. C’est l’ouverture d’un internet à plusieurs vitesses mais qui pour certains de ses utilisateurs les plus importants serait plus rapide car plus investie par les Télécoms aux dépends du reste des infrastructure du réseau. À ce sujet, Stéphane Richard déclarait sur BFM business en décembre 2017 que « Certains usages futurs de l’Internet – je pense à l’Internet des objets ou à la voiture autonome – vont nécessiter des Internet Particuliers en termes de latence et de vitesse. Il faudra que nous soyons capables de proposer des Internet avec des fonctionnalités, des puissances et des qualités de service différents. Il faut nous laisser faire ».

Seul le futur nous dira si cette vision utopique pour certains ou dystopique pour d’autre se réalisera. En attendant la bataille ne semble pas encore gagner d’avance pour les partisans d’une non-neutralité. En France et en Europe la neutralité du net est inscrite dans la loi et l’ARCEP s’est clairement positionnant comme futur défenseur de ce principe dans les années à venir sur le vieux continent. Outre-Atlantique, la décision du 14 décembre dernier est loin d’avoir fait l’unanimité parmi les États américains. Suite à une fiévreuse bataille judiciaire l’État de Washington est devenu le 6 mars 2018 le premier État américain à établir une clause visant à protéger en son sein la neutralité de net. Cette première rébellion n’est sans doute que le signe annonciateur d’un débat à la fois éthique, économique, politique et avant tout technologique, autour de ce qui constitue sans nul doute la pierre angulaire du 21ème siècle : Internet.

SOURCES :

–    https://theconversation.com/fin-de-la-neutralite-du-web-fin-dinternet-89341

–    https://www.dailymotion.com/video/x6cdpdt

–    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/09/01/qui-controle-internet_1566544_651865.html

–    https://www.lesechos.fr/03/08/2012/LesEchos/21241-051-ECH_arpanet–le-monde-en-reseau.htm

–    https://www.latribune.fr/technos-medias/faut-il-inscrire-la-neutralite-du-net-dans-la-constitution-764499.html

–    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/01/12/la-neutralite-du-net-dans-la-constitution-ce-serait-une-sage-decision_5241045_4408996.html

–    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/11/29/32001-20171129ARTFIG00242-qu-est-ce-que-la-neutralite-du-net.php

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/internet-monde/historique.shtml

–    http://www.mbadmb.com/2016/12/22/histoire-internet-evolution/

–    https://www.numerama.com/politique/275618-a-quoi-ressemblerait-le-web-en-france-sans-neutralite-du-net.html

–    http://www.lemonde.fr/vie-en-ligne/article/2014/07/04/la-neutralite-du-net-qu-est-ce-que-c-est_4451153_4409015.html

–    https://www.francetvinfo.fr/internet/securite-sur-internet/cinq-questions-sur-la-fin-annoncee-de-la-neutralite-du-net-aux-etats-unis_2514703.html

–    http://julienboyer.net/ecrivain/six-raisons-detre-contre-la-neutralite-du-net/

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s