The opening-up of Central Asia in progress

Lire la version française

Author : Donatien BERTAUD. Translated by : Uriel N’GBATONGO.

At the end of 2017, Shavkat Mirziyoyev, the successor of Karimov at the presidency of Uzbekistan, manifested his will to reconnect with the other states of Central Asia. Nevertheless, the integration of the latter within a union is still a distant objective. Gathering many factors such as the shift of the current state officials, infrastructural projects and the foreign desire of influence over the area, the Central Asia region might make the most of the situation and reconnect itself with the world.

Central Asia, which compound 5 former Soviet states, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Uzbekistan, Tajikistan and Turkmenistan, has recently been the center of attention regarding many events such as the new silk road, the 2017 World exhibition in Astana, or even the peace negotiations Syria organized the latter. However, this region might deserve more attention. Indeed, actually, more than being the intersection between China and Europe, this region is full of natural resources (more particularly uranium and gas in Kazakhstan and natural gas in Turkmenistan for instance). Moreover, Central Asia might certainly be a new outlet for Chinese products even if, given the dimension of the market, it is in fact limited (only the 17 million Kazakhs and 5 million Turkmens have a consequent purchasing power).

The center of the « Great Game ».

Partie 1Beyond being one the world main raw materials supplier, Central Asia is an interesting region as the hub between China and Iran but also China and Europe (it is all the more true with the new chins silk road project). It is also noteworthy that this region is an important power stakes between China and Russia since the American retirement of their last military base in Kyrgyzstan in 2014. From an historical point of view, Russia has been a great influencer over the region. Today, it is still one of the main commercial partners of the area and one of the main donors for the purpose of many projects, in particular the renovation of the local army. However, China slowly managed to interfere in the region through numerous projects carried by the Asian Infrastructure investment Bank or directly financed by Chinese banks. Very often, these projects take part of the new silk road program (China being strongly dependent in terms of raw materials). Thus, many projects such as dry ports or pipelines were to be found.

The question is why two of the biggest countries in the world are longing for such an influence in this area? China is hoping to find new outlets and is willing to build a stable environment which could lead to the development of Xin Jiang. Russia wishes to preserve its influence on its « near abroad » in order to ensure the control over some of these potential competitors on the gas market. Such a statement echoes with the situation described in Rudyard Kipling’s book where two empires fight for the domination of a central region.

Picture of the officials during the 2017 summit of the Shanghai cooperation in Kazakhstan

Central Asia, a region which tries to have it both ways

It seems that the leaders of Central Asia have well perceived both of the Russian and Chinese ambitions. Thus, they are longing for making the most of what these two stakeholders have to offer. Very often it follows this pattern: Russians bring weapons while Chinese bring money. Hence, Central Asia officials are trying to get both a security cooperation with Russia and a business trade with China. However, the reality is not that simple. Indeed, Russia tends to look unfavorably on the emergent competition on the gas market (in particular with the construction of new pipelines between Turkmenistan, Uzbekistan, Kazakhstan and China). For Russia, it represents a competition to its own pipelines which no longer allows Moscow to block off the gas from Turkmenistan as it did in 2009 when the prices were falling (such a leeway allowed them to limit the influx of gas on the market, thus provoking the rise of the gas price and the pressure on the Turkmen government, strongly dependent on these gas export). The governments of Central Asia among which some exists since the collapse of the USSR are willing to enjoy the best of both world with China and Russia as I said before but also with Europe. Certain partnerships are established with the European Union in particular regarding the customs duties so as to show their good will to any foreign investors. To finish, even if the United States are no longer implants militarily speaking in the region, they remain a great commercial partner as big companies are still doing business in the region, such as Chevron still in activity in Kazakhstan.

Partie 3

Central Asia opening up : an opportunity for China

Through institutions such as the Asian Infrastructure Investment Bank, the New Development Bank of the Silk Road Fund, and thanks to many great Chines banks such as EXIM Bank, China invested colossal amounts of money for the development of the region. According to a study led by PWC for the United Nations, China is said to have invested roughly 35,5 billion dollars in Central Asia up until now. However, some people are still questioning the Chinese economic interest. The thing is, for China, lending money to Central Asian countries sounds like giving an impetus to the yuan’s internationalization. Moreover, most of the time, local projects are realized by Chinese companies as local companies do not possess yet the knowledge and the capacities to handle them. The employees on these great construction areas are also mainly Chinese (thus insuring the repatriation of some of the capital invested). To continue, these projects are also allowing China to find outlets for its concrete and steel. On the aftermath of the slowing down of its internal market and the global economic growth, China suffers from an excess capacity concerning its own industrial production.

If the profitability of these project is not assured, China will be paid in nature (that is to say with the resources the country desperately needs). Furthermore, China needs to insure the safety of its own commercial infrastructures (which gives a good reason for widening its military influence in the region)

From left to right: Russia, China, Belarus, Kazakhstan, India, Armenia, Kyrgyzstan, Pakistan, Tajikistan, Uzbekistan.

Central Asia, a region at the heart of many alliances

Central Asia is divided between many alliances (from the commercial ones such as the Shanghai Cooperation Organization or the Eurasian economic union, to the military ones such as the Collective Security Treaty Organization). However, without the influence of a foreign major power, this region never achieved to create by itself an international organization which could include only the Central Asian countries. The numerous alliances Central Asian states are involved in allow them to increase trade with their partners (Russia and China being the most important one). Yet, the new silk road project and those carried by Central Asian government aim at increasing the exchanges within Central Asia. Hence, the progressing opening up of the region may be artificial as it lies only on some regions which serve as transit zone to the outside. Concerning national infrastructures, they remain poorly developed and connections between each Central Asian country are still quite weak if they are not part of the one which are focused on China and Russia. Some difficulties are to be observe too concerning boarders given the various litigations between each state (which are authoritarian tendency oriented given the legacy of the Soviet era).

To continue, the jihadist issue as also a relevant problem which has to be taken into account. Indeed, certain areas have become areas of potential illegal trafficking. Thus, creating an instability in a region where extremism is a way to oppose the Russian influence over Central Asia. As a consequence, Central Asian countries remain poorly connected to each other and without a strong and influence free political vision, they might see their economy stagnate or even decline.

As such the opening-up of Central Asia has indeed begun but is far from being sufficient. We still need to consider if those projects will really be beneficial to the development of those countries or will only make a zone of transit out of those states.

 

Vers le désenclavement de l’Asie Centrale

Auteur : Donatien BERTAUD.

 Shavkat Mirziyoyev, nouveau président de l’Ouzbékistan suite à la mort de Karimov, a montré à la fin de l’année 2017 sa volonté de renouer les liens avec les autres états d’Asie Centrale. Cependant l’intégration de ceux-ci au sein d’une union reste distante. Néanmoins c’est en accumulant de nombreux facteurs tels que les changements de dirigeants, les grands projets d’infrastructures et les volontés d’influences politiques dans la région que l’Asie Centrale va peut-être finir par sortir son épingle du jeu et se désenclaver.

 L’Asie Centrale, cet ensemble de 5 états ex-républiques soviétiques (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) a récemment été au centre de l’attention des médias que ce soit en raison du projet des nouvelles routes de la soie, de l’exposition universelle, des négociations de paix pour la Syrie organisées à Astana, ou encore des terroristes d’origines Ouzbek. Cependant cette région mérite bien plus d’attention que ce qui ne lui est aujourd’hui accordé. En effet, elle sert de carrefour entre la Chine et l’Europe et regorge de ressources naturelles : de l’uranium et du gaz au Kazakhstan, du gaz naturel au Turkménistan. De plus, cette région représente un potentiel débouché pour certains produits chinois. A relativiser en raison de la taille du marché seulement 68 millions d’habitants où seuls les 17 millions de Kazakhs et les 5 millions de Turkmènes disposent d’un pouvoir d’achat conséquent.

Une région au centre du grand jeu

Partie 1

Néanmoins la région reste intéressante. Au-delà de l’approvisionnement en matière première qu’elle peut offrir et qui suscite plus d’intérêt que les débouchés au sein de ces pays même. En effet la région est intéressante car elle est un pivot entre la Chine et l’Iran mais aussi entre la Chine et l’Europe au travers des nouvelles routes de la soie. La zone est un enjeu de puissance entre la Chine et la Russie depuis que les américains s’en sont retirés en 2014 avec la fermeture d’une base militaire au Kirghizistan. En effet la région est historiquement influencée par la Russie qui aujourd’hui encore est l’un des principaux partenaires commerciaux et principaux donateurs d’aide pour de nombreux projets et notamment la rénovation de leurs forces armées. Cependant la Chine réussit à s’immiscer dans la zone au travers de nombreux projets porté notamment par la Banque Asiatique d’Investissement en Infrastructure ou financé par des banques chinoises. Ces projets peuvent s’inscrire soit au sein du programme des nouvelles routes de la soie soit dans une logique d’approvisionnement en matière première la Chine étant fortement dépendante sur ce point. Ainsi on a pu voir se développer de nombreux projets tel que des ports secs ou encore des pipelines. Quel est l’intérêt pour les deux grands voisins chinois et Russes d’avoir une influence sur la région ? La Chine y trouve de nouveau débouchés et un environnement stable qui mènera, elle l’espère, au développement du Xin Jiang. La Russie, elle souhaite conserver son influence sur son étranger proche et assurer le contrôle sur certains de ces concurrents potentiels dans le domaine gaziers. On retrouve là une concurrence telle que décrite dans le livre de Rudyard Kipling au travers de l’expression le « grand jeu » à savoir deux empires qui luttent pour la domination d’une région. L’expression est bien loin de décrire la réalité actuelle car ce ne sont plus les Russes et les Britanniques qui s’affrontent pour étendre leur empire sur les territoires d’Asie Centrale mais les Chinois et les Russes qui cherchent à étendre leur influence sur une zone riche en ressource et en potentiel de croissance future.

Photo des dirigeants présents lors du sommet de l’organisation de coopération de Shanghai en 2017 à Astana, Kazakhstan

L’Asie centrale un acteur qui joue sur tous les tableaux

 Les leaders centre-asiatiques ont bien perçus les volontés Russes et Chinoises. Ils cherchent donc à tirer le meilleur parti de ce que ces deux acteurs ont à offrir. La situation est souvent décrite ainsi : Les Russes apportent les armes les Chinois apportent l’argent. Les dirigeant d’Asie Centrale cherchent donc à obtenir les deux à la fois une coopération sécuritaire avec la Russie et le commerce avec la Chine cependant les relations ne sont pas si simples. En effet, la Russie voit d’un mauvais œil la concurrence qui lui est faite dans le domaine gazier notamment avec la construction de nouveau gazoducs tel que le gazoduc reliant le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan et la Chine. Celui-ci fait effectivement concurrence à l’afflux de gaz Russe et ne permet plus à Moscou de bloquer le gaz en provenance du Turkménistan lorsque les prix chutent comme Moscou avait pu le faire en 2009. Ce levier leur permettait à la fois de limiter l’afflux de gaz sur le marché et donc de faire remonter les prix mais aussi de faire pression sur le gouvernement Turkmène fortement dépendant de ces exports gaziers. Les gouvernements d’Asie centrale dont certains sont en place depuis l’effondrement de l’Urss et en sont parfois clairement des vestiges comme Nursultan Nazerbayev au Kazakhstan cherchent donc à jouer un double jeu entre la Chine et la Russie mais aussi l’Europe pour servir au mieux leurs intérêts. Ainsi si la Russie se fait trop menaçante les exercices militaires avec la Chine sont renforcés. Certains partenariats sont établis avec l’Union européenne notamment en matière de gestion des douanes pour faire preuve de bonne volonté face aux potentiels investisseurs étrangers. Il ne faut pas non plus froisser complétement les américains qui bien qu’ils ne soient plus implantés militairement dans la région sont toujours représenter par de grandes sociétés pétrolières comme Chevron au Kazakhstan.

Partie 3

Le désenclavement de l’Asie Centrale : une aubaine pour la Chine

Au travers des institutions dont vous pouvez voir les logos plus haut mais aussi de nombreuses grandes banques chinoises comme l’EXIM Bank, la Chine investit des montants colossaux pour le développement de la connectivité dans la région. Ainsi plus de 35,5 milliards de dollars auraient déjà été investis en Asie Centrale selon une étude PwC pour les nations unies. Cependant certains remettent en question l’intérêt économique pour la Chine de réaliser de tels projets. L’intérêt est non négligeable tout d’abord la chine prête de l’argent en Renminbi ce qui lui permet d’aider à l’internationalisation de sa monnaie. Les entreprises qui réalisent les projets sont la plupart du temps chinoises car les entreprises locales n’ont pas le savoir faire et les prêts sont souvent conditionner à l’emploi de sociétés chinoises. Les employés sur ces grands chantiers d’infrastructures sont aussi majoritairement chinois assurant le rapatriement d’une partie des capitaux prêtés. De plus ces projets permettent à la Chine de trouver des débouchés pour son béton et son acier. En effet, suite au ralentissement du marché intérieur et de la croissance du commerce mondial la Chine est devenue sur capacitaire dans ce domaine. Ces projets lui permettent donc d’écouler ses produits. Si la rentabilité des projets n’est pas assurée, la Chine sera payée en nature c’est-à-dire en ressource naturelles dont elle a cruellement besoin. De plus elle a besoin d’assurer la sécurité de ces infrastructures ce qui lui donne une bonne raison d’élargir son influence sécuritaire dans la région.

Drapeaux de gauche à droite ligne par ligne : Russie, Chine, Biélorussie, Kazakhstan, Inde, Arménie, Kirghizistan, Pakistan, Tadjikistan, Ouzbékistan

L’Asie Centrale au cœur de multiples alliances

L’Asie centrale est au cœur de nombreuses alliances commerciales comme l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) ou l’Union Economique Eurasiatique mais aussi militaires Organisation du Traité de Sécurité Collective. L’Asie Centrale n’a cependant pas su faire émerger une organisation internationale regroupant uniquement les pays de la région sans influences d’une autre grande puissance. Les nombreuses organisations dont ces états font parties permettent d’accroitre le commerce entre ces états et des marchés importants tels que le marché Russe ou Chinois. Cependant les projets portés par ses unions et même ceux qui s’inscrivent dans la logique des routes de la soie ont pour objectifs d’augmenter les échanges entre les états d’Asie Centrale et ces grands marchés et non pas entre états de la zone. Ainsi le désenclavement résultant des projets d’infrastructures menés et un désenclavement qui est somme toute partiel car il ne permet qu’à certaines régions de servir de zone de transit vers l’extérieur. Les infrastructures à l’intérieur des pays restent relativement peu développées et les liens entre pays eux aussi faibles s’ils ne sont pas sur une grande voie d’accès vers la Chine ou la Russie. De plus on observe des difficultés aux frontières entre les différents états du fait des différents entre les leaders politiques à tendance autoritaire des ex républiques soviétiques. Le fait djihadiste est aussi un facteur à prendre en compte car il marque les relations entre ces pays. En effet, certaines zones sont affectées par la présence de fanatiques religieux et deviennent donc des zones de trafic potentiel mais aussi d’instabilité dans une région ou l’extrémisme et la revendication de celui-ci est aussi un moyen de s’opposer à l’influence Russe. Ainsi les pays d’Asie Centrale reste relativement peu connecté entre eux et sans volonté politique future allant dans ce sens l’intégration économique de la zone risque de stagner voir de régresser.

Ainsi le désenclavement de l’Asie Centrale a bel et bien commencé mais il est loin d’être suffisant. Il reste à se demander si ces projets profiteront réellement au développement des pays ou ne feront d’eux que des zones de transit de marchandises.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s