Does China engage in economic diplomacy ?

Lire la version française

Author : Chloé BLANCH.

China’s huge trade surplus is no secret to anyone, and, even though was slowed, China does not stop reinvesting it outside its borders. Where has China not invested? Almost nowhere. In recent years, China has obtained the title of the 2nd largest investor in the world, or more precisely the 2nd largest issuer of foreign direct investment, after the United States. Similarly, China is in 2nd position, still after the United States, in terms of development aid.

We will try in this article to understand which return on investment China hopes to obtain and if there is a hidden cost for countries receiving such flows.

Sectors and regions targeted by this surplus of Chinese finances

Chine 2
Global Foreign Direct Investment Stocks

Contrary to China’s image, as a support and figurehead of emerging countries, it is mainly Western countries that receive Chinese FDI, as shown in the diagram of CSIS China Power Project. Indeed, Europe and the United States have received 48.29% of Outward Chinese FDI in the last decade, which equates to $ 414.34 million. China’s financing figures for developing countries and emerging countries are greatly magnified when development aid is taken into account, since it is estimated at $ 100 million for Latin America and Africa respectively. However, the US debt held by China amounted to a trillion dollars in November 2017, so Westerners remain the main recipients of China’s finances.

While the areas affected by Chinese investment and construction abroad are quite diversified, energy and transport still attract more than half of these flows. Moreover, if we examine more closely the geographical distribution of Chinese investments and loans in Africa and Latin America, the largest beneficiaries are often countries known for the abundance of natural resources, such as Brazil or Nigeria.

An obvious economic strategy

Indeed, China makes such investments to secure its access to the natural resources needed for its growth: oil, but also metals, some of which are widely used in the production of smartphones and other so-called connected objects.

However, it is not only investments in extractive infrastructure and companies that provide this access. China is increasingly using its financing of foreign countries’ development to obtain raw materials, especially oil, through concessional financing. One of the types of concessional financing is commonly known as the “Angola” mode and refers to cases where the loan is conditioned by a transfer of natural resources. It consists in offering very advantageous rates and allowing debtor countries to pay back in oil. This strong tendency to offer concessional loans began precisely with the eponymous case of Angola: the company Sinopec offered Angola a loan of 2 million euros in 2005, which would be partially reimbursed by a transfer of oil, which price would be determined in advance. As a result, according to many Latin American academics who criticize this practice, in the event of oil prices rising between the time the loan is accepted by both parties and the time the resource transfer is made, the debtor country would obtain less oil revenue than if it had sold it at the price corresponding to the time of transfer.

This loan conditioning method also allows China to re-launch its international trade, forcing the debtor countries to import Chinese products in return. Even the many infrastructure investments in emerging and developing countries have commercial motivations. For example, the promised trillion dollars for the New Silk Road project will boost the activity of Chinese steel, cement and construction companies, whose activity stagnates along with Chinese domestic demand.

Is it also a political strategy?

On the exception of the political importance of food and energy security, allowed by investments in natural resources, China denies any political interest in such management of finances. Indeed, whenever it is accused of seeking to increase its political influence by economic means, China insists on the 5 principles of its foreign policy:

1- Mutual respect for the territorial integrity and sovereignty of the other.

2- Mutual non-aggression.

3- No interference in the internal affairs of the other.

4- Equality and cooperation for mutual benefit.

5- Peaceful coexistence

The principle of non-interference is even what allows it a good number of financial transactions. The World Bank or the Western countries often condition their financial assistance to structural, economic or even political changes, that seem almost ideological when we look at how much these changes have served Africa in the 90s. On the contrary, China poses itself as anti-imperialist, recalling that, historically, it has been the first power to support smaller countries and their independence from the bipolar world of the cold war.

However, going against the tide of the Washington Consensus is in itself a political stance, which could give China a good image among developing countries and therefore get their support.

Nevertheless, such a commercial strategy of financial surplus allocation creates a certain dependence of the beneficiary countries towards China. Indeed, there are precedents of a trading partner, which debtor countries are obliged to become, has been strongly pushed to act upon China’s political interests. For example, China has asked many countries to repatriate the Turkish and Muslim minority Uighurs, whose women are banned from fasting during Ramadan and from wearing the veil on Chinese territory. The countries that need Chinese economic support have often accepted, despite some resistance, especially in Thailand, which has tried to repatriate a good part of the Uighurs on its territory to Turkey and not China. Similarly, Egypt, one of the many beneficiary countries of the One Belt One Road project, has also repatriated Uighurs, despite protests from many NGOs. More generally, the countries receiving Chinese funding, particularly for their infrastructure, are more inclined to respond to Chinese political interests, as shown by the recent improvement in relations between China and the Philippines, despite persistent territorial tensions. It is hard to believe that this political influence is unwanted, as, in practice, Chinese diplomacy operates on a system of counter-donations.

However, there are many media outlets, officials and academics who even say that China is actively seeking political influence. The term “economic diplomacy” has in fact become quite frequent in official meetings of the Chinese government on foreign affairs since the 2000s. Moreover, it does not stop at accusations of influence, China having been accused of espionage in New Zealand in 2017, spying that would have been motivated by the presence of many arable land in this country. More recent accusations target China’s presence in the majority of major infrastructure projects in Africa: according to a January 2018 edition of the newspaper Le Monde, China has installed wiretapping systems in the building of the African Union, building it has financed and built, and that these would have been discovered in January 2017, that is to say 5 years after the construction of the building.

The Chinese diaspora present all over the world is also pointed at by critics of the new Chinese power. The election in 2014 of the current president of Namibia, a fervent supporter of Chinese politics, is said to have been allowed, according to local media, thanks to his financial ties with Jack Huang, one of the most influential Chinese migrants in Namibia.

Without necessarily accepting accusations not (yet?) proven, it would seem that China is aware of the geopolitical power obtained by its financial strength and that it is ready to take on the role of a new world order’s leader, order based on sovereignty of each country, at least according to Chinese policy, and not on the political and economic liberalism worn proudly by Western countries.

However, people are expressing increasing reluctance towards Chinese investments, because of what they are imposing on their country, but also because it allows some governments to maintain practices that deny human rights, despite sanctions from developed countries. Development aid and investment by rich countries in poorer countries therefore remain either too interested or simply too ethno-centered to enable the three developmental pillars to be achieved.

SOURCES :

https://chinapower.csis.org/china-foreign-direct-investment/

https://chinapower.csis.org/china-development-finance/

http://unctad.org/sections/dite_dir/docs/wir2017/wir17_fs_cn_en.pdf

https://www.aei.org/china-global-investment-tracker/

https://chinapower.csis.org/china-belt-and-road-initiative/

http://www.eastasiaforum.org/2017/08/13/dutertes-china-policy-shift-strategy-or-serendipity/

https://www.ft.com/content/0ecec4fa-7276-11e7-aca6-c6bd07df1a3c

https://thediplomat.com/2018/01/if-china-bugged-the-au-headquarters-what-african-countries-should-be-worried/

https://www.nytimes.com/2017/05/02/magazine/is-china-the-worlds-new-colonial-power.html

http://ase.tufts.edu/gdae/Pubs/rp/GallagherChineseFinanceLatinAmerica.pdf

http://www.nbr.org/publications/asia_policy/free/AP22/AsiaPolicy22_Heath_July2016.pdf

 

La Chine pratique-t-elle la diplomatie économique?

Auteur : Chloé BLANCH.

La Chine investit tous les recoins du monde et de plus en plus de pays s’en inquiètent : s’agit-il vraiment d’une stratégie politique en plus d’être une stratégie économique ?

L’énorme excédent commercial de la Chine n’est un secret pour personne, et, malgré son affaiblissement, la Chine ne s’arrête pas de le réinvestir en dehors de son territoire. Où la Chine n’a-t-elle pas investi ? Pratiquement nulle part. En effet, la Chine a obtenu ces dernières années le titre de 2ème plus grand investisseur au monde, ou plus précisément de 2ème plus grand émetteur d’investissements directs, après les Etats-Unis. De même, la Chine se positionne en 2ème position, toujours après les Etats-Unis, en ce qui concerne l’aide au développement.

Nous allons essayer dans cet article de comprendre quel retour sur l’investissement la Chine espère obtenir et s’il y a un coût caché pour les pays receveurs de tels flux.

Secteurs et régions ciblés par cet excédent de finances chinoises

Chine 2
Global Foreign Direct Investment Stock

Contrairement à l’image qu’a la Chine de soutien et figure de proue des pays émergents, ce sont surtout les pays occidentaux qui reçoivent les IDE chinois, comme le montre le schéma du CSIS China Power Project. En effet, l’Europe et les Etats-Unis ont reçu 48,29% des IDE chinois sortant ces dix dernières années, ce qui équivaut à 414,34 millions de dollars. Les chiffres du financement apporté par la Chine aux pays en développement ou aux pays émergents sont largement amplifiés en comptant l’aide au développement, qui s’évalue en centaine de millions de dollars respectivement pour l’Amérique latine et l’Afrique. Toutefois, la dette américaine détenue par la Chine s’élevait à mille millions de dollars en novembre 2017, les Occidentaux restent donc les receveurs principaux de l’excédent de finances de la Chine.

Si les domaines touchés par les investissements et constructions chinois à l’étranger sont assez diversifiés, l’énergie et le transport attirent tout de même plus de la moitié de ces flux. D’ailleurs, si l’on examine de plus près la répartition géographique des investissements et prêts chinois visant l’Afrique et l’Amérique latine, les plus grands bénéficiaires sont souvent des pays connus pour l’abondance de leurs ressources naturelles, comme le Brésil ou le Nigéria.

Une stratégie économique évidente

En effet, la Chine effectue de tels investissements afin de pouvoir sécuriser son accès aux ressources naturelles nécessaires à sa croissance : le pétrole, mais aussi les métaux, dont certains sont très utilisés dans la production des smartphones et autres objets dits connectés.

Cependant, il n’y pas que les investissements en infrastructures et dans les entreprises d’extraction qui permettent cet accès. La Chine instrumentalise de plus en plus son financement du développement de pays étrangers pour se fournir en matières premières, en particulier en pétrole, au travers d’un financement concessionnel. Un des types de financement concessionnel est communément appelé le mode « Angola » et désigne les cas où le crédit serait conditionné par un transfert de ressources naturelles. Il s’agit tout simplement pour la Chine d’offrir des taux très avantageux et de permettre aux pays débiteurs de rembourser en pétrole. Cette forte tendance à offrir des prêts concessionnels a commencé justement avec le cas éponyme de l’Angola : l’entreprise Sinopec lui a proposé un crédit de 2 millions d’euros en 2005 qui serait en partie rembourser par un transfert de pétrole de l’Angola à la Chine, dont le prix serait déterminé en avance. En conséquence, d’après de nombreux académiciens d’Amérique latine qui critiquent cette pratique, dans le cas où les prix du pétrole augmenteraient entre le moment où la décision du crédit est prise et le moment où transfert de ressource est effectué, le pays débiteur obtiendrait moins de revenus pétroliers que s’il l’avait vendu au prix correspondant au moment du transfert.

Ce conditionnement des crédits permet aussi à la Chine de relancer son commerce international, en obligeant les pays débiteurs à importer des produits chinois en contrepartie. Même les nombreux investissements en infrastructure effectués dans les pays émergents et en développement ont des motivations commerciales. Par exemple, le financement de mille millions promis au projet de la Nouvelle route de la soie va permettre un regain d’activité aux entreprises d’acier, de ciment et de construction chinoise, dont l’activité stagne avec la demande intérieure chinoise.

S’agit-il aussi d’une stratégie politique ?

A l’exception de l’importance politique de la sécurité alimentaire et énergétique, que permet l’investissement dans les ressources naturelles, la Chine dément tout intérêt politique d’un tel financement du monde. En effet, la Chine, à chaque fois qu’elle est accusée de chercher à accroître son influence politique par des moyens économiques, insiste sur les 5 principes de sa politique étrangère :

1-     Respect mutuel de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’autre.

2-     Non-agression mutuelle.

3-     Non-ingérence mutuelle dans les affaires internes de l’autre.

4-     Égalité et coopération pour un bénéfice mutuel.

5-     Coexistence pacifique

Le principe de non-ingérence est même ce qui lui permet un bon nombre de transactions financières. La banque mondiale ou encore les pays occidentaux conditionnent souvent leur aide financière à des changements structurels, économiques voire parfois politiques, changements qui paraissent presque idéologiques quand on regarde à quel point ils ont largement desservi l’Afrique dans les années 90. A contrario, la Chine se pose comme anti-impérialiste, rappelant que, historiquement, elle a été la première puissance à soutenir les plus petits pays et leur indépendance face au monde bipolaire de la guerre froide.

Toutefois, aller au contre-courant du consensus de Washington est en soi un positionnement politique, qui pourrait lui donner une bonne image auprès des pays en développement et conséquemment obtenir leur appui.

Néanmoins, une telle stratégie commerciale dans l’allocation de son excédent de finances crée une certaine dépendance des pays bénéficiaires envers la Chine. En effet, il y existe des précédents où un partenaire commercial, ce que sont obligés de devenir les pays débiteurs de prêts concessionnels, a été fortement poussé à répondre aux intérêts politiques de la Chine. Par exemple, la Chine a demandé à de nombreux pays le rapatriement de la minorité turque et musulmane les Uighurs, dont les femmes sont interdites de jeûne durant le ramadan et de port du voile sur le territoire chinois. Les pays qui ont besoin de son soutien économique ont souvent accepté, malgré quelques résistances, notamment en Thaïlande qui a essayé de rapatrié une bonne partie en Turquie et pas en Chine. De même, l’Egypte, un des nombreux pays bénéficiaires du projet de la Nouvelle route de la Soie, s’est exécuté, en dépit des protestations de nombreuses ONG. Plus généralement, les pays bénéficiant du financement chinois, notamment pour leurs infrastructures, sont plus enclin à réponde aux intérêts politiques chinois, comme le montre l’amélioration récente des relations entre la Chine et les Philippines, malgré des tensions territoriales qui persistent. Il est difficile de croire que cette influence politique n’est pas voulue, tant, dans la pratique, la diplomatie chinoise fonctionne sur un système de contre-dons.

Toutefois, il existe de nombreux médias, officiels et académiciens qui même affirment que la Chine cherche activement cette influence politique. Le terme « diplomatie économique » est en fait devenu assez fréquemment utilisé dans les réunions officielles du gouvernement chinois sur les affaires étrangères depuis les années 2000. En outre, cela ne s’arrête pas à des accusations d’influence, la Chine ayant été accusé d’espionnage en Nouvelle Zélande en 2017, espionnage qui aurait été motivé par la présence de nombreuses terres arables dans ce pays. Des accusations plus récentes ciblent la présence de la Chine dans la majorité les grands chantiers d’infrastructure en Afrique : d’après une édition de janvier 2018 du journal Le Monde, la Chine aurait installé des systèmes d’écoute dans le bâtiment de l’Union africaine, bâtiment qu’elle aurait financé et construit, et que ceux-ci aurait été découverts qu’en janvier 2017, c’est-à-dire 5 ans après la construction du bâtiment.

La diaspora chinoise présente un peu partout dans le monde est, elle aussi, dans le viseur des critiques de la nouvelle puissance chinoise. L’élection en 2014 de l’actuel président de la Namibie, fervent soutien de la politique chinoise, aurait été permise d’après les médias locaux par ses liens financiers avec Jack Huang, un des migrants chinois les plus influents en Namibie.

Sans forcément accepter des accusations pas (encore ?) prouvées, il semblerait que la Chine soit consciente de la puissance géopolitique obtenue par sa manne financière et qu’elle soit prête à endosser le rôle de leader d’un nouvel ordre mondial fondé sur la souveraineté de chacun, du moins d’après ses dires, et non sur le libéralisme politique et économique porté fièrement par les occidentaux.

Cependant, les populations expriment du plus en plus leur réticence face aux investissements chinois, à cause de ce qu’ils imposent à leur pays, mais aussi parce que cela permet à certains gouvernements de conserver des pratiques niant les droits de l’homme, malgré les sanctions de pays développés. L’aide au développement et les investissements des pays riches dans les pays plus pauvres restent donc encore soit trop intéressés soit tout simplement trop ethno-centrés pour permettre aux trois volets du développement d’être atteints.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s