Russia, or when war conceals misery

Lire la version française

Author : Guillaume LANG. Translated by : Chloé BLANCH.

Make Russia a great power again. Vladimir Putin’s program was conceived based on this idea for his first election in March 2000. At the time, Russia was considered by Westerners as a power on the decline with no real influence in new post cold-war world. For this, the candidate Putin wanted to rely on the important fossil resources he had, to increase the power of the Russian army and return and among the key countries of the geopolitical world. In parallel, he managed to recreate a strong nationalism among the Russian population, using a very sharp communication policy, combining widespread state propaganda, muzzling oppositions with a very strong personality cult, while playing on the nostalgia for the USSR and the past power of this ancient empire. This policy is still today the one he uses to govern Russia 18 years after his first election and, at first sight, his objectives seem to have been achieved. Indeed, Russia, along with China and the United States, is a staple of world geopolitics. Some countries seek its favors, while others consider it as their enemy, but in each case, no country has remained insensitive to the rise of the Russian power. However, since the Ukrainian events of 2013, Russia has started to adopt a much more aggressive foreign policy. While the Western media was talking about reclaiming USSR territory, the Kremlin was talking about protecting minorities, and Americans, through NATO, began to strengthen their presence in Eastern Europe. This reinforcement of the military means on both sides only aggravated the tensions to the point of recreating a state of quasi-cold war. The enemy of the Russians thus became the Americans and vice versa. Since then, Russia’s domestic policy has been entirely focused on the development of Russian defenses, and the political climate in Russia today depends on the external situation rather than the situation in Russia itself. That is why, if one of Vladimir Putin’s major achievements is Russia’s return to power on the international scene, its biggest failure is, in fact, the widespread impoverishment that has affected Russia since his arrival in power and the failure of the anticorruption campaign he promised.

First and foremost, we need to define what the Russian state is. As its name indicates, the Russian Federation is a country composed of 85 federal entities under the more or less direct control of the central government in Moscow, according to the status of each subject, previously fixed by the constitution. These entities are composed of the three federal cities of St. Petersburg, Moscow and Sevastopol, controlled directly by the government, 46 oblasts and 9 krais (the only difference between these two entities being their names), two autonomous districts and 22 republics. Each of these entities has the same rights and responsibilities towards the federal government, republics having the additional right to have a flag and a national anthem. The Russian state as such is therefore more federalized than the American state, and one can truly speak of a Russian entity only at the international level, each region having a particularity specific to its identity. Consequently, the autonomy left to federal subjects allows each region to manage a significant part of its economy and its domestic policies in general. The economic climate can therefore vary enormously between two neighboring territories. Thus, the Kaluga oblast is very open to foreign investment and benefits from a very favorable economic environment for the reception of capital, thanks to the policies implemented. The region is therefore one of the least corrupt territories in Russia. An example of the policies implemented by the regional government is, according to Le Figaro, that “The governor of the region, Anatoli Artamonov, systematically gives his mobile phone number to investors who can call him in case there is a problem”. This kind of measure thus makes it possible to avoid “entry barriers” in a country known for the heaviness of its administration. Beside this economically exemplary region, is located the city of federal importance, Moscow. Despite its status as the capital of the federation and its large domestic market with a population of 11 million, the city is one of the worst federal subjects, when it comes to the general corruption of the regional state apparatus. As a result, Moscow is on the black list of regions to invest in Russia despite its specific status. We therefore have two regions with different domestic policies side by side, with widely visibly different results on both sides of the border. Actions by regional governments are consequently essential to the economic development of federal subjects, although, of course, federal domestic policy must encourage action by regional governments.

However, even if in some cases, as in the case of the Kaluga oblast, the federal system of government functions and allows a development of the territory, the federation based on this model cannot prosper in its current state. Indeed, the system of patronage so unique to Russia prevents these territories from being properly governed.

Thus the truly competent men are removed from power so that, instead, are placed oligarchs close to power and large Russian companies. This is how the governors of the regions of Volgograd, Astrakhan and Arkhangelsk managed to be appointed heads or chairs of regional governments despite their unpopularity among the populations of the regions concerned. These improvised statesmen have in no way the skills to properly manage a region and this reflects in the economic situations of the regions concerned. Moreover, in order to secure their posts, the majority of the governors rallied to the party of Vladimir Putin “United Russia”, a completely artificial party created from scratch for the presidential election. These oligarchs share the regional powers since their first elections. Although governors are generally not supported by a large company, in any case they were individuals who were highly placed during the post-Soviet regime of Boris Yeltsin, were very close to power and in rare exceptions have the skills required to govern.

Vladimir Putin is aware of the state of the federation and this was the subject of his first reforms. Indeed, in order to put an end to the era of federalism, during which a different degree of autonomy had been granted for each federal subject according to the agreements reached, he eliminated all the specificities of each region, thus reducing their autonomy and allowing the government to regain control of regions tempted by secessionism or refusing to pay federal taxes. He created therefore seven federal districts managed by men of trust and in charge of supervising the acts of the governors. He repealed the elections, to have room for maneuver in the negotiations; they have since been put in place, however, the presidential party being omnipresent, they are shunned by the Russian population. During the first years after he came to power, Vladimir Putin’s main goal was to strengthen his control over Russia and recreate a strong and centralized state. This policy came to an end in July 2017, when a presidential decree removed from Tatarstan the last semblance of autonomy it still had.

To recreate such a strong state, he had to rely on federal officials. In her book “The Russian Administration”, Françoise Daucé explains that the message sent by the government at that time was clear, “help us restore the authority of the state in Russia, but as we do not have the ways to finance that, take small extras “. This policy has worked, Russia is now at a level of hyper centralization similar to the USSR, however the extras taken by the officials have become current currencies and plummets the Russian economy, costing him every year a third of its GDP. If for a long time this situation had no major impact on the development of Russia, the oil crisis started in 2014 has changed the situation. Since this year, Russia can no longer rely on its large fossil resources to finance its development, while assuming the general corruption of the country. Various reforms have already been implemented to remedy this problem, however, today the bodies responsible for tracking corruption in Russia are themselves corrupt and are therefore of no use in solving this problem. The fall in oil prices has considerably weakened the Russian economy.

By a combination of circumstances, it was at this moment that the Ukrainian crisis reached its peak. Russia was massively involved in this crisis, as much to follow its policy of protecting minorities as to give the Russian people a reason to support the government and, with the appearance of the first sanctions, an enemy responsible for the current state of affairs. In the background, Putin continued to complete Russian federalism, while minimizing the phenomenon of corruption that affects Russia.

His domestic policy from 2014 to 2017 failed to revive the Russian economy and the straitjacket of corruption in Russia continues to block Russian development today. Meanwhile, Russia continues to intervene internationally and the only budget that has increased since the crisis is the army’s budget. There is today in Russia an ubiquitous nationalism fueled by the power in place. Russian development is stalled, almost no new infrastructure is coming out of the ground, and although inflation remains stable, the gray economy forcing Russians to pay unjustified sums has led to a significant reduction in purchasing power in one decade. However, for this election again, there will be no credible candidate against the current president. The act of burying the old federation was an act of realpolitik and not an ideological act. Nonetheless, this act has led all Russian domestic politics since the year 2000, and Vladimir Putin has managed to achieve what he was elected for: despite the disastrous state in which his country is, Russia became again an influential country on the international scene. Now, he bases his future election on the fight against widespread corruption and the resumption of economic growth in Russia and intends to achieve his former goal of increasing GDP per capita in 2008 while the opposite is produced between 2008 and 2012.

In conclusion, Russian foreign policy draws the world’s attention to the warmongering of the current regime on the international scene. Nevertheless, the state of Russia is often left out. Current conflicts coincide with Russia’s foreign policy goals and allow the government to attract public opinion to problems outside Russia while exacerbating Russian nationalism, leaving the government to deal more or less successfully with the Russian crisis, without losing the confidence of the population. The Russian society is able to evolve and the problem of corruption inherent in Russian society can be overcome, which is an obligation before any widespread attempt at development in Russia. Only now that Russia has become a superpower, will an improvement in Russia’s internal situation be synonymous with the end of Russian warmongering politics?

 

La Russie, ou quand la guerre cache la misère

Auteur : Guillaume LANG.

Refaire de la Russie une grande puissance. C’est en se basant sur cette idée qu’a été conçu le programme de Vladimir Poutine pour sa première élection en mars 2000. A l’époque, la Russie était considérée par les occidentaux comme une puissance sur le déclin sans réelle influence dans le nouveau monde post guerre froide. Pour cela, le candidat Poutine voulait s’appuyer sur les importantes ressources fossiles dont il disposait pour enclencher une remontée en puissance de l’armée Russe et revenir ainsi parmi les pays incontournables du monde géopolitique. En parallèle, il parvint à recréer un nationalisme fort au sein de la population russe, en usant d’une politique de communication très pointue, combinant une propagande étatique généralisée, muselant l’oppositions avec un culte de la personnalité très fort, tout en jouant sur la nostalgie liée à l’URSS et à la puissance passée de cet ancien empire. Cette politique est encore aujourd’hui celle qu’il utilise pour gouverner la Russie 18 ans après sa première élection et, à première vue, ses objectifs semblent avoir été atteints. En effet, la Russie est désormais avec la Chine et les Etats-Unis, un incontournable de la géopolitique mondiale. Certains pays cherchent ses faveurs tandis que d’autres la considèrent comme leurs ennemis, mais dans tout les cas aucun pays n’est insensible a la remontée en puissance russe. Cependant, et ce depuis les événements ukrainiens de 2013, la Russie a commencé à adopter une politique extérieure beaucoup plus agressive. Tandis que les médias occidentaux parlaient de reconquête des territoires de l’URSS, le Kremlin parlait de protection des minorités et les américains à travers l’OTAN commencèrent à renforcer leur présence en Europe de l’est. Ce renforcement des moyens militaires des deux côtés ne fit qu’aggraver les tensions au point de recréer un état de quasi guerre froide. L’ennemi des russes redevint ainsi les américains et vice versa. Depuis lors, la politique intérieure russe est entièrement tournée vers le développement des moyens de défense russe et le climat politique en Russie dépend aujourd’hui de la situation extérieure plus que de la situation en Russie même. C’est pourquoi, si l’une des principales réussites de Vladimir Poutine est le retour en force de la Russie sur la scène internationale, son plus grand échec est, dans les faits, l’appauvrissement généralisé qui a touché la Russie depuis son arrivée au pouvoir et l’échec de sa campagne anticorruption pourtant promise.

Avant tout, il nous faut définir ce qu’est l’état russe. Comme son nom l’indique, la fédération de Russie est un pays composé de 85 entités fédérales sous le contrôle plus ou moins direct du gouvernement central à Moscou en fonction du statut de chaque sujet, préalablement fixé par la constitution. On retrouve ainsi les trois villes fédérales que sont St-Petersbourg, Moscou et Sébastopol, contrôlées ainsi directement par le gouvernement, 46 oblast et 9 kraï (la seule différence entre ces deux entités étant leurs noms), deux districts autonomes, ainsi que 22 républiques. Chacune de ces entités disposent des même droits et des mêmes responsabilités vis-à-vis du gouvernement fédéral, les républiques ayant le droit additionnel de disposer d’un drapeau et d’un hymne national. L’état russe en tant que tel est donc plus fédéralisé que l’état américain et on ne peut parler véritablement d’entité russe que sur le plan internationale, chaque région ayant une spécificité particulière par rapport à son identité. De cette manière, l’autonomie laissée aux sujets fédéraux permet à chaque région de gérer une partie importante de son économie et de ses politiques intérieurs en général. Le climat économique peut donc varier énormément entre deux territoires pourtant voisins. Ainsi, l’oblast de Kalouga est très ouvert aux investissements étrangers et bénéficie, de par les politiques mises en place, d’un environnement économique très favorable à l’accueil de capitaux. La région se situe donc parmi les territoires les moins corrompus de Russie. Un exemple des politiques mises en place par le gouvernement régional est, selon le Figaro, que « Le gouverneur de la région, Anatoli Artamonov, donne systématiquement son numéro de téléphone portable aux investisseurs qui ainsi, peuvent l’appeler en cas de problèmes ». Ce genre de mesure permet ainsi d’éviter les « barrières à l’entrée » dans un pays connu pour la lourdeur de son administration. A coté de cette région exemplaire, au niveau économique se trouve la ville d’importance fédérale de Moscou. Malgré son statut de capitale de la fédération et son important marché intérieur fort d’une population de 11 millions d’habitants, la ville fait partie des pires sujets fédéraux au niveau de la corruption générale de l’appareil d’état régional. Ainsi Moscou est sur la liste noir des régions où investir en Russie malgré son statut spécifique. On a donc côte à côte deux régions disposant de politiques intérieures différentes avec des résultats largement visibles de part et d’autre de la frontière. Les actions prises par les gouvernements régionaux sont donc indispensables au développement économique des sujets fédéraux, même si, bien entendu, la politique intérieure fédérale doit encourager les mesures prise par les gouvernements régionaux.

Cependant, même si dans certains cas, comme le cas de l’oblast de Kalouga, le système de gouvernement fédéral fonctionne et permet un développement du territoire, la fédération basée sur ce modèle ne peut prospérer en l’état actuel. En effet, le système de clientélisme si propre à la Russie empêche ces territoires d’être correctement gouvernés.

Ainsi les hommes véritablement compétents sont écartés du pouvoir pour que, à la place, soient placés des oligarques proches du pouvoir et des grandes entreprises russes. C’est comme cela que les gouverneurs des régions de Volgograd, Astrakhan et Arkhangelsk ont réussi à se faire nommer chefs ou président des gouvernements régionaux malgré leur impopularité au sein des populations des régions concernées. Ces hommes d’état improvisé n’ont en aucun cas les compétences pour gérer correctement une région et cela se ressent alors dans le climat économique des régions concernées. De plus, et ce afin d’assurer leurs postes, la majorité des gouverneurs se sont ralliés au parti de Vladimir Poutine « Russie Unie », un parti totalement artificiel crée de toute pièce pour l’élection présidentielle. Ces oligarques se partagent donc les pouvoirs régionaux depuis leurs premières élections. Bien que les gouverneurs ne soient en général pas soutenus par une grande entreprise, ce sont dans tout les cas des individus qui étaient hauts placés durant le régime post soviétique de Boris Eltsine, étaient très proches du pouvoir et ne disposant en aucun cas, à de rares exception près, des compétences requises pour gouverner.

Vladimir Poutine est conscient de l’état de la fédération et ce fut le sujet de ses premières réformes. En effet, afin de mettre fin à l’ère de fédéralisme, durant laquelle avait été accordé un degré d’autonomie différent pour chaque sujet fédéral en fonction des accords passé, il a supprimé toutes les spécificités pouvant être propre à chaque région, réduisant ainsi l’autonomie de chacune d’entre elles et permettant au gouvernement de reprendre le contrôle des régions tentées par le sécessionnisme ou refusant de payer les impôts fédéraux. Il créa ainsi sept districts fédéraux gérés par des hommes de confiance et en chargé de surveiller les agissements des gouverneurs. Il abrogea les élections pour disposer d’une marge de manœuvre dans les négociations ; elles furent remises en place depuis, cependant le parti présidentiel étant omniprésent, elles sont boudées par la population russe. Pendant les premières années après son arrivée au pouvoir, l’objectif principal de Vladimir Poutine était de renforcer son contrôle sur la Russie et de recréer un état fort et centralisé. Cette politique s’acheva en juillet 2017, quand un décret présidentiel supprima au Tatarstan le dernier semblant d’autonomie dont il disposait encore.

Pour recréer un état aussi fort, il dut s’appuyer sur les fonctionnaires fédéraux. Dans son ouvrage « l’administration russe », Françoise Daucé explique que le message envoyé par le gouvernement à cet époque était claire, « aidez-nous à rétablir l’autorité de l’état en Russie, mais comme nous n’avons pas les moyens de financer cela, prenez de petits extra ». Cette politique a fonctionné, la Russie est désormais à un niveau d’hyper centralisation semblable à l’URSS, cependant les extras pris par les fonctionnaires sont devenus monnaies courantes et plombe l’économie russe, lui coutant chaque année un tiers de son PIB. Si pendant longtemps cette situation n’avait pas d’impact majeur sur le développement de la Russie, la crise du pétrole depuis 2014 a changé la donne. Depuis cette année la Russie ne peut plus s’appuyer sur ses larges ressources fossiles pour financer son développement, tout en assumant la corruption générale du pays. Différentes réformes ont déjà été mise en place afin de remédier à ce problème, néanmoins, aujourd’hui les instances chargées de traquer la corruption en Russie sont elle-même corrompues et ne sont donc d’aucune utilité pour résoudre ce problème. La chute des cours du pétrole a considérablement affaibli l’économie russe.

Par un concours de circonstances, c’est à ce moment que la crise Ukrainienne a atteint son apogée. La Russie s’impliqua massivement dans cette crise, autant pour suivre sa politique de protection des minorités que pour donner au peuple Russe une raison de soutenir le gouvernement et, avec l’apparition des premières sanctions, un ennemi responsable de l’état actuel de la Russie. En arrière-plan, Poutine continua d’achever le fédéralisme russe, tout en minimisant le phénomène de corruption qui touche la Russie. Sa politique intérieure de 2014 à 2017 échoua à relancer l’économie Russe et le carcan de la corruption en Russie continue encore aujourd’hui de bloquer le développement Russe. Pendant ce temps, la Russie continue à intervenir à l’international et le seul budget ayant augmenté depuis la crise est celui de l’armée. On trouve aujourd’hui en Russie un nationalisme omniprésent alimenté par le pouvoir en place. Le développement Russe est bloqué, quasiment aucune nouvelle infrastructure ne sort de terre et, bien que l’inflation reste stable, l’économie grise forçant les Russes à payer des sommes injustifiées, a mené à une réduction considérable du pouvoir d’achat en une dizaine d’années. Cependant, pour cette élection encore, il n’y aura pas de candidat crédible face à l’actuel président. L’acte d’enterrer l’ancienne fédération était un acte de realpolitik et non un acte idéologique. Toutefois, cet acte a conduit toute la politique intérieure russe depuis l’an 2000, et, Vladimir Poutine a réussi à accomplir ce pour quoi il a été élu : il a refait, et ce malgré l’état désastreux dans lesquels son pays se trouvait, de la Russie une grande puissance sur la scène internationale. Désormais, il base sa future élection sur la lutte contre la corruption généralisée et la reprise de la croissance économique en Russie et entend réussir son ancien objectif qui était d’augmenter le PIB par habitant en 2008 alors que le contraire c’est produit entre 2008 et 2012.

Pour conclure, la politique extérieure russe attire l’attention du monde entier de par le bellicisme dont le régime actuel fait preuve sur la scène internationale. Néanmoins, l’état de la Russie est souvent laissé de côté. Les conflits actuels coïncident avec les objectifs de la politique étrangère Russe et permettent au gouvernement d’attirer l’opinion public vers des problèmes extérieurs à la Russie tout en exacerbant le nationalisme Russe, laissant le gouvernement s’occuper avec plus ou moins de succès de la crise russe, sans perdre la confiance de la population. La société Russe est capable d’évoluer et le problème de corruption inhérent à la société Russe peut être surmonté et c’est une obligation avant toute tentative de développement généralisé en Russie. Seulement, maintenant que la Russie est redevenue une superpuissance, une amélioration de la situation intérieure en Russie sera-t-elle synonyme de la fin de la politique belliciste Russe ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s