The forgotten conflict of the Caucasus

Lire la version française

Author : Guillaume LANG. Translation by : Chloé BLANCH.

The Caucasus is a region of the world landlocked between Russia, Turkey and Iran. Due to the isolation of these three great powers, the Caucasus has always been influenced by other countries and has never managed to create a true Caucasian identity. Yet, an attempt at unification brought by the committees of the Caucasian peoples, in response to the October Revolution, led to the creation of the Federal Republic of Transcaucasia on November 15, 1917. The achievement that represents this ephemeral republic lies in the creation of a single republic by the three main peoples, even though it was based on a federal regime. Never before in Georgian history, had Georgians, Armenians and Azeris agreed to unite. Nonetheless, the geopolitical situation of the world at that time did not allow this federation to continue and on May 26, 1918 Georgia proclaimed its independence. The new republic wanted to influence the Turkish invasion that was spreading all over Transcaucasia at that time. The republics of this federation then became members of the USSR and ethnic tensions began again. In fact, during the unification of these peoples under the aegis of the USSR, different oblasts were created for each people in order to avoid any interethnic tensions within the oblasts themselves. However, these same oblasts are today the most prominent source of tension in the Caucasus. In fact, the unequal distribution of territories according to ethnic groups under the USSR led to violent conflicts after the fall of the Soviet bloc, conflicts which still have not disappeared today.

On 21 September 1991, Armenia became an independent republic, following the example of Azerbaijan, which became independent of the USSR on 30 August 1991. However, a third entity declared its independence, Nagorno-Karabakh. This territory between Armenia and the present-day Azerbaijan was composed of 80% Armenian, before the oblast was added to the Azeri oblast by the Soviet Union. If during the cold war this change was not questioned by the Armenian populations residing in this oblast, the Azeri declaration of independence questioned the righteousness of these borders. Thus, to avoid a situation in which the Armenian population would be in a minority, Nagorno-Karabakh declared its independence on 2 September 1991 following a referendum organized by the authorities at that time. This referendum was then not recognized by the international community, nor was the declaration of independence resulting from this referendum. At the time of Armenia’s declaration of independence, the goal of this region became clear, to reintegrate Armenia as soon as possible. On the Armenian side, the ghost of “the Great Armenia” pushed the new government to support this demand in order to restore some of the past Armenian power. On the Azeri side, this declaration of independence was not taken seriously and troops were quickly sent to regain control of this region. The Azerbaijani state’s plan was yet strongly hurdled by both the mobilization of the Armenian population and the presence of the Armenian regular army, sent to counter it. Between January 1992 and May 1994, the “Nagorno-Karabakh War” took place. Although the two countries were newly created states, Azerbaijan was initially able to count on many assets. Indeed, Azerbaijan was considered the reserve of man and ammunition by the Red Army, while the Armenian region was seen as a combat zone in case of an attack by Turkish army. This had resulted in a massive settlement of the Red Army in the Azeri region while the Armenian region had welcomed only one regiment on its territory. At the independence of these countries, military equipment was divided between the regiments of the former oblasts and Russia, while a large part of the remaining soldiers was recruited as mercenaries by the opposing forces. However, Azerbaijan was not able to take advantage of these assets. Indeed, very quickly and to put an end to the Azeri bombings, the Armenian forces launched an operation on the city of Chouchi, which turned out to be a total success. The fall of the Azeri army began with this defeat. Although enjoying a numerical and material superiority, the Azerbaijani army was never able to regain the advantage, as emphasized by the number of Azeri governments that were set up to solve this issue during the war. The lack of morals in the army cost the victory to Azerbaijan. This can be explained by a difference in each country’s motivations: as Andrei Sakharov, a former Russian specialist, puts it, “For Azerbaijan, the question of Karabakh is a question of ambition, for Armenians in Karabakh it is a matter of life and death”. A ceasefire was then negotiated by Moscow and the Minsk Group and signed on May 16, 1994.

However, since signing this ceasefire, no efforts have been made to improve the situation, and the Nagorno-Karabakh border still remains one of the most dangerous borders in the world today. The animosity between these two peoples continues to grow and the voices of pacifists in both countries are inaudible. For Azeri, the recapture of 2000 hectares of land since 1994 is an illustration of a shift in power in Transcaucasia and paves the way for an armed resolution of the conflict. On the other hand, the situation in Armenia, despite significant growth, did not improve. The lack of natural resources and the country’s isolation have prevented Armenia from remaining at the level of Azerbaijan, which has benefited from its oil resources. This imbalance of forces is offset on the Armenian side by the alliance with Russia and the participation of the country to the collective security organization that allows Russian troops to patrol on the Armenian borders. This alliance thus allows Armenia to compensate Azerbaijan’s alliance with Turkey and to secure the Armenian-Turkish borders. More recently, the creation of an Armenian-Russian armed group has enabled Armenia to ensure the security of its territory. These alliances are the real reason this conflict is not over. Indeed, each side being assured of the support of a great power, no real attempt at reconciliation has emerged. The last real peace movement dates back to 1998 and led to the resignation of Armenian President Levon Ter-Petrossian.

The real problem in this part of the world, however, is Russia’s desire to bring the Caucasus back into the Russian sphere of influence. Indeed, Russia has always been ambiguous when it comes to the territorial issues affecting this region since the disappearance of the USSR. Whether it was applied to the conflict between Georgia and South Ossetia in 2008 or more recently to the resumption of conflicts in Nagorno-Karabakh in August 2016, Russia’s geopolitical strategy has always consisted in using these issues to extend its power over the region, with the risk of sometimes creating them deliberately. Indeed, the fights beginning again in this disputed region was not an uncertain maneuver triggered by a border accident. The geopolitical maneuver of this conflict was in 2016 the biggest one of the year and, if it had been successful, it would have led to an unprecedented rebalancing of forces in the Middle East, in favor of Russia. On March 9, 2016, a magazine close to the Russian Ministry of Defense, the “Military-Industrial Courier” published an analysis of the Armenian forces and their locations. This publication was seen as a betrayal by the Armenian government, which was offended by the disclosure of its state secrets, according to Armenews: “If an Armenian journalist or officer presented 10% of what the Russian expert revealed he would have been trialed for high treason “. This statement shows the importance of the information revealed by the Russian newspaper. Moreover, besides the message of weakness sent by the Russian newspaper through the publication of this information, Russia also sends a second more implicit message “Russia does not care so much about the security of Armenia and will not intervene “. The double Russian speech bore its fruit and the offensives against Nagorno-Karabakh began again. At the same time, Putin had been withdrawing his troops from Syria. In fact, the actions of Russia in the Middle East served, since the destruction of a Russian aircraft by Turkey in November 2015, to obtain a casus belli to punish Turkey for the actions that were committed by Russia. By poisoning the situation in the Caucasus, Putin hoped to start a war between Azerbaijan and Armenia over the territories of Nagorno-Karabakh. By putting Armenia in direct jeopardy, Russia could have justified to the international community a rule-abiding intervention in relation to the objectives of the CSTO, the collective security organization that Armenia is part of. Thus, Russia could have sent its well-trained troops freshly returned from Syria to reverse the trend and hurt Azerbaijan, by inflicting to its army a real military correction. Consequently, keeping in mind the links maintained with Azerbaijan and obligations resulting of agreements signed beforehand, Turkey would have been forced to intervene. This would have allowed Russia to militarily defeat a NATO member, which would have been a total humiliation for the transatlantic north alliance. However, Turkey is the only Muslim country as well as the only one member really outside the West. This difference thus prevents the creation of a sense of solidarity between other NATO members and Turkey. In consequence, if Putin had succeeded in bringing Turkey out of his soil, it would have been very unlikely that the rest of transatlantic alliance would have approved and have followed Turkey in this operation. Moreover, Article 5 obliging NATO members to support a member in a war only regards a war occurring on the member’s territory. Without the support of NATO, the fate of Turkey would have been clear and would have allowed Russia to extend its influence over the Caucasus and, more generally, to strengthen the Russia-Iran axis without having to suffer from Turkish influence on the region.

However, several factors have failed in this maneuver. Firstly, contrary to the Russian’s expectations, the Armenian army and the militia present in Nagorno-Karabakh were much more efficient than expected and were able to contain the Azeri invasion. Then, the failed coup in Turkey marked the Turkish return to geopolitical realism. The Turkish government became more open to Russian proposals for the Middle East, and Russia was the only country to strongly condemn the coup and support the Turkish people and President Erdogan at the beginning of the crisis. This warming of relations between Russia and Turkey thus put Russian plans for the Caucasus on hold.

Consequently, although no major offensive by both sides has taken place since 1994, the conflict remains frozen and no normalization of the relations is to be expected, with Azerbaijan seeking the return of its lands, meanwhile Armenia wants recognition of Karabakh independence. This status quo is likely to break out at any moment and the Russian influence in the region risks making things worse. However, this conflict only concerns the Caucasus and nothing is being done by Western governments to really put an end to it, which does not suggest a close end to this forgotten war.

 

Le conflit oublié du Caucase

Auteur : Guillaume LANG.

Le Caucase est une région du monde enclavé entre la Russie, la Turquie et l’Iran. Du fait de l’enclavement par ces trois grandes puissances, le Caucase a toujours subi l’influence de pays tiers et n’a jamais réussi à créer une véritable identité caucasienne. Pourtant, une tentative d’unification intentée par les comités des peuples caucasiens en réponse à la révolution d’octobre amena à la création de la République fédérative de Transcaucasie le 15 novembre 1917. L’exploit de cette éphémère république réside dans la création par les trois principaux peuples d’une même république, bien que fédérale. Jamais dans l’histoire caucasienne les géorgiens, les arméniens ainsi que les azéris ne s’étaient ainsi mis d’accord pour s’unir. Cependant la situation géopolitique du monde d’alors ne permit pas à cette fédération de perdurer et le 26 mai 1918 la Géorgie proclama son indépendance. La nouvelle république voulait ainsi influer sur l’invasion turc qui déferlait alors sur la Transcaucasie. Les républiques issues de cette fédération devinrent ensuite membres de l’URSS et les tensions ethniques reprirent. Dans les faits, lors de l’unification de ces peuples sous l’égide de l’URSS, des oblasts différents furent créés pour chaque peuple afin d’éviter toutes tensions interethniques au sein même des oblasts. Cependant, ces mêmes oblasts sont aujourd’hui la source de tension la plus importante du Caucase. En effet, l’inégale répartition des territoires en fonction des ethnies sous l’URSS a amené à de violents conflits après la chute du bloc soviétique qui se poursuivent encore aujourd’hui.

Le 21 septembre 1991, l’Arménie est devenue une république indépendante, suivant ainsi l’exemple de l’Azerbaïdjan qui est devenu indépendant de l’URSS le 30 aout 1991. Cependant, une troisième entité déclare son indépendance, Le Haut-Karabagh. Ce territoire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan actuel, composé à 80% d’arménien avant la création des oblasts, a été ajouté à l’oblast azéri par l’Union Soviétique. Si, pendant la guerre froide, ce changement n’a pas été remis en question par les populations arméniennes résidant dans cet oblast, la déclaration d’indépendance azéri a remis en question l’appartenance de ces populations à l’Azerbaïdjan. Ainsi, pour éviter une situation dans laquelle la population arménienne serait en minorité, le Haut-Karabagh a déclaré son indépendance le 2 septembre 1991 suite à un référendum organisé par les autorités d’alors. Ce référendum n’a été finalement pas reconnu par la communauté internationale, ainsi que la déclaration d’indépendance qui en résultait. Lors de la déclaration d’indépendance de l’Arménie, l’objectif de cette région devint clair, réintégrer l’Arménie le plus tôt possible. Du coté Arménien, le spectre de la « Grande Arménie » poussa le nouveau gouvernement à appuyer cette demande afin de rétablir une partie de la puissance passée arménienne. Du coté azéri, cette déclaration d’indépendance n’a pas été prise au sérieux et des troupes sont rapidement envoyées afin de reprendre le contrôle de cette région. Cependant, la mobilisation de la population arménienne, ainsi que l’envoie de l’armée régulière arménienne pour contrer cette tentative de reconquête, mit à mal les plans du nouvel état azerbaidjanais. Entre Janvier 1992 et mai 1994 a ainsi eût lieu la « Guerre du Haut-Karabagh ». Bien que les deux pays soient des états nouvellement créés, l’Azerbaïdjan pouvait au départ compter sur de très nombreux atouts. En effet, l’Azerbaïdjan était considéré comme la réserve d’hommes et de munitions de l’armée rouge, tandis que la région arménienne était vue comme une zone de combat en cas d’attaque de la part de la Turquie. Cela s’était traduit par une implantation massive de l’armée rouge dans la région azérie, tandis que la région arménienne ne comptait qu’un unique régiment présent sur son territoire. A l’indépendance de ces pays, les équipements militaires ont été répartis entre les pays accueillant les régiments et la Russie, tandis qu’une grande partie des soldats restants furent recrutés comme mercenaires sur ces territoires. Cependant l’Azerbaïdjan ne sut pas tirer profit de cet avantage pourtant important. En effet, très vite et ce pour mettre fin aux bombardements azéris, les forces arméniennes lancèrent une opération sur la ville de Chouchi qui fut une réussite totale. La chute de l’armée azérie commença avec cette défaite. Bien que bénéficiant d’une supériorité numérique et matérielle, l’armée azéri ne sera jamais en mesure de reprendre l’avantage, en témoigne le nombre de gouvernements azéris qui furent mis en place pour remédier à cette situation durant une guerre de 2 ans. Le manque de moral de l’armée couta ainsi la victoire a l’Azerbaïdjan. En cause, le fait que, comme le précisa Andrei Sakharov, un ancien spécialiste russe, « Pour l’Azerbaïdjan, la question du Karabagh est une question d’ambition, pour les arméniens du Karabagh c’est une question de vie ou de mort ». Un cessez-le-feu a été alors négocié par Moscou et le Groupe de Minsk, puis acté le 16 mai 1994.

Cependant, depuis la signature de ce cessez-le-feu, aucun effort n’a été fait pour améliorer la situation et la frontière du Haut-Karabagh reste encore aujourd’hui l’une des plus dangereuses au monde. L’animosité régnant entre ces deux peuples ne cesse de croitre et la voix des pacifistes dans les deux pays est inaudible. Pour les azéris, la reconquête de 2000 hectares de terrain depuis 1994 est l’illustration d’un changement dans le rapport de force en Transcaucasie et ouvre la voie a une résolution armée du conflit. A l’inverse, la situation en Arménie, malgré une croissance importante, ne s’est pas arrangée. Le manque de ressources naturelles ainsi que l’enclavement du pays ont empêché l’Arménie de rester au niveau par rapport a l’Azerbaïdjan, qui a pu profiter de ses ressources pétrolières. Ce déséquilibre des forces est compensé du coté arménien par l’alliance avec la Russie et la participation du pays a l’organisation de sécurité collective qui permet aux troupes russes de patrouiller aux frontières Arméniennes. Cette alliance permet ainsi à l’Arménie de compenser l’alliance avec la Turquie qu’a nouée l’Azerbaïdjan et de sécuriser les frontières Arméno-Turques. Plus récemment encore, la création du groupe armé Arméno-Russe a permis à l’Arménie d’assurer la sécurité de son territoire. Ces alliances sont la véritable raison de la continuité de ce conflit. En effet, chaque côté étant assuré du soutien d’une grande puissance, aucune véritable tentative de réconciliation n’a vu le jour. Le dernier véritable mouvement en faveur de la paix remonte à 1998 et a abouti à la démission du président Arménien Levon Ter-Petrossian.

Le véritable problème de cette région du monde est cependant la volonté de la Russie de faire revenir le Caucase dans la sphère d’influence Russe. En effet, le comportement de la Russie, par rapport aux problèmes territoriaux de cette région, a toujours été ambigu, et ce depuis la disparition de l’URSS. Que ce soit lors du conflit opposant la Géorgie a l’Ossétie du Sud en 2008 ou plus récemment lors de la reprise des conflits dans le Haut-Karabagh en aout 2016, la Russie a toujours utilisé ces conflits afin d’étendre son pouvoir sur la région, au risque parfois de les créer délibérément. En effet, la reprise des combats dans cette région n’était pas une manœuvre hasardeuse déclenchée par un accident de frontière. La manœuvre géopolitique, dont ce conflit était issu, était alors la plus importante de 2016 et, si elle avait abouti, aurait amené à un rééquilibrage sans précédent des forces au Moyen-Orient en faveur de la Russie. Le 9 mars 2016, un magazine proche du ministère de la défense Russe, le « Courrier militaro-Industriel » publie une analyse des forces arméniennes ainsi que leurs emplacements. Cette publication est vue comme une trahison par le gouvernement arménien, qui s’offusque de la divulgation de ses secrets d’état. Ainsi selon Armenews « Si un journaliste ou un officier arménien avait présenté 10% de ce qu’a révélé l’expert Russe, il aurait été jugé pour haute trahison ». Cette déclaration montre bien l’importance des informations révélées par le journal Russe. De plus, outre le message de faiblesse envoyé par le journal russe à travers la publication de ces informations, la Russie envoie aussi un second message plus implicite « La Russie ne se soucie pas tellement de la sécurité de l’Arménie et n’interviendra pas ». Le double discours russe porte ses fruits et les offensives contre le Haut-Karabagh reprennent. Au même moment, Poutine retirait ses troupes de Syrie. Dans les faits, les actions de la Russie au Moyen-Orient servaient, depuis la destruction d’un avion russe par la Turquie en novembre 2015, à obtenir un casus belli pour punir la Turquie des actions qui ont été commises par la Russie. En enveniment ainsi la situation dans le Caucase, Poutine espérait déclencher une guerre entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie au sujet des territoires du Haut-Karabagh. En mettant ainsi en péril l’Arménie, la Russie aurait pu justifier devant la communauté internationale une intervention en règle par rapports aux objectifs de l’OTSC, l’organisation de sécurité collective dont fait partie l’Arménie. Ainsi, la Russie aurait pu envoyer ses troupes bien entrainées et fraichement rentrée de Syrie pour renverser la tendance et mettre a mal l’Azerbaïdjan en lui infligeant une véritable correction militaire. Ce faisant, au vu des liens entretenus avec l’Azerbaïdjan et par obligation par rapports aux accords signés au préalable, la Turquie aurait été forcée d’intervenir. Cela aurait permis à la Russie de défaire militairement un membre de l’OTAN, ce qui aurait été une humiliation totale pour l’alliance nord transatlantique. Cependant, la Turquie est le seul pays musulman ainsi que le seul réellement extérieur a l’occident. Cette différence empêche ainsi la création d’un sentiment de solidarité entre les membres de l’OTAN avec la Turquie. Ainsi, si Poutine avait réussi à faire intervenir la Turquie hors de son sol, il aurait été très peu probable que le reste de l’alliance transatlantique approuve et suive la Turquie dans cette opération. De plus, l’article 5 obligeant les membres de l’OTAN à soutenir un pays attaqué ne prend acte uniquement si les conflits militaires ont lieu sur le territoire du membre concerné. Sans le soutien de l’OTAN, le sort de la Turquie n’aurait fait aucun doute et aurait permis à la Russie d’étendre son influence sur le Caucase et, plus généralement, de renforcer l’axe Russie-Iran sans avoir à subir l’influence turque sur la région.

Cependant, plusieurs facteurs ont fait échouer cette manœuvre. Dans un premier temps, et ce contrairement aux aspirations russes, l’armée arménienne ainsi que les milices présentent au Haut-Karabagh se firent beaucoup plus efficaces que prévu et surent contenir l’invasion azérie. Ensuite, le coup d’état manqué en Turquie marqua le retour au réalisme géopolitique Turque. Le gouvernement turc se fit plus ouvert aux propositions russes pour le Moyen-Orient et la Russie fut ainsi le seul pays à condamner vivement le coup d’état et à soutenir le peuple turc et le président Erdogan dès le début de la crise. Ce réchauffement des relations entre la Russie et la Turquie mit ainsi en attente les projets russes pour le Caucase.

Ainsi, si pour l’instant aucune offensive majeure de la part des deux camps ne s’est déroulée depuis 1994, le conflit reste un conflit gelé et aucune normalisation des relations n’est à prévoir, l’Azerbaidjan voulant la restitution de ses terres, tandis que l’Arménie veut une reconnaissance de l’Indépendance Karabagh. Ce statut quo risque d’éclater à tout moment et l’influence Russe dans la région risque d’envenimer les choses. Cependant, ce conflit est propre au Caucase et rien n’est fait de la part des gouvernements occidentaux pour véritablement mettre une fin à ce conflit, ce qui ne laisse pas présager une fin proche a cette guerre oubliée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s